Gustave, dont le nom a été choisi par un vote populaire en ligne, est le premier futur résident du café.
Photo Credit: Café Chat L'heureux

Le café à «ronron thérapie», bientôt à Montréal

Share
Écoutez

La date d’ouverture n’a pas encore été fixée, mais un café à chat — le tout premier en Amérique du Nord — aura pignon sur rue au centre-ville de Montréal, d’ici la fin du mois d’août.

Le concept est simple:  on sirote une boisson ou on mange une bouchée en compagnie de félins câlins.  Il n’y a rien de mieux, dit-on, pour se détendre.

Les chats et les chiens, surtout, servent depuis des années à des fins thérapeutiques.  Il a été démontré que les animaux ont un effet calmant et si on se fie à certaines études, que leur présence peut même améliorer le bien-être physique.

Une idée venue d’Asie

Il y a plus d'une trentaine de cafés à chat au Japon seulement.  Les animaux domestiques sont souvent interdits par les propriétaires de logements locatifs, ce qui explique en partie leur popularité.

Il y a plus d’une trentaine de cafés à chat au Japon seulement. Les animaux de compagnie sont souvent interdits par les propriétaires de logements locatifs, ce qui explique en partie la popularité des établissements où on peut interagir avec la gente poilue.  Crédit photo:  Terence Carter.

C’est à Taïwan que le premier «cat café» a vu le jour à la fin des années 1990 et depuis, des dizaines d’établissements du genre font le bonheur des amoureux des chats, en Europe et en Asie.

Au Japon, par exemple, on «loue» les bêtes à l’heure.  À Singapour, on paie un droit d’entrée, mais ça ne sera pas le cas à Montréal, dit le géniteur du projet ici, Clément Marty.

«La perception du coût d’entrée ça se rapproche beaucoup du zoo,» explique-t-il.  «Moi je veux me décrocher de ça.  Je veux vraiment que les gens prennent pour acquis que le Café Chat L’heureux c’est un endroit où on entre dans le royaume des chats qui vont résider là.»

Ce Français d’origine, diplômé en administration des affaires et en logistique industrielle, veut s’assurer que les chats soient maîtres de leur domaine et parfaitement à leur aise.  «Le projet va tenir à ça.»

C’est à votre goût, Monsieur le chat?

img_0678

Clément Marty, le fondateur du Café Chat L’heureux à Montréal, dit que le bien-être des chats est prioritaire et qu’aucun détail ne sera laissé au hasard.  Crédit photo: http://iamjudgmental.com

Tout aura été pensé en fonction de leurs besoins — de la sélection des occupants des lieux jusqu’à l’aménagement de l’espace.

«Il y a peut-être un chat sur dix qui sera vraiment heureux dans cet environnement donc on ne laisse pas de place à l’erreur et tout est bien calculé dans notre démarche,» note Clément Marty.

Il travaille de concert avec des comportementalistes du chat, des vétérinaires et des refuges pour identifier les meilleurs candidats.  Le processus de sélection prend de deux à trois semaines.

À terme, une dizaine de chats se partageront le local du café.

Ils disposeront de perchoirs inaccessibles aux humains pour profiter de moments tranquilles, lorsqu’ils ont besoin de solitude.  Et ils pourront se retirer dans une salle isolée pour un peu plus d’intimité.

«On veut pas matérialiser les chats,» dit Clément Marty.  Le café se veut éducatif, l’objectif premier étant de faire la promotion de l’adoption responsable.

D’autres entrepreneurs ont annoncé leur intention de lui emboîter le pas et d’ouvrir des cafés à chat à Toronto et à Vancouver plus tard cette année.

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Le café à «ronron thérapie», bientôt à Montréal»
  1. Réjean Tremblay dit :

    L’idée est brillante. J’ai deux chats et je peux vous assurez qu’ils ont un effet très bénéfique sur ma santé physique et mentale. Bravo pour l’idée.