L’Association des banquiers canadiens aux côtés des jeunes pour les outiller, en vue d’une meilleure gestion de leurs finances, dans le contexte actuel d’autonomisation des services et de vol de données. Crédit : Istock.

Gestion des finances personnelles : outiller les jeunes avant l’université

Doter les jeunes Canadiens de connaissances suffisantes pour une saine gestion de leurs finances personnelles avant leur accession aux études universitaires, c’est la mission que s’est donnée l’Association des banquiers canadiens (ABC).

Cela se fera grâce à des séances de formation gratuites offertes par des banquiers bénévoles partout au pays. Elles s’inscrivent dans le programme intitulé Votre Argent-Étudiant présenté dans les deux langues officielles, le français et l’anglais.

Ce programme, mis sur pied avec la contribution de l’Agence de la consommation en matière financière du Canada, cible les jeunes de 15 à 18 ans, qui vont bientôt accéder à l’université ou s’amener sur le marché de l’emploi. Il vise à leur fournir les enseignements nécessaires à la réalisation de leurs objectifs financiers dans la vie.

Il porte entre autres sur :

  • la façon d’établir un budget;
  • d’effectuer un placement ou une épargne;
  • d’utiliser de façon judicieuse un crédit;
  • de se mettre à l’abri des tentatives de fraude.

« La génération Z, qui exerce déjà un grand pouvoir d’achat, sera la plus large au Canada. Cette génération s’intéresse fortement à la littératie financière et à l’effet qu’aura la gestion efficace des fonds sur son bien-être général », observe Neil Parmenter, président et chef de la direction de l’ABC, dans le communiqué.

Un programme actualisé deux décennies après sa formulation

Les jeunes de partout au pays sont invités à prendre part au programme Votre-Argent-Étudiants de l’ABC, offert par des enseignants bénévoles, pour leur apprendre comment bien gérer leur argent. Crédit : ABC et CNW

Le programme Votre Argent-Étudiants existe depuis bientôt 20 ans. Il a déjà permis la formation de près de 26 000 étudiants, par près de 2000 banquiers bénévoles, dans plus de 8 500 séminaires.

Pour rendre la formation plus attrayante cette année, l’ABC a procédé à une modernisation du programme afin de l’arrimer aux exigences du nouveau contexte de numérisation des services bancaires.

Les innovations technologiques sont en train de créer des changements sans précédent dans les systèmes de fonctionnement des différents secteurs d’activité. Les secteurs financier et bancaire sont en première ligne en raison de l’augmentation importante des transactions financières en ligne.

C’est une situation avec laquelle les jeunes sont appelés à composer, car avec l’autonomisation de plus en plus perceptible des services bancaires, chaque personne, jeune ou moins jeune, gagnerait à être bien outillée pour être capable de recevoir les services proposés. C’est pourquoi le programme a centré ses innovations sur les aspects suivants :

  • conception et identité actualisées,
  • ajout de vidéos courtes,
  • nouvelle application pour aider le jeune à établir son budget,
  • recours à la technologie infonuagique pour faciliter les interactions entre différents acteurs (enseignants, bénévoles et autres gestionnaires. (Source : communiqué)

« L’évolution vers le libre-service, vers l’automatisation et vers l’accessibilité aux applications et aux services bancaires numériques rend essentielle la transmission de la littératie financière aux jeunes d’une façon créative, interactive et facile à comprendre, pour que leur avenir financier soit radieux », a ajouté M. Permenter

Sur le même sujet :

En ce mois de la littératie financière, la Fondation canadienne d'éducation économique s'associe à la Banque Nationale pour offrir des ateliers de finances personnelles. Entrevue avec Lucie Blanchet, vice-présidente à la Banque Nationale.

Catégories : Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et, pour une période indéterminée, l'espace des commentaires est fermé. Cependant, nos réseaux sociaux restent ouverts à vos contributions.