Selon Santé Canada, la migraine peut être à l’origine de l’augmentation du taux d’absentéisme à l’école et au travail, de la baisse de la productivité et de l’augmentation des dépenses en médicaments. Crédit : Istock

« Plus de 15 migraines par mois, c’est comme avoir un job à temps plein! »

Share

C’est le cri du cœur d’Émilie Bortolussi-Courval. Dans une entrevue avec Alice Chantal Tchandem, l’étudiante au baccalauréat en sciences infirmières à l’Université McGill fait part de son calvaire qu’elle a appris à apprivoiser au fil des ans.

Éviter les lumières fortes, les bruits stridents, les situations de stress

Émilie Bortolussi-Courval, étudiante au baccalauréat à l’Université McGill. Crédit : Émilie Bortolussi-Courval

Elle dit être une cliente fidèle des urgences des hôpitaux pour ses migraines qui ne lui laissent que peu de répit.

« Lorsque mes médicaments ne sont plus capables de me calmer, je dois me rendre aux urgences, au moins deux fois par an, affirme-t-elle. Savoir prévenir le mal, c’est encore mieux. Pour cela, il faut éviter les lumières fortes, les bruits stridents, les situations de stress. »

Écoutez
Quelques données sur les migraines :

– La migraine est considérée comme une source importante d’incapacité.

– Elle se caractérise par des maux de tête.

– Les douleurs peuvent durer de quelques heures à plusieurs jours.

– Ces douleurs sont accompagnées de nausées, de vomissements et/ou de sensibilité à la lumière et au bruit.

– Cela peut être à l’origine de l’augmentation du taux d’absentéisme à l’école et au travail, de la baisse de la productivité et de l’augmentation des dépenses en médicaments.

– 14 % de la population mondiale a été atteinte de migraines à un moment ou l’autre de sa vie.

– Les femmes sont plus susceptibles que les hommes d’en être atteintes.

Source : Statistique Canada

Rapportant des données de l’Organisation mondiale de la santé, la Dre Élisabeth Leroux souligne qu’il y a trois femmes pour un homme qui souffrent de migraines, entre autres en raison des fluctuations hormonales. 10 % des enfants en souffrent, 15 % des adultes aussi. Crédit : iStock

Un nouveau traitement approuvé par Santé Canada

L’Organisme fédéral a approuvé Emgality, un médicament et qui fait partie d’une « nouvelle classe de médicaments appelés anti CGRPS, pour la prévention de la migraine ». (Source : communiqué de presse.)

C’est une excellente nouvelle, souligne Élisabeth Leroux, présidente de la Société canadienne des céphalées.

« Ce médicament apparaît à côté des antidépresseurs et autres antiépileptiques utilisés dans certains cas pour réduire la fréquence des crises », ajoute la neurologue spécialisée en maux de tête.

Elle estime qu‘Emgality apportera à coup sûr de l’espoir aux patients.

Écoutez

« Ça rend les gens et la communauté perplexes parce qu’on ne peut pas voir les symptômes de la migraine, mais les gens qui en souffrent les ressentent très nettement. Il faut avoir un diagnostic et une bonne évaluation de la situation. Il faut avoir une idée de la fréquence des crises, de leur durée, des symptômes et établir un plan d’action, tenir un calendrier des migraines pour savoir quel style de vie adopter pour avoir moins de douleurs. Si les modifications au mode de vie ne sont pas suffisantes, il faut se tourner vers des traitements d’ordre médical, soit pour casser les crises, soit pour les prévenir et diminuer leur fréquence. J’ai des patients de 62 à 75 ans qui souffrent encore de migraines. Bien qu’à la ménopause, certaines femmes observent une amélioration. C’est une maladie reconnue par l’Organisation mondiale de la Santé comme invalidante », a affirmé Mme Leroux.

Share
Catégories : Santé
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*