Les membres du nouveau Conseil fédéral ont été assermentés en présence de la Gouverneure générale du Canada. REUTERS/Blair Gable

Priorités du nouveau Conseil des ministres à Ottawa : rassembler et réconcilier

Share

Le premier ministre du Canada Justin Trudeau a rendu publique la composition du nouveau gouvernement minoritaire fédéral mercredi. Plusieurs anciens membres ont été reconduits dans leurs fonctions, d’autres ont changé de portefeuille, tandis que quelques nouveaux visages ont émergé.

Voici quelques-unes des priorités du nouveau cabinet

  • Sur le plan politique

Il va falloir œuvrer à trouver un équilibre dans un pays qui est fragmenté, à la suite des élections qui ont clairement marqué une ligne de démarcation entre les préoccupations divergentes d’est en ouest.

  • En ce qui concerne les préoccupations économiques

Il y aura des décisions à prendre au sujet de l’affaire SNC-Lavalin. Le ministre de la Justice aura à décider, en tant que procureur général du Canada, des suites à réserver à cette affaire de corruption qui risque de priver le géant québécois de l’ingénierie de tout contrat au fédéral pendant les 10 prochaines années.

Par ailleurs, il faut poursuivre la politique budgétaire du gouvernement libéral, sans impératif de retour à l’équilibre budgétaire durant ce deuxième mandat. Le fédéral doit faire preuve de doigté dans la gestion des relations commerciales tendues avec la Chine et prendre une décision mûrie dans le dossier du déploiement de la technologie 5G. Il doit tenir compte de plusieurs enjeux, dont la sécurité nationale du pays et de ses alliés, la détention de la fille du patron de Huawei, le géant chinois des télécommunications qui détient les clés du 5G.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, prend la parole lors d’une conférence de presse après la présentation de son nouveau cabinet, à Rideau Hall à Ottawa, Ontario, Canada.REUTERS/Blair Gable

  • En ce qui a trait aux préoccupations sociales 

L’emploi des jeunes, la lutte à l’itinérance et à la violence conjugale, l’expansion de l’allocation canadienne pour enfants avec la bonification du soutien aux enfants de moins d’un an seront des dossiers d’intérêt. Le soutien à la classe moyenne (baisse d’impôts) doit connaître une certaine avancée, tout comme le dossier de la réconciliation avec les communautés autochtones partout au pays.

  • Au chapitre de la lutte aux changements climatiques

Certains dossiers complexes, à l’instar de l’expansion du pipeline Trans Mountain, en Colombie-Britannique, demeurent prioritaires pour le nouveau cabinet qui devra compter avec la pression de l’opinion publique concernant les changements climatiques.

  • Internet et nouvelles technologies 

En définitive, d’autres enjeux comme celui de la taxation des géants du web, de la cybersécurité avec les menaces de vol de données qui plane sur internautes, la question de l’efficacité des services publics et la gestion du fiasco Phoenix seront au centre des préoccupations gouvernementales.

Ce sont en tout 36 ministres, dont 7 nouveaux visages et 21 ministres qui changent de mandat, qui ont pris fonction à Ottawa. Il faut dire que la place du Québec dans ce gouvernement est assez importante, avec un lieutenant qui s’occupera en particulier des intérêts de cette province au sein du cabinet.

Au poste de vice-première ministre (poste qui existe pour la deuxième fois au Canada depuis une quinzaine d’années), l’ex-ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland se voit ainsi confier un rôle central dans ce gouvernement qui aura à travailler d’arrache-pied pour réussir le processus de réconciliation avec l’ouest du pays.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau Crédit : Radio-Canada

« Nous allons toujours travailler à rassembler les Canadiens d’un bout à l’autre du pays. Nous nous rendons compte combien nous avons à travailler très fort au quotidien pour répondre aux nombreuses attentes des Canadiennes et Canadiens. Nous avons vu clairement que les Canadiens veulent qu’on puisse continuer à faire croître l’économie, qu’on œuvre à la réunification du pays et au mieux-être des enfants et des familles canadiennes. Nous allons travailler main dans la main avec les autres partis au parlement pour répondre à ces attentes », a affirmé le premier Justin Trudeau, lors du point de presse après la cérémonie d’assermentation.

Le conseil :
    • Chrystia Freeland devient vice-première ministre et ministre des Affaires intergouvernementales
    • Anita Anand devient ministre des Services publics et de l’Approvisionnement
    • Navdeep Bains devient ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie
    • Carolyn Bennett demeure ministre des Relations Couronne-Autochtones
    • Marie-Claude Bibeau demeure ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire
    • Bill Blair devient ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile
    • Bardish Chagger devient ministre de la Diversité et de l’Inclusion et de la Jeunesse
    • François-Philippe Champagne devient ministre des Affaires étrangères
    • Jean-Yves Duclos devient président du Conseil du Trésor
    • Mona Fortier devient ministre de la Prospérité de la classe moyenne et ministre associée des Finances
    • Marc Garneau demeure ministre des Transports
    • Karina Gould devient ministre du Développement international
    • Steven Guilbeault devient ministre du Patrimoine canadien

  • Patty Hajdu devient ministre de la Santé
  • Ahmed Hussen devient ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social
  • Mélanie Joly devient ministre du Développement économique et des Langues officielles
  • Bernadette Jordan devient ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne
  • David Lametti demeure ministre de la Justice et procureur général du Canada
  • Dominic LeBlanc devient président du Conseil privé de la Reine pour le Canada
  • Diane Lebouthillier demeure ministre du Revenu national
  • Lawrence MacAulay demeure ministre des Anciens Combattants et ministre associé de la Défense nationale
  • Catherine McKenna devient ministre de l’Infrastructure et des Collectivités
  • Marco E. L. Mendicino devient ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté
  • Marc Miller devient ministre des Services aux Autochtones
  • Maryam Monsef devient ministre des Femmes et de l’Égalité des genres et du Développement économique rural
  • Bill Morneau demeure ministre des Finances
  • Joyce Murray devient ministre du Gouvernement numérique
  • Mary Ng devient ministre de la Petite Entreprise, de la Promotion des exportations et du Commerce international
  • Seamus O’Regan devient ministre des Ressources naturelles
  • Carla Qualtrough devient ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’Inclusion des personnes handicapées
  • Pablo Rodriguez devient leader du gouvernement à la Chambre des communes
  • Harjit Sajjan demeure ministre de la Défense nationale
  • Deb Schulte devient ministre des Aînés
  • Filomena Tassi devient ministre du Travail
  • Dan Vandal devient ministre des Affaires du Nord
  • Jonathan Wilkinson devient ministre de l’Environnement et du Changement climatique
Avec Radio-canada et des informations du gouvernement fédéral .
Share
Catégories : Politique
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*