Des musulmans lors d’une séance de prière. Crédit : Istock.

Mosquée de Québec : plus de clichés contre les musulmans 3 ans après l’attaque?

Samaa Elibyari, membre du comité d’organisation de la Semaine de sensibilisation musulmane, répond par l’affirmative. Cela justifie la deuxième édition de cet événement, qui commence le 23 janvier, souligne-t-elle.

Samaa Elibyari, membre du comité d’organisation de la Semaine de sensibilisation musulmane (SSM) Crédit : Morin RP

« C’est une semaine où on se fait connaître, où on se fait comprendre, parce que nous réalisons que nos compatriotes ne connaissent pas la communauté musulmane locale, donc les musulmans du Québec, et en particulier les musulmans de Montréal », explique Mme Samaa.

Trois ans après cet événement tragique qui a entraîné la mort de six personnes et causé de graves blessures chez huit autres, la communauté musulmane souhaite changer les images fausses qui tronquent leur représentation et leur perception au sein de la société québécoise, soutient-elle.

« Quand on parle de musulmans, on s’imagine toujours ce qu’on voit à la télévision le soir aux nouvelles. Et malheureusement, ce ne sont pas de bonnes nouvelles, alors que nous nous sommes des citoyens à part entière, nous sommes des Québécois, des Québécoises, nous partageons les mêmes valeurs de notre société, et c’est ce message que nous voulons faire parvenir », relevé Mme Samaa.

Écoutez

La Semaine de sensibilisation musulmane servira à souligner la contribution à la société des 300 000 musulmans présents au Québec et à établir un pont avec le reste de la population. Crédit : iStock

Contrer les stéréotypes

La Semaine de sensibilisation porte sur des thèmes susceptibles de renverser les clichés et autres points d’ancrage de la stigmatisation souvent sur la base de problèmes importés d’ailleurs et dont se sentent victimes les musulmans du Québec.

« On s’est rendu compte qu’il y a beaucoup de stéréotypes à propos des musulmans et ces stéréotypes sont importés à travers les médias, à travers les nouvelles que nous entendons tous les jours, et qui se passent dans les pays lointains. Ce n’est pas notre réalité, ce n’est pas ce que nous vivons ici au Québec. »

Samaa Elibyari estime qu’il est temps qu’une véritable symbiose s’installe entre les Québécois et la communauté musulmane. Elle dit espérer que la Semaine de sensibilisation « éveille un goût » chez les autres afin qu’ils sachent mieux qui sont les musulmans du Québec. C’est ainsi qu’elle considère que « cette semaine c’est comme une fenêtre ouverte sur leur vie ici ».

« On espère que, par la suite, on pourra bâtir des liens, qu’il y aura des conséquences positives suite à cette semaine », a-t-elle ajouté.

Selon elle, au-delà de l’élan de solidarité manifesté à la suite de cette attaque, la société québécoise doit se positionner comme une société plus inclusive.

Au Québec, 48 % des hommes musulmans et 41 % des femmes musulmanes ont un diplôme universitaire. Le taux de chômage des musulmans à Montréal atteint 18 %, et 11 % à Québec, contre 7,8 % pour la population en général. (Source : Statistique Canada, 2011)

C’est ainsi que les activités au menu de la Semaine de sensibilisation incluent un panel, organisé le 28 janvier par le Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence, qui porte sur les formes de discrimination contre les minorités.

« Je pense que la conception n’a pas évolué malheureusement, parce que les circonstances qui l’entourent n’ont pas évolué. Je pense au contraire que les malentendus se sont renforcés après cette tragédie. Alors qu’au début, il y a eu comme une vague de sympathie pour les musulmans, mais ce qui nous manque c’est la connaissance, c’est-à-dire que c’est le contact personnel direct avec les musulmans. Qui nous sommes, qu’est-ce que nous faisons, comment nous vivons comme des musulmans québécois? Et ce malentendu a continué. […] C’est la deuxième année que nous avons cette semaine et justement le but c’est de démystifier ces mythes qui nous entourent. »

Le comité d’organisation a tendu la main aux paliers gouvernementaux pour soutenir les activités auxquelles sont conviés les Québécois de tous âges, sans distinction de confession religieuse. Ils pourront apprécier les contributions des musulmans à la société, tout en prenant part à la commémoration de la tragédie, à l’hôtel de ville de Montréal et à l’Université McGill, le 29 janvier.

En complément :

Deux des survivants de l'attentat de la grande mosquée de Québec ont pris la route pour être à Gatineau ce soir. Laurie Trudel les a rencontrés.
Catégories : Religion, Société
Mots-clés : , , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et, pour une période indéterminée, l'espace des commentaires est fermé. Cependant, nos réseaux sociaux restent ouverts à vos contributions.