Cougar

Photo Credit: iStockphoto

Des traces de cougar dans l’Est du Canada

Des scientifiques sont maintenant certains qu’au moins deux cougars ont sillonné le Québec au cours des dernières années ainsi que le Nouveau-Brunswick dans les Maritimes.

François-Joseph Lapointe, professeur au département des sciences biologiques de l’Université de Montréal confirme que depuis 2001, des poils de cougar ont bel et bien été récoltés en Gaspésie et au Bas-Saint-Laurent par des scientifiques.

Pour détecter la présence du cougar, 38 poteaux sur lesquels l’animal peut se frotter, et où on y a déposé des extraits olfactifs d’urine de cougar pour les attirer, ont été installés en Gaspésie et en Estrie au Québec, aussi au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse.

Au Canada, on trouve surtout des cougars dans l’Ouest du pays. La sous-espèce de l’Est, est très rare à tel point où on la croyait disparue.

Entre 2001 et 2012, 476 échantillons de poils ont été recueillis. « La plupart du temps, explique le chercheur, ce sont des poils de loup, de lynx et même des poils humains. Dans la baie de Fundy, on a même récolté des poils de phoque, mais dans 19 cas, on a eu des échantillons positifs pour des poils de cougar. »

Le chercheur souligne cependant qu’il n’y a sans doute pas 19 cougars sur le territoire couvert par l’étude. « On a, poursuit-il, des échantillons qui viennent du parc national de Forillon au Québec qui ont été récoltés de 2004 à 2009. Il n’y a rien qui nous dit que sur les tests positifs qu’on a eus, que ce n’est pas le même cougar qui s’est frotté sur les poteaux. »

Sur les 19 échantillons positifs, huit ont été trouvés en Gaspésie et un dans la région de La Matapédia.

Deux espèces différentes

À partir de l’ADN, une étudiante de François-Joseph Lapointe a développé un marqueur génétique qui permet de faire les distinctions entre les cougars originaires de l’Amérique du Nord et ceux d’Amérique du Sud.

Au total, six échantillons proviendraient du cougar de l’Amérique du Sud et 10 de l’Amérique du Nord. L’origine des trois autres prélèvements demeure indéterminée.

Un panneau de signalisation de cougar à Coquitlam
Un panneau de signalisation de cougar à Coquitlam en Colombie-Britannique dans l’Ouest du pays. © Steve Lus/CBC

Des échantillons des deux types de cougars ont été retrouvés en Gaspésie ce qui permet de confirmer la présence d’au moins deux bêtes.  « J’avoue, relève M. Lapointe, que la probabilité pour un Gaspésien de rencontrer un cougar dans le bois demeure très, très faible. »

Bien que plus de 1000 observations aient été rapportées dans la province de Québec depuis les années 1950, difficile d’affirmer avec conviction que ce grand félin est de plus en plus présent au Québec.  « Il faut, avertit M. Lapointe, toujours être très circonspects quant aux observations des citoyens. Si vous saviez le nombre de photos ou de vidéos que je reçois qui sont truquées ou sur lesquelles on voit des chats domestiques ou des chiens ou des loups. »

La présence de cougar a même été rapportée aux Îles-de-la-Madeleine. Là aussi, il est difficile de confirmer la chose puisque l’étude ne couvrait pas le territoire de l’archipel.

Plusieurs hypothèses

Au Québec, un cougar a néanmoins été abattu au fusil en Abitibi en 1992. Deux autres cougars ont aussi été tués par des voitures, un en Estrie et un autre dans les Laurentides.

Les scientifiques estiment toutefois qu’il est impossible d’affirmer s’il s’agissait d’animaux sauvages ou de bêtes qui se seraient échappés de propriétés privées ou de zoos.

Au moins trois hypothèses circulent pour expliquer la présence de cougar sur les territoires de l’Est du Canada.

Certains chercheurs avancent que les cougars ont toujours été présents au Québec et que les populations auraient été moins visibles ou en trop petit nombre pour être aperçues. Ce sont ces cougars qui réapparaîtraient aujourd’hui.

Une autre hypothèse veut que ce soient des cougars qui ont migré de l’Ouest canadien. « Il y a un exemple de ça. On a au Connecticut un cougar qui a été tué en 2011 et on sait qu’il a migré pendant 1500 km puisqu’il venait du Dakota-du-Nord », raconte François-Joseph Lapointe.

La troisième hypothèse serait qu’il s’agit de cougars domestiqués qui auraient été relâchés dans la nature.

RCI et Radio-Canada

Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Science et technologie

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

4 comments on “Des traces de cougar dans l’Est du Canada
  1. Pierre Roussel dit :

    Bonjour, je suis technicien forestier ,je travail pour le ministère des forêts faunes et parc du Quebec(Bas St laurent). Aujourd’hui Le 23 juillet 2015 j’ai vue un cougar. Je me déplaçait en véhicule à basse vitesse dans la forêt lorsque la bête à traverser le chemin. Étant habitué à voir des animaux en forêt, orignal,chevreuil etc…, cette fois ci, c’était différents. Le temps de penser un coyote, un bobcat, une longue queue, oups il est déjà disparu. Ça c’est passé en 2 seconde, alors pas le temps de prendre de photos. Il était 13h15 environ dans le secteur du lac humqui dans la vallée de la matapedia.

  2. Guylaine Marceau dit :

    Juste au cas ça a toujours de l’intérêt. Moi et ma fille ont a vue pas plus tard qu’hier.le 3 janvier 2015 , ce qui l’allure d’un Cougars noir. Elle était noir , très elancee et gracieuse avec une longue queue.
    Elle a passer devant nous , pas de photos de l’animal mais j’en ai pris des traces ,qu’elle a laissé derrière elle . Ca c’est passer a St-Malachie dans le conte de Bellechasse.