Image d’une bactérie résistante aux antibiotiques

Image d’une bactérie résistante aux antibiotiques
Photo Credit: Janice Carr/U.S. CDC/Canadian Press

1er cas en Amérique de propagation de bactéries résistantes à tout

Share

Coïncidence étonnante, les États-Unis et le Canada ont tous les deux révélé séparément cette semaine la découverte pour la première fois sur leur territoire de patients infectés par des bactéries nouvelles qui résistent à tous les antibiotiques en pharmacie.

D’autres pays ont déjà détecté des super-bactéries multirésistantes qu’aucun antibiotique ne peut combattre. Mais jusqu’à présent, les États-Unis et le Canada n’avaient signalé aucun cas sur leur propre territoire.

D’abord aux États-Unis, on rapportait jeudi dans un article publié dans la revue Antimicrobial Agents and Chemotherapy qu’une femme de 49 ans a été infectée par une bactérie capable de résister à tous les antibiotiques de dernier recours. Cette femme de l’État de Pennsylvanie est en voie de récupérer, mais les chercheurs craignent que la résistance de la bactérie retrouvée chez elle ne se soit propagée à d’autres variétés de bactéries.

La patiente s’est rendu à une clinique militaire en Pennsylvanie le mois dernier et y a été traité pour une infection des voies urinaires par la bactérie E. coli. Des tests ont par la suite montré que cette souche d’E. coli était porteuse d’une mutation qui résiste au fameux antibiotique appelé colistine, considéré comme la dernière ligne de défense.

Cette bactérie super résistante appelée mcr-1, a déjà été trouvée en Europe et en Chine chez des humains et des animaux. La détection de ce redoutable agent pathogène pour la première fois aux États-Unis est un signe avant-coureur de l’émergence mondiale d’une bactérie résistante à tous les antibiotiques.

Est-ce la fin des antibiotiques?

Ce rapport alarmant fait dire à Tom Frieden, directeur du Centre américain du contrôle des maladies (CDC), que « la fin de la route n’est pas très loin pour les antibiotiques », rapporte le Washington Post.

Pourquoi? Car la colistine « est un antibiotique ancien, mais le seul encore efficace contre une bactérie cauchemardesque » qui alarme les chercheurs depuis des années : la souche carbapenem-resistant Enterobacteriaceae (CRE), a expliqué le Dr Thomas Frieden.

Dr Tom Frieden, directeur du Centers for Disease Control and Prevention. Photo CBC
Dr Tom Frieden, directeur du Centers for Disease Control and Prevention. Photo CBC

Une bactérie nouveau-genre confirmée dans un hôpital de l’Alberta au Canada

L’hôpital de l’Université de l’Alberta vient de révéler ces dernières heures qu’il surveille de près quelques dizaines de personnes qui auraient pu être infectées par une nouvelle super-bactérie résistante aux médicaments.

L’hôpital dit suivre de prés l’état de santé de neuf de ses patients qui seraient entré en contact avec cette bactérie découverte initialement chez un autre patient. Celui-ci est arrivé à l’hôpital en décembre de l’année dernière et été isolé et testé pour la présence de bactéries résistantes aux antibiotiques. Il aurait contracté l’infection dans un autre pays.

Trois mois après l’arrivée de ce patient zéro à l’hôpital, les autorités sanitaires ont découvert une deuxième personne infectée par la même bactérie. D’autres tests ont découvert sept autres porteurs de la bactérie. Tous avaient partagé une chambre et avaient eu un contact direct les uns avec les autres.

Les services de santé de l’Alberta sont aussi aujourd’hui en contact avec 50 autres personnes qui pourraient avoir été exposées. Les responsables soulignent cependant que les risques pour la santé associés à la bactérie sont « minimes ».

« Il y a un faible risque de développer une infection. » a déclaré le Dr Mark Joffe, directeur principal de la prévention et du contrôle des services de santé de l’Alberta. « Pour ceux qui seront infectés, nous avons encore des traitements disponibles, mais l’armoire (la pharmacie) devient un peu nue. Nous ne disposons pas beaucoup d’options. »

Écoutez
Dr Mark Joffe - Photo CBC
Dr Mark Joffe – Photo CBC

Aide-mémoire…
La résistance croissante aux antibiotiques inquiète
Il y a deux ans, l’OMS affirmait que des infections qu’on considère actuellement comme mineures pourraient tuer à l’avenir si rien n’était fait pour contrer la résistance aux antibiotiques.
Son rapport ciblait notamment les bactéries responsables de certaines maladies comme les diarrhées, les pneumonies, les infections des voies urinaires et la gonorrhée.
Dans le monde occidental, la moitié des antimicrobiens sont destinés aux animaux d’élevage, une pratique qui contribue à augmenter les résistances d’organismes comme les salmonelles qui peuvent se transmettre à l’homme affirme l’OMS.
Aux États-Unis, l’organisme fédéral de santé (CDC) a estimé récemment que la résistance des bactéries aux antibiotiques faisait chaque année « au moins 23 000 morts », à peu près autant que les morts par armes à feu dans ce pays.

Des infections courantes et des blessures mineures pourraient devenir plus graves.
Des infections courantes et des blessures mineures pourraient devenir plus graves. © iStockPhoto

RCI avec La Presse canadienne et le Huffington Post et la contribution d’Arnaud Decroix et Michel C. Auger de Radio-Canada

Sur le même thème

Cette nouvelle super-bactérie signe le début de la fin des antibiotiques – Huffington Post

Drug-resistant bacteria confirmed in Edmonton hospital – CBC

U.S. sees 1st case of bacteria resistant to last-resort antibiotic – CBC

Share
Mots-clés : , , ,
Publié dans : International, Internet et technologies, Santé

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*