Unruly Splats est un appareil permettant aux enfants d'apprendre à coder tout en s'amusant. (Courtoisie de Unruly Studios)

Apprendre aux jeunes à coder aujourd’hui pour prospérer demain

Avec l’essor de l’Internet et des nouvelles technologies, apprendre à coder va rapidement devenir essentiel pour les jeunes générations de Canadiens.

C’est dans le but de répondre à cette demande que divers programmes et outils sont mis en place au pays et chez le voisin américain.

Parmi ces outils figure Unruly Splats, des appareils programmables et durables qui s’allument, produisent des sons et réagissent lorsqu’ils sont piétinés.

La particularité de ces objets réside dans le fait que les élèves doivent apprendre à coder afin de créer un jeu.

Pour ce faire, ils doivent utiliser l’application développée par l’entreprise sur une tablette ou un appareil Chromebook. Cette dernière leur propose de manier le langage du code de façon simplifiée. Les enfants doivent déplacer des blocs colorés et les mettre dans un certain ordre afin de créer un code.

Ainsi, ils découvrent le concept du codage sans entrer dans les spécificités de la syntaxe.

Une fois le jeu codé, les élèves interagissent avec l’appareil en le touchant ou en sautant dessus, par exemple.

Ce système permet aux jeunes de donner vie à leur imagination comme l’explique Bryanne Leeming, fondatrice d’Unruly Studios.

Ils inventent leurs propres règles. Nous avons eu des enfants qui ont inventé n’importe quoi, de la tag du zombie au jeu de la taupe radioactive.Bryanne Leeming, fondatrice d'Unruly Studios
Bryanne Leeming a fondé Unruly Studios en 2016. Les appareils de l’entreprise sont utilisés dans des établissements scolaires autant au Canada qu’aux États-Unis. (Gracieuseté d’Unruly Studios)
Apprendre à coder à l’école

Le concept, d’abord pensé pour la maison, a connu un franc succès dans les écoles.

De nombreux établissements répartis dans six provinces canadiennes, dont au Québec, ont déjà incorporé l’appareil comme outil d’apprentissage dans diverses matières.

Pour Mme Leeming, coder est essentiel pour l’apprentissage des enfants.

Cela leur apprend à penser et à inventer dans cette nouvelle économie moderne. Je pense qu’il est vraiment crucial pour eux de l’apprendre [le codage], qu’ils deviennent programmeurs ou non. Ce n’est pas super important pour moi, il s’agit plutôt de leur donner l’outil et le langage à utiliser. Une sorte de processus pour inventer et créer quelque chose de nouveau que le codage enseigne très bien.Bryanne Leeming, fondatrice d'Unruly Studios

Et elle n’est pas la seule à penser cela. Le géant du jeu vidéo basé à Montréal, Ubisoft, investit aussi dans l’apprentissage du codage pour les jeunes.

Récemment, l’entreprise a sorti un nouveau jeu gratuit permettant à ces utilisateurs de coder dans l’univers des Lapins crétins.

Le scénario incite les joueurs à programmer des fonctions pour résoudre des énigmes. Ils apprendront ainsi les bases de la logique algorithmique, la programmation, le séquençage ainsi que les boucles.

Cette dernière innovation fait écho à l’objectif que l’entreprise s’est donné, soit préparer les jeunes du Québec aux métiers de l’avenir.

Pour ce faire, Ubisoft travaille avec des acteurs reconnus de l’éducation allant du primaire à l’université. L’entreprise est ainsi engagée dans divers projets au Québec comme Kids Code Jeunesse pour les élèves du primaire, Technovation Montréal pour ceux des cégeps ou encore avec des concours universitaires.

Ubisoft a notamment lancé le programme Code Club au Québec aux côtés de Kids Code Jeunesse et du ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec.

(Photo : Ubisoft)

Grâce à ce projet, 200 Codes Clubs pour les jeunes de 8 à 12 ans verront le jour dans les bibliothèques publiques d’ici 2021, grâce à un investissement combiné de 350 000 $.

Avec les informations d’Unruly Studios et d’Ubisoft.

Catégories : Internet et technologies
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*