Advenant un séisme accompagné d’un incendie de grande échelle, Montréal ne serait pas bien outillée pour intervenir efficacement, constate un rapport de l’Institut de prévention des sinistres. Crédit : Istock.

Réponse en cas de tremblement de terre et d’incendie : Montréal mal préparée

Share

La grande région de Montréal est située dans une zone sismique, mais elle ne serait pas suffisamment outillée pour gérer les effets néfastes d’un tremblement de terre suivi d’un vaste incendie.

L’Institut de prévention des sinistres catastrophiques s’est penché sur la question, en procédant à une évaluation des risques et des réactions pour la ville en situation d’urgence reliée à un tremblement de terre.

L’organisme, dont le siège est à Toronto et à l’Université de Western Ontario, à London, a constaté dans son étude intitulée Incendie après séisme dans la grande région de Montréal qu’advenant un tel scénario, la ville serait prise aux dépourvues.

Le rapport a été présenté par son auteur Scawthorn Charles, qui a déjà réalisé d’autres études similaires portant sur la Colombie-Britannique, San Francisco et Tokyo au Japon, au début des années 2000.

Sophie Guilbault, gestionnaire des partenariats à l’Institut de prévention des sinistres catastrophiques. Crédit : S. Guilbault

Dans une entrevue avec Alice Chantal Tchandem, la gestionnaire des partenariats à l’Institut de prévention des sinistres catastrophiques Sophie Guilbault a reconnu qu’il y a un risque sismique important pour la région de Montréal.

« Cela signifie que la région a un potentiel de secousses qui pourraient causer des dommages importants aux bâtiments et aux infrastructures, et aussi des pertes humaines », a-t-elle affirmé.

Dans les milieux où on a des constructions en bois comme à Montréal, si le tremblement de terre touche la structure, des immeubles entiers peuvent être détruits et les conduites d’eau fortement endommagées, ce qui compromet la capacité de branchement en vue de l’extinction du feu, explique Mme Guilbault.

Écoutez

« Les casernes pourraient être affectées si leur construction n’est pas assez robuste. S’il y a des centaines de bâtiments qui prennent feu, ce serait au-dessus de la capacité de réaction du système d’incendie de la ville. On a considéré trois scénarios. Un des pires scénarios ce serait un tremblement de terre avec des secousses en plein cœur du centre-ville, et on a aussi considéré un au nord-ouest et un au sud-ouest de la ville. On parle de magnitude entre 6,5 et 7. Avec ces magnitudes-là, on a estimé qu’il pourrait avoir des dommages d’incendie très largement associés aux fonds que les compagnies d’assurance devraient rembourser, entre 10 et 30 milliards de dollars », a estimé la gestionnaire des partenariats.

Pour éviter d’en arriver là, la ville a intérêt à anticiper, en procédant notamment à « une évaluation de la vulnérabilité sismique des systèmes de distribution d’eau et des installations d’urgence : casernes, centre d’appel du 911, Centre de direction du service incendie de Montréal », a ajouté Sophie Guilbault, qui a indiqué qu’après cette étape, Montréal pourra aussi rénover les bâtiments pour les rendre plus résistants aux secousses.

« La ville devrait être capable d’acheminer de l’eau du fleuve directement vers certains quartiers plus densément peuplés, plus vulnérables et plus à risque. C’est pourquoi il serait important d’améliorer les autres sources d’approvisionnement en eau, surtout en cas d’incendie dans des immeubles de grande hauteur », a-t-elle conclu.

Source : Institut de prévention des sinistres catastrophiques

Sur le même sujet :

Share
Catégories : Environnement, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Un commentaire pour «Réponse en cas de tremblement de terre et d’incendie : Montréal mal préparée»
  1. Avatar Nick dit :

    En cas de séisme la fondation d’une maison n’est pas mis suffisamment dans la terre, n’a pas de fier. Tous les édifices n’ont pas des structures solides. Le fier est très rare dans le plafond.normallement il est mis dans 6 en 6 pouce(15 En 15cm) .Ici e dans 30 en 30cm.Lea feureurs font leur travail vite et mal.ils met pas des broches(2 broches a une barre de 8m).Normalement les broches doit le mettre partout parce que le fier est très rare.De ou je viens le fier est de 4 en 4 pouce et les broches se met une broche oui et l’autre non.
    Dans le cas d’une incendie tous les maisons sont de bois.Sont beaucoup des choses à dire mais c’est ne pas le moment. J’ai perdu mon travail dans construction parce que j’ai dit à la personne responsable de chantier que la manque des broches affect la structure de resistence de la maison.Je m’excuse pour les erreurs de grammaire.