Un navire de type destroyer de la Marine Royale Canadienne

Un navire de type destroyer de la Marine Royale Canadienne
Photo Credit: PC / PAUL CHIASSON

Facture des futurs navires militaires canadiens de plus de 100 milliards de dollars

Share

Presque trois plus qu’initialement prévu il y a deux ans

En 2011, le gouvernement canadien chiffrait à 35 milliards de dollars la construction de 40 nouveaux bateaux, dont 15 navires de combat de surface.

Les nouvelles données publiées cette semaine par le ministère canadien des Travaux publics tiennent cependant maintenant compte de coûts de fonctionnement et d’exploitation, ainsi que des frais de personnel, sur une période de 30 ans, soit le cycle de vie complet des bateaux.

Le gouvernement canadien présente ces chiffres avant la publication d’un rapport du vérificateur général du Canada, Michael Ferguson, sur la Stratégie nationale d’approvisionnement en matière de construction navale. Le dépot de ce rapport est prévu pour plus tard cet automne.

Aide-mémoire…

Rapport accablant du vérificateur sur les F-35 en 2012

  • Le gouvernement canadien avait subi de très sévères critiques l’an dernier du vérificateur général du Canada dans le cadre de son programme d’achat d’avions de chasse F35, dont le coût est passé de 9 milliards de dollars en 2010 à 45 milliards de dollars en 2012, selon la firme KPMG.
  • Le vérificateur général Michael Ferguson accusait les ministères de la Défense et des Travaux publics d’avoir camouflé le coût réel du programme d’achat de ces avions.
  • Selon le vérificateur, les coûts d’achat et les coûts d’entretien des nouveaux avions avaient aussi été mal évalués.
  • Les coûts liés à la mise à niveau technologique des avions, le coût des armes qu’ils transporteront et le coût des avions de remplacement ne figuraient également nulle part dans les livres du gouvernement, constatait le vérificateur.
La frégate Charlottetown
La frégate Charlottetown a mis le cap sur la Libye le 2 mars 2011. © PC/Andrew Vaughan

À quoi peuvent bien servir les navires militaires du Canada?

Beaucoup de Canadiens se montrent sceptiques par rapport à la force de frappe et à l’utilité véritable de la marine militaire canadienne. Le Canada possède le plus long littoral au monde et pour être théoriquement à la hauteur de toutes les situations cette marine militaire devrait pouvoir compter sur un plus grand nombre de navires que ce n’est le cas en ce moment.

La Marine royale canadienne possède près de 30 navires de guerre mais seulement 3 d’entre-eux sont des destroyers.

Un rôle d’appuis militaire

La Marine royale canadienne à pour rôle premier d’assurer la souveraineté du Canada, de surveiller les approches maritimes et de protéger les ressources naturelles en eaux canadiennes en plus de contribuer à la sécurité mondiale.

Ses navires sont déployés à travers la planète afin de soutenir les opérations des Forces canadiennes ou parfois américaines. Elle participe souvent à des exercices interarmées avec le principal allié du Canada, les États-Unis, et d’autres forces de l’OTAN.

NCSM Algonquin, le NCSM St. Johns et le NCSM Protecteur
NCSM Algonquin, le NCSM St. Johns et le NCSM Protecteur © Forces canadiennes

Le combat contre les narcotrafiquants

Ces dernières années la marine militaire canadienne est devenue importante dans le combat contre le commerce international de la drogue.

Un navire de la Marine royale canadienne a participé par exemple à la fin du mois d’octobre à une opération de la garde côtière des États-Unis qui a permis la saisie de plus de 1,1 tonne de cocaïne dans l’océan Pacifique.

Lors de la fouille d’un premier bateau suspect, le 25 octobre, l’équipage du NCSM Edmonton a découvert 640 kilogrammes de cocaïne.

Deux jours plus tard, 470 kilogrammes de cocaïne ont été trouvés dans un autre navire suspect et dans des sacs qui avaient été jetés par-dessus bord par l’équipage du bateau.

Les deux arraisonnements se sont déroulés sans incident et les stupéfiants saisis seront détruits
Dans les deux cas, c’est un aéronef canadien CP-140 Aurora qui a initialement repéré les navires suspects.

Le ministre canadien de la Défense, Rob Nicholson, a alors félicité les membres de l’équipage canadien. Il a souligné que la participation à des opérations interarmées avec les alliés permet d’empêcher l’entrée de drogues illicites au Canada.

La vie dans la Marine royale canadienne (MRC)

Share
Mots-clés : ,
Publié dans : Économie, International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*