@*@ Header
@*@ Single
IGA

Crédit photo : Martin Labbé

Interdiction de parler anglais. Le gérant d’une épicerie québécoise se transformerait en justicier de la langue

L’espagnol aussi et d’autres langues ne seraient pas les bienvenues

Des employés d’une épicerie à quelques kilomètres au sud du centre-ville de Montréal affirment que leur gérant a décidé de leur interdire de parler anglais entre eux.
Une jeune employée de 17 ans a alerté les médias anglophones de sa ville pour dénoncer le fait que le gérant d’une épicerie IGA dans la petite municipalité de Saint-Lambert aurait décidé de manière unilatérale, et illégale d’interdire à tous ses employés d’échanger en anglais non pas uniquement en présence des clients, mais aussi lorsqu’ils sont en période de repos.

Meaghan Moran, 17 ans, affirme que lorsqu’elle a obtenu un emploi à temps partiel pour travailler dans une épicerie IGA sur boulevard Sir-Wilfrid-Laurier à Saint-Lambert tout ce qu’elle voulait, c’était un travail à temps partiel, mais que cela s’est plutôt changé en une dure leçon sur l’usage de langue au Québec et le climat de restriction de plus en plus prévalent qui règne dans cette province depuis l’élection il y a neuf mois d’un gouvernement du Parti Québécois.

Une anglophone parfaitement bilingue, Meaghan Moran, a déclaré au réseau de télévision CTV à Montréal, affirme qu’elle a d’abord été prévenue par un ami dans la salle à manger des employés de faire attention ce qu’elle disait et de diminuer son utilisation de l’anglais parce que la direction ne l’aimait pas. Puis elle a reçu un avertissement.

Meaghan Moran affirme : « si je veux parler à mon ami sur ma pause en anglais, je devrais être autorisé. Ça devient trop restrictif. »

La langue anglaise ne serait pas la seule qui dérange

La propriétaire du magasin, Louise Menard, a refusé d’accorder une entrevue à la caméra, mais elle a expliqué son raisonnement dans un entretien téléphonique. Elle dit qu’elle pense que lorsque les employés parlent leur propre langue entre eux, que ce soit en anglais, espagnol ou russe, même sur leur propre temps dans la salle des professeurs, cela crée des tensions et des malentendus dans le lieu de travail.

Menard souligne toutefois que parler uniquement le français dans son établissement n’est pas nécessaire, c’est plutôt demandé.

Ce n’est pas ce que disent certains employés de son magasin de Saint-Lambert cependant. D’autre part, Meaghan Moran a enregistré selon le réseau CTV cette conversation avec deux de ces supérieurs : « Si nous permettons à d’autres langues que le français soit parlé, ce qui va se passer dans la chambre de ses employés? Nous aurons un ghetto. Nous aurons un petit groupe d’Espagnol, un petit groupe d’Anglais »

Opinions légales

Le spécialiste du droit constitutionnel et des droits de l’homme Julius Grey estime que toute cette situation représente une violation flagrante de la liberté d’expression et du principe d’égalité entre citoyens au Canada.

« C’est une demande qui n’a tout simplement pas de justification suffisante pour aller à l’encontre des droits fondamentaux », a déclaré Grey.

L’Office québécois de la langue française et sa porte-parole Martin Bergeron affirment qu’il n’y a aucune disposition dans la Charte de la langue française qui empêche les employés de parler anglais entre eux au cours d’une journée de travail.

Meaghan Moran, entre-temps, est à la recherche d’un autre emploi d’été, et envisage de déposer une plainte auprès de la Commission des droits de la personne du Québec.

Tagués avec : , ,
Publié dans : Francophonie, Immigration, Politique, Société
@*@ Comments
6 comments on “Interdiction de parler anglais. Le gérant d’une épicerie québécoise se transformerait en justicier de la langue
  1. Francois dit :

    Petit petit Québec! Certains voudraient une nation, mais on devient surtout une tribu…

  2. Benoit R Brisson dit :

    Non mais franchement…j’ai honte! Je vis en Colombie-Britannique et je parle français de temps à autres durant mes temps de pauses lorsque je croise des collègues francophones et au contraire, je n’ai jamais eu de problèmes de la sorte! Au contraire, même qu’ici ça amuse des collègues anglophone de prêter oreille et essayer de comprendre

  3. Danny Gratton dit :

    Hey! Fran.chement c’est surement une petite ados frustré! Les jeunes qui se font rappeler a l’ordre parce qu’ils bavardent trop! Moi je vais dans plein de commerce puis on me regarde comme un animal quand je parle francais j’appelle pas Mongrain ou Lévesque je ne fais pas de généralisation mais constate la friction réelle apres tout c’est un passé de guerre qui nous précedent . Les Québécois sont des éternels exploité. Bien triste mais tout comme c’est gens qui travaille pour le diable… 99 pourcent des gens

  4. Danielle Amyot dit :

    Je pense que ce qui peux se passer quand les employés parlent plusieurs langues. Des fois, un groupe en profite pour parler dans le dos de personne dans une langue que la personne ne comprends pas. Cela peux creer des tensions.

    Personnelement j’ai déjà vécu cela dans un centre volontaire au Brésil. Les hispanophones parlaient contre les anglophones et cela causait des tensions.

    Quand tous le monde doit parler la même langue, au moins tu sais ce qui se dit.

  5. Pierre Tremblay dit :

    Je suis certain qu’il y a anguille sous roche. Le responsable qui a pris cette décision a du percevoir un autre problème.

    Il est certain que les médias anglophones vont monter cette nouvelle à la une.

  6. Jacques Beaulieu dit :

    Il y a quelques années en vacance en Alberta sur la route de Galgary en direction de Banf nous sommes arrêter à un fast-food genre Wendy’s ou A&W le jeune homme à la caisse était de notre région au Québec, il s’est excuser de ne pas pouvoir nous parler plus longuement en français car cela lui était interdit pourtant cela n’a pas fait les manchettes dans les médias pour autant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current day month ye@r *