Le site archéologique Cummins à Thunder Bay est une preuve que les humains ont utilisé la rive nord du lac Supérieur actuel

Le site archéologique Cummins à Thunder Bay est une preuve que les humains ont utilisé la rive nord du lac Supérieur actuel
Photo Credit: google

Cummins : un site archéologique cher aux Canadiens

Share

Niché dans un paysage boisé sur la rive nord du lac Supérieur en périphérie de Thunder Bay, en Ontario, Cummins est un site de grande importance historique pour le Canada.

Cummins est un site qui a connu plusieurs années de présence autochtone. Il fait partie d’un complexe régional formé de sites paléo-indiens (qui remontent à 7000 à 3000 ans avant notre ère) encore appelé complexe archéologique Lakehead.

Cummins se démarque par sa proximité avec les sources d’approvisionnement en eau, des voies migratoires du Caribou, sa richesse en poisson, en petits gibiers et en matières premières, en particulier le tacunite, une pierre riche en fer et en silice jadis utilisée pour fabriquer des outils.

Le Site-Archéologique-Cummins a connu la présence des autochtones pendant des milliers d'années et ils s'y sont adaptés aux contraintes climatiques au début de la période postglaciaire il y a 8000 ans
Le Site-Archéologique-Cummins a connu la présence des autochtones pendant des milliers d’années et ils s’y sont adaptés aux contraintes climatiques au début de la période postglaciaire il y a 8000 ans © Jody Porter/CBC

Certains des outils de pierre éparpillés tout le long des anciennes lignes de rivages du lac glaciaire Minong et dans les environs témoignent de la présence autochtone pendant des milliers d’années sur l’étang Cummins  et la crête de plage du lac Minong.

C’est en effet en 1962, que Hugh Cummins déclare y avoir trouvé pour la première fois des outils de pierre dans la région, ce qui donna lieu à des fouilles exploratoires l’année suivante.

C’est ainsi que Cummins est déclaré lieu historique national en 1981, une reconnaissance officielle pour ce Site-Archéologique  qui couvre 7,3 hectares dans la province de l’Ontario.

Le Site-Archéologique-Cummins est un site clôturé qui comprend l'étang Cummins et la crête de plage du lac Minong
Le Site-Archéologique-Cummins est un site clôturé qui comprend l’étang Cummins et la crête de plage du lac Minong © (archives)

En prélude au 150e anniversaire de la confédération en 2017, la plaque de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada a été dévoilée pour commémorer l’importance historique nationale du Site-Archéolique-Cummins.

Le site Cummins était situé sur le gisement de taconite et il servait aussi bien de carrière, d'atelier que d'aire d'habitation
Le site Cummins était situé sur le gisement de taconite et il servait aussi bien de carrière, d’atelier que d’aire d’habitation © (archives)

En tant que Canadiens et Canadiennes, nous reconnaissons les peuples autochtones qui ont vécu sur la rive nord du lac Supérieur pendant des millénaires. Comme en témoigne le site archéologique Cummins, cette terre et ces populations ont une longue histoire dont nous pouvons tous être extrêmement fiers.

– Honorable Patty Hajdu
Ministre de la Condition féminine et députée de Thunder Bay – Supérieur-Nord

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Autochtones, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*