Enfant malade

Un enfant malade
Photo Credit: IS / iStock

Les Canadiens peuvent enfin savoir en quelques clics où trouver les meilleurs soins

Share

L’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) met sur web un petit outil qui permet la comparaison rapide de différents soins de santé offerts notamment dans les différents hôpitaux et autorités régionales de santé du pays.

ICIS est l’un des rares organismes privés au Canada voué à la promotion de standards nationaux dans le secteur des soins de santé. Ces soins sont au Canada largement supervisés par les provinces ce qui souvent donne naissance à des disparités de services importants.

À ce jour, seule une maigre sélection de comparaisons de statistiques étaient mises en ligne même si ICIS est devenue, surtout depuis les cinq à six dernières années, une véritable mine d’informations spécialisées pour les journalistes ou les experts de la santé.

Comment faire pour tous savoir

En se rendant sur le site web « Votre système de santé est immense » (www.votresystemedesante.icis.ca) les Canadiens accèdent aux différentes statistiques liées à 37 indicateurs sur l’état de santé, la sécurité et l’accès aux soins.

Il leur suffit d’inscrire le nom d’un hôpital, d’une ville, ou d’une province, et on peut avoir accès à des statistiques sur l’ensemble des soins de santé offerts.

Certaines des données disponibles sont rendues publiques pour la première fois, comme les différents temps d’attente à l’urgence où l’évaluation des médecins, classés par hôpital.

Données d'un rapport de l'Institut canadien d'information sur la santé (septembre 2014)
Données d’un rapport de l’Institut canadien d’information sur la santé (septembre 2014) © Radio-Canada

Des derniers de classe aux grands champions

Une recherche rapide permet de découvrir que le centre régional de santé de Yorkton dans la province de la Saskatchewan a le pire taux d’infections bactériennes graves de cette province de l’Ouest canadien, un taux deux fois supérieur à la moyenne nationale.

Quelques clics de plus permettent d’apprendre que la Colombie-Britannique affiche le nombre de décès évitables par 100 000 habitants le moins élevé au pays, soit 158, par rapport à l’Alberta (178), à la Saskatchewan (215) et au Manitoba (210), qui ont des taux plus élevés que la moyenne nationale, établie à 171.

L’hôpital Santa Cabrini, situé dans l’est de la Montréal, présente le pire taux de réadmission à la suite d’une arthroplastie de la hanche de tous les établissements de santé sur l’île de Montréal.

Pour ce type de chirurgie, les patients de l’hôpital Santa Cabrini ont donc près de cinq fois plus de chance de retourner à l’hôpital en comparaison avec la moyenne canadienne, qui se situe à 3,5 %.

D’après Claude Lemay, porte-parole de l’ICIS, plusieurs facteurs peuvent expliquer ces hauts taux de réadmission comme l’éclosion de maladies nosocomiales, l’organisation des soins ainsi que la qualité de l’acte chirurgical lui-même..

Liens externes

Écoutez une entrevue de l’animateur Francis Plourde avec Jeanie Lacroix de l’ICIS.

Des statistiques sur les soins de santé en quelques clics – Radio-Canada

À propos de l’Institut canadien d’information sur la santé – ICIS 

Nos articles récents

Share
Mots-clés : , , ,
Publié dans : Santé

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*