Un travailleur en culottes courtes

Un travailleur en culottes courtes
Photo Credit: iStock

Après les entreprises sans employés, celles sans patrons!

Pour en finir avec les mauvais patrons, les employés persécutés seraient en droit de rêver d’un jour où ils pourraient être dirigés par eux-mêmes, sans intermédiaire.

L’idée n’est pas nouvelle, elle porte même un nom : l’holocratie ou l’holacratie. Mais pourrait-elle cette fois-ci, à l’heure de l’économie du partage, devenir révolutionnaire?

Le choc provoqué par le succès « bulldozer » d’Airbnb et d’Uber prouve que les entreprises sans employés sont possibles.

Voici qu’en Europe, aux États-Unis et maintenant au Canada, certaines entreprises par soucis financiers et d’efficacité accrue vont maintenant jusqu’à faire « sauter » les patrons.

L’exemple du déclin des patrons aux États-Unis

Évoluer dans un environnement de travail sans patron ni titres? C’est possible dans certaines entreprises, de plus en plus nombreuses, qui ont décidé d’abandonner la hiérarchie traditionnelle.

Le dirigeant de Zappos , Tony Hsieh

Le dirigeant de Zappos , Tony Hsieh

Fin 2013, le géant américain de vêtements et du commerce en ligne Zappos annonçait qu’il allait changer complètement sa structure organisationnelle. Au lieu d’une approche pyramidale du haut vers le bas, l’entreprise allait adopter un modèle holacratique, qui distribue les responsabilités de manière plus équitable.

Exit, donc, les patrons et les titres. Dans cette organisation, les employés occupent chacun des rôles dans un « cercle » qui représente un aspect des activités de l’entreprise. Zappos a ainsi tenté de créer 400 cercles pour ses 1500 employés.

Les employés se rencontrent en outre régulièrement lors de réunions « opérationnelles » et « de gouvernance ». La hiérarchie, dans un système holacratique, ne repose donc plus sur les individus, certes, mais sur des cercles d’individus.

Lisez : Zappos, ou l’étrange management… sans managers – FrenchWeb

Mais l’holacratie n’a pas fait que des heureux. Ainsi, 210 travailleurs de Zappos ont démissionné après la suppression des postes de managers, soit 14% des effectifs.

Depuis cette annonce de Zappos de l’adoption du modèle de gestion holocratique, plusieurs centaines de petites entreprises ont suivi le modèle aux États-Unis.

Un patron et ses pêchés…

  • Un patron qui vous annoncerait votre licenciement ou une évaluation-surprise de votre rendement, le jour même où vous reviendriez au travail après avoir subi une opération pour le cancer, vous apparaîtrait être un sans-coeur?
  • Ce n’est pourtant qu’un des multiples exemples figurant dans une longue liste de reproches qu’on pouvait lire le week-end dernier dans les pages du New York Times à l’endroit de Jeff Bezos, fondateur et patron d’Amazon.

À lire : Amazon won’t tolerate ‘callous’ workplace practices – CBC

Jeff Bezos, président d’Amazon. Jeff Bezos, président d’Amazon. © AFP/JOE KLAMAR
Jeff Bezos, président d’Amazon. Jeff Bezos, président d’Amazon. © AFP/JOE KLAMAR

Au Canada, les progrès de l’entreprise sans patrons sont plus lents

HolocracyOne qui est une société qui aide les entreprises à faire la transition vers le modèle holocratique ne recense qu’une seule entreprise du genre au Canada dans la province de l’Ontario.

De jeunes entreprises d’ici commencent a adopter cependant certains principes de l’holacratie. C’est le cas de Horse & Cart, petite agence de publicité montréalaise qui compte quatre employés et une dizaine de pigistes.

Pour Brendan Tully Walsh, cofondateur de l’agence, la transition vers le modèle holacratique permet à ses employés de s’impliquer davantage dans leurs tâches et de prendre des initiatives.

Écoutez

Le saviez-vous?
Le mauvais patron est là pour rester.

  • L’Association des professionnels en ressources humaines (APRH) qui réglemente le secteur des ressources humaines dans la province canadienne de l’Ontario a réalisé un sondage il y a quatre ans auprès de ses membres révélant que les mauvais patrons sont souvent tolérés par les dirigeants de l’entreprise malgré l’impact négatif qu’ils ont sur leurs travailleurs.
  • L’APRH a interrogé 793 professionnels en ressources humaines. Près de 73 % des répondants estimaient que leurs dirigeants tyrannisaient leur personnel ou leur parlaient mal, qu’ils pratiquaient le favoritisme ou qu’ils étaient irrespectueux et perturbaient le travail des employés.
  • Mais ces comportements sont souvent tolérés, si ces cadres obtiennent des résultats, selon 35 % des professionnels interrogés.
  • Un dirigeant sur 10 est considéré comme étant une source de problèmes selon plus de la moitié des répondants.

    Radio-Canada

Avec la contribution d’Arnaud Decroix et Catherine Lachaussée de Radio-Canada

Sur le même thème…

15 manies du mauvais patron – Journal Métro

Comment apprivoiser un mauvais boss en 7 leçons – Terrafemina

L’holacratie : et si on se passait des chefs ? – Journal du Net 

Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Économie, International

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

4 comments on “Après les entreprises sans employés, celles sans patrons!
  1. Bonjour,

    Puis-je simplement rappeler le modèle coopératif, généralement holacratique, est aussi en fort développement depuis quelques décennies au Québec et aux États-Unis. M’enfin, si lui donner un nouveau nom rend la chose plus attrayante, soit.

  2. Aziz dit :

    Mince alors, on pourra même plus dire bye bye boss!

  3. André dit :

    Holocratie ou holacratie, vous employez les deux?

    En tous cas, ça a l’air d’un mal de tête et cela doit générer une réunionite aigüe!
    Pour avoir été à plusieurs reprise des deux côtés de la barrière, je peux vous dire que les bons patrons existent aussi et les mauvais employés également:
    http://www.references.be/carriere/travailler-vivre/comportements-indesirables/10-signes-qui-montrent-que-vous-etes-un-mauvais-employe

    • Stéphane Parent Stéphane Parent dit :

      L’holacratie (holacracy en anglais) est un mot récemment inventé qui veut rappeler la contraction de deux autres mots : holarchie, qui, en grec, représente une forme de structure organique, et -cracy (traduit en français par -cratie), qui renvoie au pouvoir.

      La plupart des articles sur le web traduisent en français avec le mot holacratie. D’autres, en plus petits nombres, traduisent en utilisant le mot holocratie.

      Nous utilisons de préférence le mot “holacratie” mais nous employons aussi le terme “holocratie” dans notre article car cela permet d’être référencé par les moteurs de recherche sur le sujet et permet ainsi aux francophones d’avoir accès à nos articles plus facilement.

1 Pings/Trackbacks pour "Après les entreprises sans employés, celles sans patrons!"
  1. […] Pour en finir avec les mauvais patrons, les employés persécutés seraient en droit de rêver d'un jour où ils pourraient être dirigés par eux-mêmes, sans intermédiaire. L'idée n'est pas nouvelle, elle porte même un nom : l'holocratie ou l'holacratie. Mais pourrait-elle cette fois-ci, à l'heure de l'économie du partage, devenir révolutionnaire? Le choc provoqué par…  […]