@*@ Header
amitie_internet_techno

Crédit photo : IS / IStock

Ces jeunes Canadiens malades des réseaux sociaux

Une enquête de l’Université Glascow en Écosse confirmait il y a quelques jours les appréhensions de bien des parents canadiens d’adolescents : la dépression guette nos jeunes connectés 24/7.

Parce qu’ils se soumettent à une pression folle afin d’être disponibles 100 % du temps en ligne sur les réseaux sociaux, nos adolescents risquent la dépression, les crises d’angoisse ou l’insomnie. La jeunesse canadienne n’est pas unique à ce chapitre, mais elle est sans doute l’une des plus à risque dans la mesure où au sein des nations du G8, les jeunes Canadiens sont les deuxièmes plus branchés après ceux du Royaume-Uni.

Selon des chercheurs de l’Université de Glasgow, la plupart de nos adolescents sont maintenant connectés à Internet toute la journée sur les plateformes Facebook, Twitter, Whatsapp, Snapchat ou Instagram. Leur attention n’est pas monopolisée par un seul réseau social, mais souvent par trois, quatre ou même plus. Or, cette dépendance a des répercussions sur leur santé.

Deux étudiants de l'Université de Glascow. Selon les chercheurs, les risques sont élevés pour ces adolescents hyperconnectés de tomber en dépression, de faire des crises d’angoisse, sans parler de l’altération de la qualité de leur sommeil.

Deux étudiants de l’Université de Glascow. Selon les chercheurs, les risques sont élevés pour ces adolescents hyperconnectés de tomber en dépression, de faire des crises d’angoisse, sans parler de l’altération de la qualité de leur sommeil.

Les résultats détaillés de la recherche

Les chercheurs ont soumis 467 adolescents à un questionnaire relatif à leur utilisation des réseaux sociaux, ainsi qu’à une batterie de tests. Beaucoup d’entre eux ressentaient le besoin d’être branchés de jour comme de nuit.

Cette dépendance, en plus de grignoter de précieuses heures de sommeil, se traduisait souvent par un investissement émotionnel excessif: parce qu’ils ont peur de manquer une publication, un message ou une information.

Parce qu’ils ne peuvent décrocher et qu’ils se sentent obligés de répondre immédiatement au moindre message reçu, ces jeunes, en proie souvent à des crises d’angoisse et à une baisse de confiance en eux, sont des candidats à la dépression. Ceux qui surfent de nuit sont les plus touchés, selon l’étude.

Écoutez

Les jeunes Québécois sont aussi à risque

Selon diverses enquêtes du Centre d’études sur les médias (CEM), les Québécois sont de plus en plus nombreux à utiliser les médias sociaux pour faire circuler et commenter des informations et la pratique est particulièrement répandue chez les 25 ans et moins.

Ils ont notamment relevé et analysé toutes les traces d’activités sur Facebook à des moments précis de la crise étudiante du printemps 2012, événement qui s’est avéré le plus médiatisé et le plus débattu au Québec ces dernières années.

Consultez les résultats des travaux notamment de Nicole Gallant, professeure-chercheuse agrégée au Centre Urbanisation Culture Société de l’INRS et directrice de l’Observatoire Jeunes et Société, et ceux de Madeleine Pastinelli, professeure agrégée au Département de sociologie de l’Université Laval. Cliquez ici 

Les chercheurs du CEM ont notamment mené des entrevues en profondeur auprès de 30 jeunes âgés entre 18 à 25 ans pour mieux comprendre ces phénomènes.

Les chercheurs du CEM ont notamment mené des entrevues en profondeur auprès de 30 jeunes âgés entre 18 à 25 ans pour mieux comprendre ces phénomènes. © Istock

Avec la contribution de Marie Villeneuve, Doris Larouche et Patricia Bitu Tshikudi de Radio-Canada.

Sur le même thème

Les médias sociaux causent anxiété, dépression et insomnie chez les adolescents – Huffington Post

Les Canadiens et leur internet – ACEI 

Repenser l’école pour demain – RCI

Mots-clés : , , ,
Publié dans : Science et technologie, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Ces jeunes Canadiens malades des réseaux sociaux
  1. Christian Dancereau dit :

    Magnifique article. Le soucis du détail et la préoccupation pour votre lecteur est remarquable. Merci.

  2. Jean Rollin dit :

    Je suis coach scolaire ( soutien individuel ), intéressé par ce sujet.

    CANDIDATURE: Je pourrais y travailler en FRANCE (en enquête, analyse, compilation de données, etc.), si un budget existait [ Suivez mon regard tournant à 360°! ].

    Jean Rollin, Skype scolaire92