Terreana Resort

Terreana Resort

Paintscaping 3D projection mapping – Du rêve à la réalité, de la réalité au rêve et à l’éblouissement

Share

Quand il est question d’ordinateurs, de programmation et d’expérimentation, Philippe Bergeron est un touche-à-tout qui répond toujours présent. Cet ancien étudiant  en informatique en l’Université de Montréal a réalisé avec des copains de claviers et d’élucubrations du vendredi soir un court film d’animation « Tony de Peltrie », un film qui avait fait bien des vagues à l’époque et qui avait été primé un peu partout sur la planète.  Il faut se rappeler qu’à cette période de la quasi-préhistoire du Web, nombre d’outils que l’on tient pour acquis aujourd’hui n’existaient pas.

Ritz Carlton - Hawaii
Ritz Carlton – Hawaii

Puis, est arrivé Los Angeles. En fait, il est arrivé, lui, à Los Angeles. Il est arrivé avec son diplôme en poche et une certaine reconnaissance suite au film d’animation, il travaille comme spécialiste en animation et … se lance dans la carrière de comédien (ils disent acteur en anglais) et d’humoriste sur scène (Stand Up Comic). Un soir de 2009, dans la cour arrière de sa demeure californienne, il s’amuse à passer le temps avec un projecteur vidéo, un ordinateur portable et un programme informatique de base avec des images. Sans le vouloir, Philippe Bergeron recouvre de couleur une grosse pierre du jardin. Pour le reste de la nuit, jusqu’au lever du jour, il a peint les arbres, le trottoir, les fleurs, l’arrière de la maison  avec de la couleur virtuelle. Le lendemain naissait sa compagnie, Paintscaping  3D Projection Mapping.

Une technique assez simple, une imagination débordante

 

Kodak Theatre (now Dolby)
Kodak Theatre (now Dolby)

Faire de la 3D projection mapping, c’est assez simple avoue Philippe Bergeron. Au lieu de se servir d’un canevas, d’une toile comme instrument sur lequel on fait la projection, on utilise l’environnement, ce qu’il y a autour de nous. Cette forme d’art se fait le soir et, à la réalité du monde, on ajoute des éléments virtuels qui se fondent dans le décor. « Le but de l’exercice n’est pas de fasciner de façon technique mais artistique, de procurer de l’émotion à ceux qui assistent à la projection » affirme Philippe Bergeron. Des balcons réels des quels sautent des personnages virtuels, des colonnes d’un casino qui s’écroulent, virtuellement bien sûr, des suites d’un tremblement de terre, « l’œil n’arrive pas à faire la différence entre le réel et ce qui est inventé. Tout est possible, ça ne ressemble à rien d’autre et nous n’en sommes qu’aux premier pas dans ce domaine » ajoute le créateur passionné.

Un rêve « paintscaper la Lune »

Oui, rien de moins. Il a même sérieusement pris contact avec une importante société de conception et de fabrication de lentilles et de projecteurs. Bon, c’est un rêve un peu fou, dit-il, mais, c’est par le rêve qu’on avance.

Ah oui, la réponse pour le projecteur assez puissant pour faire de la peinture d’aménagement lunaire : peut-être dans 50 ans!

 

Philippe Bergeron, créateur de Paintscaping.com
Philippe Bergeron, créateur de Paintscaping.com

Philippe Bergeron, créateur de  Paintscaping  3D Projection Mapping est l’invité au micro de Raymond Desmarteau.

Écoutez

 

Share
Mots-clés : ,
Publié dans : Arts et spectacles, Science et technologie, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*