Un des véhicules blindés légers canadiens, construits par General Dynamics. Photo : Radio-Canada

Blindés canadiens vendus à Riyad : qui réglera la facture saoudienne impayée?

La question des blindés canadiens vendus à l’Arabie saoudite revient au-devant de la scène, en raison d’un solde de plus de trois milliards de dollars qui demeure impayé par le gouvernement saoudien, quelques années après la livraison.

Ce montant est dû à General Dynamics qui fabrique les blindés. La compagnie estime que le gouvernement du Canada devrait mettre la main à la poche, quitte à se faire rembourser par la suite par Riyad.

On se souvient que ce contrat de blindés de type LAV 6.0 (Light Armoured Vehicle) avait créé la controverse. Certaines personnes craignaient que les autorités saoudiennes utilisent ces véhicules de combat dotés de mitraillettes et de mortiers contre la population civile.

Le contrat avait été négocié en 2014, sous le gouvernement conservateur de Stephen Harper, et approuvé par les libéraux de Justin Trudeau.

Le coût total des blindés était estimé à 15 milliards de dollars. Le gouvernement saoudien devra composer avec des frais de remboursement de sa dette qui ne cessent d’exploser, avec une augmentation de 200 millions de dollars aux trois mois, depuis 2019.

La PDG de General Dynamics, Phebe Novakovic, reste malgré tout optimiste, en face des retards de paiement des autorités saoudiennes. Invoquant « les modalités contractuelles convenues », elle a dit s’en remettre à Ottawa pour régler les 3,4 milliards impayés.

« Tous les contrats signés ont la portée juridique d’être signés au nom du gouvernement du Canada, ce qui assure aux acheteurs des gouvernements étrangers que le contrat sera réalisé selon les modalités convenues », a affirmé la PDG de l’entreprise ontarienne, basée à London.

Ottawa est-elle prête à assumer les frais en retard et les frais d’intérêt du gouvernement saoudien? La question se pose au lendemain de la victoire des libéraux de Justin Trudeau aux élections du 21 octobre. Une fois le nouveau cabinet constitué, on en saura peut-être plus sur ce controversé dossier.

Il faut tout de même mentionner que peu avant les élections, le gouvernement libéral avait octroyé un prêt de 650 millions à General Dynamics. Selon Affaires mondiales Canada, cette somme allait aider la compagnie à « faire face aux défis et aux dynamiques du marché international de la défense ».

Après avoir versé ce montant, le 16 août, Ottawa avait formellement conclu, quelques semaines plus tard, avec Genaral Dynamics, un contrat d’une valeur de 1,7 milliard de dollars pour la fabrication de 360 véhicules de type LAV destinés à ses Forces armées.

Les relations entre Riyad et Ottawa ont connu des tensions ces derniers mois.

Le prêt et le contrat accordés à General Dynamics par le gouvernement fédéral sont-ils de simples mesures d’apaisement, en attendant le règlement définitif de la facture par l’Arabie saoudite? Cela est difficile à dire en raison du mutisme des gouvernements saoudien et canadien.

Avec des informations de Levon Sevunts de Radio-Canada international et Radio-Canada.
En complément :

Est-ce que des blindés fabriqués au Canada servent à réprimer des civils en Arabie saoudite? Ottawa veut faire enquête. Entrevue avec Daniel Turp.
Catégories : Économie, International, Politique
Mots-clés : , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*