L'opposant camerounais Maurice Kamto a décidé de ne présenter aucun candidat de son parti aux élections du dimanche 9 février. (Crédit photo : Reuters/Zohra Bensemra)

L’opposant camerounais Maurice Kamto craint une implosion du pays

La décision du principal parti d’opposition de boycotter les élections législatives et municipales qui se sont déroulées dimanche donne le champ libre pour une victoire du parti du président indélogeable Paul Biya. En proie à plusieurs conflits meurtriers, le Cameroun semble toutefois s’enfoncer de jour en jour dans une crise sans fin.

En passage éclair à Montréal pour rencontrer la diaspora camerounaise, l’opposant numéro un Maurice Kamto a fustigé ces élections qu’il a qualifiées de « mascarades ». Celui qui est le président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), le même qui a appelé au boycottage du scrutin, s’adresse maintenant au pouvoir en place afin qu’il accepte une transition pacifique pour « sauver le pays de la catastrophe ».

« Mon message de mobilisation est le même partout, a déclaré en entrevue téléphonique Maurice Kamto. Ces élections n’auraient jamais dû avoir lieu, car le Cameroun est victime d’enjeux multidimensionnels graves dont les aspects les plus importants sont une crise sécuritaire et humanitaire combinée à une crise politique. »

Dans l’Extrême-Nord du pays, le Cameroun est en effet confronté depuis 2014 à des attaques récurrentes de la part de l’insurrection Boko Haram. Rien qu’en 2019, la secte djihadiste affiliée au groupe État islamique né au Nigeria a fait 275 morts, en majorité des civils, d’après un récent rapport d’Amnistie internationale.

Mais il y a aussi les affrontements violents au cœur des deux régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, entre la fronde indépendantiste et l’armée, qui ont fait plus de 3000 morts et plus de 700 000 déplacés, selon les ONG.

« C’est une véritable guerre civile fratricide, indique Maurice Kamto. On ne peut pas organiser des élections pour la désignation des conseillers municipaux et des députés à l’Assemblée nationale à Yaoundé sans que nos compatriotes anglophones ne puissent y prendre part. »

La démocratie ou rien

C’est pourquoi le leader du MRC appelle à une refonte complète du code électoral qui laisserait place cette fois à un véritable « jeu démocratique » faisant participer toutes les composantes de la société camerounaise aussi bien francophones qu’anglophones.

Après avoir passé près de neuf mois derrière les barreaux pour avoir accompagné les manifestations suite à sa défaite et celle de son parti après la présidentielle de 2018, le farouche opposant au chef de l’État a exhorté les Camerounais à boycotter le vote de dimanche.

« On n’accepte pas cette fausse manœuvre électorale qui vise à conforter le régime actuel, clame l’homme de 65 ans qui a œuvré comme ministre délégué à la Justice. Avant de partir en élection, la formation politique de Paul Biya est déjà assurée de remporter 134 des 180 sièges. Ce n’est pas sérieux! Les élections [deux fois reportées depuis 2017] ne résoudront rien, elles vont plutôt empirer les choses. »

« Participer à ces élections nous aurait fait perdre toute crédibilité auprès des Camerounais qui veulent choisir librement leurs dirigeants. Je me batterai jusqu’au bout pour que ce jour arrive. »

Maurice Kamto revendique toujours sa victoire lors des présidentielles de 2018. (Crédit photo : Reuters/Zohra Bensemra)

Rappelons que, depuis 37 ans, le président Paul Biya règne sans partage sur ce pays d’Afrique centrale de 25 millions d’habitants. Maurice Kamto assure avoir de son côté le soutien des Camerounais de la diaspora et de la communauté internationale. Même si le candidat malheureux à la présidentielle de 2018 a peur pour sa vie, il assure qu’il ne lâchera pas son combat.

« Le régime Biya possède les moyens militaires pour exercer une répression barbare et féroce sur la population, mais le Cameroun demeure un territoire fragile, explique l’opposant. Les conflits s’aggravent, des régions entières sont sinistrées, la situation sur place se dégrade, la question du tribalisme et la mauvaise gestion de l’économie ont plongé mon pays dans un désastre social sans précédent. »

Autant d’éléments qui font craindre un avenir sombre pour l’unité territoriale du Cameroun, croit Maurice Kamto qui accuse le régime de figer le pays avec « des politiques des années 1960 ». Alors que 75 % de la population camerounaise a moins de 35 ans, l’opposant reconnaît avoir le cœur brisé de voir toute une génération perdue.

« Je ne peux pas accepter que la jeunesse camerounaise n’ait pour choix que l’aventure dans le désert du Sahara ou la mort dans la Méditerranée parce qu’elle ne trouve aucun avenir dans son propre pays. »

Priscille Kanouo et son conjoint, Jean Marc Ngosso, enseignent tous les deux à l'école communautaire La Voie du Nord de la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM).

Lire aussi :

Du Cameroun au Québec et plus encore : A Second Chance, nouveau disque de Just Wôan

Les histoires à succès célébrées par la Jeune Chambre de Commerce Camerounaise du Canada

Un Canadien d’origine camerounaise souhaite aider au développement économique de son pays natal

Catégories : International, Politique
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*