Selon un rapport de l’Association médicale canadienne, le Canada figure au 3e rang mondial pour ce qui est des émissions de gaz à effet de serre par personne dans le secteur des soins de santé. Crédit : Istock.

GES : le secteur canadien des soins de santé parmi « les pires au monde »

Share

Le Canada figure au troisième rang mondial pour les émissions de gaz à effet de serre (GES) par personne dans le domaine de la santé. Ce constat émane d’un rapport de l’Association médicale canadienne. Elle estime qu’un secteur « censé ne pas nuire » comme celui de la santé devrait « tracer une nouvelle voie en rapport avec ses missions ». C’est ce qui lui permettra d’améliorer son image, étant donné qu’il fait partie des « pires au monde », quand il est question de la pollution reliée aux émissions de GES.

Accord de Paris : le Canada appelé à respecter ses engagements

Au moins 120 experts issus de 35 organisations dans le monde se sont prononcés dans le rapport intitulé Le Lancet Countdown sur la santé et les changements climatiques.

Ils estiment que les effets de la pollution aux GES sont assez importants pour obliger les dirigeants à prendre les mesures qui s’imposent pour limiter les effets des changements climatiques et pour préserver la santé de la population.

Ayant analysé plusieurs indicateurs, ces experts ont formulé des recommandations adaptées à chaque pays.

Ces recommandations visent à orienter les décisions des acteurs politiques.

Des chercheurs canadiens souhaitent que les effets des changements climatiques sur la santé fassent l’objet des préoccupations à la conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP25), en décembre 2019. Crédit : Istock

En ce qui concerne le Canada, plusieurs de ses spécialistes du domaine de la santé en lien avec les changements climatiques se sont également penchés sur la question. Les Dres Courtney Howard, Margot Parkes et Andrea MacNeil, ainsi que Chris Buse et Caren Rose, ont ainsi réalisé plusieurs constats qui ont conduit à la formulation de quatre recommandations destinées aux différents paliers gouvernementaux.

En résumé, ils mentionnent que le Canada figure dans le peloton de tête. C’est pourquoi ils invitent à « concevoir une initiative durable fondée sur des données probantes », pour réduire l’empreinte dans le secteur de la santé. Cela consistera à limiter la production des déchets et des émissions de GES, avec zéro comme cible d’ici à 2050 dans le secteur des soins de santé.

Ces chercheurs soulignent également que le Canada doit tirer des enseignements de l’expérience des violents feux de forêt survenus au cours des dernières années au pays, et qui ont forcé l’évacuation d’urgence de 440 000 Canadiens. Ces leçons devraient faire partie du Programme pancanadien d’intervention d’urgence.

100 % de ventes annuelles des véhicules légers à zéro émission de GES au Canada d’ici 2040

Les auteurs du rapport estiment que le secteur des transports au pays demeure fortement dépendant des combustibles fossiles, ce qui ne manque pas d’incidence sur la santé et l’environnement. C’est pourquoi ils recommandent que des mesures soient prises pour faciliter l’accélération des ventes de véhicules légers à zéro émission. Crédit : iStock

Pour préserver la santé de la population, le passage aux véhicules légers à zéro émission de GES devrait se faire de façon plus accélérée partout au pays, car le nombre de morts attribuables aux fines particules émanant du secteur des transports fortement dépendant des combustibles fossiles a dépassé les 1000 au pays, en 2015. L’objectif est d’atteindre la cible de 100 % de ventes annuelles de ces nouveaux véhicules à zéro émission d’ici 2040.

En dernier ressort, les dirigeants canadiens doivent placer la santé publique parmi les priorités budgétaires, avec un accent sur la santé des futures générations qui auront à subir les contrecoups des phénomènes météorologiques extrêmes, si rien n’est fait en ce moment pour leur éviter cette catastrophe. Leurs stratégies doivent viser également les populations les plus vulnérables, dont les Autochtones et autres habitants de régions à risque de développer des maladies infectieuses et autres pathologies, en raison des changements climatiques.

Il sera question pour les dirigeants canadiens de procéder à un arrimage de leurs stratégies, selon les exigences de l’Accord de Paris qui préconise une limitation du réchauffement climatique en dessous de 2 degrés Celsius.

« Le Canada a prouvé qu’il peut montrer la voie à suivre en établissant des objectifs clairs, comme il l’a fait pour l’élimination progressive des centrales au charbon en Ontario. Le secteur des soins de santé représente environ 4 % des émissions totales au pays. Il est temps d’établir un nouvel objectif et de réduire nos émissions à zéro d’ici 2050, comme l’exigent nos engagements à l’égard de l’Accord de Paris », a relevé Andrea MacNeil, coauteure du rapport et spécialiste en chirurgie du cancer, dans le communiqué.

 Source : Association médicale canadienne
Share
Catégories : Environnement, Santé, Société
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*