Fonte des glaces arctiques telle que vue du pont du brise-glace canadien Louis S. St-Laurent.

Fonte des glaces arctiques telle que vue du pont du brise-glace canadien Louis S. St-Laurent.
Photo Credit: PC / Jonathan Hayward

La fonte des glaces en Arctique, un « bombe à retardement »

Un groupe de chercheurs européens, scientifiques et économistes, la fonte rapide des glaces en Arctique serait en fait « une bombe à retardement » qui coûterait au moins 60 mille milliards de dollars au cours des 10 prochaines années. Ce montant astronomique s’approche dangereusement des 70 mille milliards de dollars que représentait la totalité de l’économie mondiale en 2012.

Les chercheurs – Gail Whiteman, de l’École de Gestion de Rotterdam et de l’Université Erasmus des Pays Bas, Chris Hope de l’École des Hautes Études Commerciales Cambridge Judge Business School en Grande-Bretagne et Peter Wadhams, professeur de Physique océanique à l’Université de Cambridge – appellent à la création d’un modèle économique pour faire face aux impacts des changements climatiques.

Un tel modèle est attendu depuis très longtemps, surtout quand on constate l’absence d’un plan international effectif et efficient pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

 Sécheresse
Sécheresse © IS/iStock

« La disparition imminente des glaces d’été en Arctique aura un impact aux répercussions énormes sur l’accélération des changements climatiques et la libération du méthane des eaux au large qui peuvent maintenant se réchauffer suffisamment en été. Cet apport massif de méthane aura des effets majeurs tant sur l’économie mondiale que sur les différents sociétés de la planète, » affirme la professeure Gail Wadham.

 

Ouverture des routes maritimes

À ce jour, le déclin des glaces arctiques a été largement perçu comme un bénéfice économique substantiel tant pour la navigation commerciale que pour la recherche en hydrocarbure. On suppose que l’Arctique  recèlerait 30% du gaz naturel non encore découvert et 13% du pétrole encore à découvrir.

Par contre, la fonte des glaces libère des quantités de méthane dans l’atmosphère terrestre, accélérant de ce fait le réchauffement planétaire.

Dans cette étude publiée dans la revue scientifique Nature, les chercheurs ont évalué à 50 gigatonnes le méthane libéré dans l’atmosphère au cours de dix prochaines années suite au dégel du pergélisol sous la mer de Sibérie orientale. Le chiffre astronomique de 60 mille milliards de dollars en impacts directs se manifestera par des écarts extrêmes des températures, par des inondations, des sécheresses et une chute de la santé générale des populations.

De plus, il ne s’agirait ici que d’une évaluation préliminaire car les auteurs ne considèrent pas dans l’étude l’acidification des océans et les changements possibles de la circulation atmosphérique, deux phénomènes  non encore bien compris. On ne peut pas non plus évaluer les coûts possibles des gaz à effet de serre qui seront libérés par la fonte du pergélisol.

Les pays en développement seront les plus touchés

 Innondation
Innondation © iStock

« La plus grande partie de ces coûts globaux – près de 80% – touchera les pays en développement qui n’ont pas les infrastructures nécessaires pour faire face aux désastres naturels, » souligne  le professeur Chris Hope.

Il lance un appel pressant aux leaders mondiaux afin qu’ils investissement massivement dans la recherche et la mise sur pied d’un système de modélisation économique qui calculera les impacts de ces changements dans le paysage arctique.

Selon les auteurs, les dommages économiques qui affecteront toutes les nations élimineront complètement tous les gains à court terme qu’apporteront les nouvelles routes maritimes et l’extraction de gaz et de pétrole, même si on arrive à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

« Dans tous ces cas, il y a un prix énorme à payer pour l’ensemble de la planète dans tous ces changements climatiques dans l’Arctique, et cela malgré tous les gains possibles à court terme pour les communautés arctiques, les nations circumpolaires et l’industrie en général, » ajoutent les auteurs dans une note finale teinté de réalisme amer.

Mots-clés : ,
Publié dans : Économie, Environnement, International, Santé, Science et technologie, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*