Les patients qui ont bénéficié d'une greffe d'organe courent jusqu'à trois fois plus de risques que la population en général de mourir du cancer, selon des chercheurs ontariens.

Les patients qui ont bénéficié d'une greffe d'organe courent jusqu'à trois fois plus de risques que la population en général de mourir du cancer, selon des chercheurs ontariens.
Crédit photo : IS / 1001nights

Les risques de mourir d’un cancer sont presque triples chez les greffés canadiens

Selon une étude canadienne réalisée sur 11 000 receveurs d’organes dans la province de l’Ontario, les greffés seraient nettement plus susceptibles de développer un cancer et d’en mourir.

Les risques d’une issue fatale liée au cancer sont en fait presque trois fois plus élevés chez ce groupe de citoyens qu’au sein de la population en général. Au final, près d’un patient sur cinq qui avait reçu une greffe a fini par mourir d’une forme ou d’une autre de cancer.

Sur 3 068 morts parmi les 11 000 greffés, 603 ou 20 % sont décédés de cancer. Le cancer était la deuxième cause de décès chez les receveurs de greffe après des causes cardiaques.

Les personnes qui reçoivent un foie ou des poumons ont aussi une incidence plus élevée de cancers, mais il a été difficile pour le moment de déterminer si ils sont aussi plus susceptibles de mourir de la maladie, car de nombreux cancers sont traitables ou guérissables.

L’enquête qui a été réalisée à l’hôpital St Michael’s à Toronto sur une période de 20 ans a été menée par la spécialiste en cancer colorectal, la docteure Nancy Baxter.

Mme Baxter soutient que les greffés devraient faire l’objet d’une attention particulière en matière de prévention et de dépistage des cancers en général.

La docteure Nancy Baxter : « Nous recommandons aussi aux professionnels de la santé qu'ils conseillent à ces patients de prendre toutes les précautions possibles pour réduire les facteurs de risque, tels l'exposition au soleil, le tabagisme, l'alcool, la malbouffe et la sédentarité. » Photo : PC/HO

La docteure Nancy Baxter : « Nous recommandons aussi aux professionnels de la santé qu’ils conseillent à ces patients de prendre toutes les précautions possibles pour réduire les facteurs de risque, tels l’exposition au soleil, le tabagisme, l’alcool, la malbouffe et la sédentarité. » Photo : PC/HO

Les médicaments immunodépresseurs seraient en cause

Selon la docteure Nancy Baxter, les risques beaucoup plus élevés de cancer seraient notamment attribuables aux médicaments administrés à la suite d’une greffe et qui tentent de réduire les risques que le corps du receveur s’attaque puis rejette le nouvel organe « étranger ».

Ces immunodépresseurs contribueraient non seulement à une hausse des risques de cancer, mais aussi à une hausse de leur gravité, souligne l’étude.

L’ennemi numéro un des greffés est le cancer de la peau

C’est le cancer de la peau qui arrive en tête de liste des cancers mortels les plus fréquents chez les greffés.

Les patients qui ont subi une transplantation courent 30 fois plus de risques d’en mourir que la population en général.

C’est pourquoi il est crucial pour ces patients d’éviter à tout prix le soleil et de subir des dépistages réguliers, rappelle la docteure Baxter, chirurgienne-oncologue à l’hôpital St Michael de Toronto.

Les résultats de l’étude ont été publiés jeudi dans la revue Oncology, de l’Association médicale américaine. L’étude a été financée par les Instituts canadiens de recherche en santé et l’Institut des sciences cliniques évaluatives.

Le saviez-vous?
Nombre record de greffes au Canada
Le nombre de donneurs croît chaque année et il aurait augmenté de 17 % depuis 10 ans au Canada
 Le nombre d’organes transplantés n’a jamais été aussi élevé au Canada.
C’est ce qui ressort d’un récent rapport de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS), qui publie chaque année son analyse des statistiques fédérales officielles.
En 2012, 2225 transplantations ont été réalisées, un nombre en hausse de 5 % par rapport à 2011.
Plus de la moitié de ces transplantations – soit 1358 – impliquaient des reins.

Selon une étude, les greffés seraient plus susceptibles d’avoir un cancer.
Selon une étude ontarienne, les greffés seraient plus susceptibles d’avoir un cancer. © IS/iStock

RCI avec Radio-Canada, CBC et La Presse

Sur le même thème

Cancer Mortality Among Recipients of Solid-Organ Transplantation – Journal JAMA Oncology

Les greffés courraient plus de risques de mourir d’un cancer – Radio-Canada 

Cancer death risk higher for organ transplant patients – CBC 

Mots-clés : , , ,
Publié dans : Santé, Science et technologie

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*