samdim_facebook_nouveau_look

Pourquoi surveillons-nous notre amoureux sur Facebook?

Share

Plusieurs personnes sont tentées de surveiller leur amoureux ou ex-conjoint sur les réseaux sociaux et particulièrement sur Facebook, pourquoi?

Les professeurs Jesse Fox, de l’Ohio State University, et Katie Warber, de Wittenberg University, se sont penchés sur la question et ont entrepris une recherche empirique auprès d’un groupe de 328 individus, hommes et femmes.

Contrairement aux a priori des deux universitaires, il y a un lien plutôt faible entre la solidité du couple et la surveillance électronique sur les réseaux sociaux, exercée par les conjoints ou les petits amis.

Leurs recherches ont par contre démontré que la façon avec laquelle on tisse et on entretient des liens avec nos partenaires de cœur est déterminante.

4 types de relations ont été identifiées: «préoccupé», «apeuré», «sûr» et «méprisant» :

Préoccupé: les personnes qui ont une grande estime pour leur partenaire, mais qui ont des doutes sur leur place dans le couple.

Apeuré : celles qui craignent d’être blessées. Elles sont peu affirmatives et elles ont tendance à éviter la confrontation avec l’autre.

Sûr: des individus confiants qui sont à l’aise dans une relation intime.

Méprisant: Des personnes ayant une grande estime d’elle-même et une perception négative des autres. Elles sont émotivement plus indépendantes et tendent à ne pas s’engager dans une relation sérieuse.

Les personnes dont les types de relations étaient «préoccupé» ou «apeuré» ont indiqué surveiller plus régulièrement leur ami/amie de cœur.

Les chercheurs ont conclu que le niveau de surveillance sur notre amoureux nous renseigne plus sur les traits de notre personnalité que sur notre relation amoureuse.

Espionner son ex.: 88 % admettent le faire

Une thèse soutenue à l’université Western Ontario par Veronika Luckas a trouvé que :

  • 88 % des gens espionnent leur ex-partenaire après la séparation, et parfois d’une façon obsessive, frôlant même le harcèlement criminel;
  • 70 % de ces personnes utilisent le compte Facebook de leurs amis pour suivre les traces d’un ex-amoureux après l’avoir effacé de leur propre page Facebook.

Certaines personnes vont jusqu’à pirater le compte de leur ex-conjoint pour arriver à leurs fins.

Les partenaires qui ont enlevé leur ex de leur liste d’amis FB sont curieusement plus stressés que ceux qui les ont gardés!

Les outils comme le moteur de recherche de Facebook, Social Graph, facilitent cette «filature».

Par ailleurs, des agents de l’Agence de sécurité nationale américaine (NSA) ont utilisé , durant la dernière décennie, les systèmes de surveillance – particulièrement électroniques- de l’agence pour espionner leurs relations amoureuses.

Écoutez

Zoubeir Jazi

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Internet et technologies, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*