Né le 2 janvier 1920, l'auteur américain Isaac Asimov a publié près de 500 ouvrages, dont des livres de blagues, des biographies et des guides sur la littérature. Mais il est surtout connu pour ses romans de science-fiction mettant en scène des robots.

Né le 2 janvier 1920, l'auteur américain Isaac Asimov a publié près de 500 ouvrages, dont des livres de blagues, des biographies et des guides sur la littérature. Mais il est surtout connu pour ses romans de science-fiction mettant en scène des robots.
Photo Credit: Stockphoto

À quoi ressemblera le Canada dans 500 ans dans un monde de robots imaginé par l’écrivain Isaac Asimov?

Share

Voilà la bonne question tout à fait inhabituelle que nous soumet, Pierre Phoba, un jeune fonctionnaire africain en République démocratique du Congo.

Cet auditeur de Radio Canada International se dit très impressionné par l’oeuvre de l’auteur américain de science-fiction Isaac Asimov qui est à l’origine des célèbres trois grandes lois de la robotique. Ces lois pourraient-elles un jour conditionner le comportement de tous nos robots ici au Canada?

  1. Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, restant passif, permettre qu’un être humain soit exposé au danger.
  2. Un robot doit obéir aux ordres que lui donne un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la Première loi.
  3. Un robot doit protéger son existence tant que cette protection n’entre pas en conflit avec la Première ou la Deuxième loi.

Dans ses histoires, la technologie n’est pas vue comme une menace pour l’humanité. Mais il pourrait s’être trompé…

Écoutez

Aide-mémoire…

Le robot autonome HitchBOT terminait cette semaine sa traversée en auto-stop du Canada.

  • Ce fut une grande aventure de trois semaines pour ce petit voyageur robotisé inventé par des universitaires dans la province de l’Ontario dans le but de susciter une réflexion et une discussion autour des avancées technologiques et de notre perception des robots.
  • HitchBOT a séduit des centaines de Canadiens, assisté à un pow-wow à Wikwemikong en Ontario, dansé le Harlem Shake en Saskatchewan, et a même été invité à un mariage à Golden, en Colombie-Britannique.
  • Ce HitchBot de la taille d’un enfant de six ans fait de matériaux recyclés pourrait-être l »éclaireur d’une véritable armada de robots qui seront déployé pour le mieux et pour le pire en travers de nos vies.
  • Les robots balaient déjà nos planchers, nous aident à faire la cuisine et ils livrent le courrier dans certaines entreprises. Cette cohabitation entre les humains et les robots pourrait mal finir si ces derniers devaient devenir trop intelligents ou trop performants…
    Anne Saulnier et son mari ont été les premiers à offrir une place dans leur véhicule à Hitchbot
    Anne Saulnier et son mari ont été les premiers à offrir une place dans leur véhicule à Hitchbot © CBC

Liens externes

Des robots à notre service – Radio-Canada

Isaac Asimov – Wikipédia

Nos articles récents

Comment immigrer au Canada ou au Québec?

À quoi ressemble la voie des airs du Grand Nord canadien?

Pourquoi les Canadiens ne voyagent-ils pas plus en dehors de leur pays?

Allez! Posez-moi une question sur le Canada : Stéphane.parent@radio-canada.ca

column-banner-stephen

Share
Mots-clés : , , ,
Publié dans : Internet et technologies

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*