Un bébé à l’air très intelligent

Un bébé à l’air très intelligent
Photo Credit: iStock

Selon une étude canadienne, les fruits bonifient le QI des tout-petits

Share

Des scientifiques dans l’Ouest canadien ont constaté que les bébés des femmes qui mangeaient de grandes quantités de fruits pendant leur grossesse offrent une meilleure performance lors de tests cognitifs à l’âge d’un an.

Cette étude a été réalisée par des chercheurs de l’Université de l’Alberta.

Les scientifiques ont étudié des données colligées dans le cadre de l’étude CHILD (Canadian Healthy Infant Longitudinal Development), qui regroupe plus de 3500 enfants canadiens et leurs familles.

Ils ont constaté que les femmes qui mangeaient six ou sept portions de fruits ou de jus de fruits par jour accouchaient ensuite d’enfants qui, à l’âge d’un an, obtenaient six ou sept points de plus lors d’un test de QI.

C’est un écart que les chercheurs qualifient de « très important ».

Piush Mandane
L’auteur de l’étude, Piush Mandane, dit qu’une portion de fruits par jour dans l’alimentation de la mère confère les mêmes bienfaits pour le bébé qu’une semaine de plus passée dans l’utérus. © Photo : Université de l’Alberta

Piush Mandane met toutefois en garde contre une surconsommation de fruits, ce qui pourrait ouvrir la porte à des problèmes comme le diabète gestationnel ou encore un poids trop élevé à la naissance, et il recommande aux femmes enceintes de plutôt se conformer aux recommandations du Guide alimentaire canadien.

M. Mandane entend maintenant vérifier si les bienfaits constatés à l’âge d’un an se maintiennent plus tard.

Les conclusions de cette étude sont publiées dans le journal médical EbioMedicine.

Le saviez-vous?
Les vertus thérapeutiques du bleuet québécois
C’est l’un des plus vieux médicaments amérindiens aux vertus préventives que la médecine moderne découvre à peine.
L’usage des bleuets à des fins médicinales est bien connu des Amérindiens. Longtemps avant l’arrivée des Européens, ils avaient appris à faire fumer ce fruit sauvage à l’automne pour le consommer en hiver. Il le mélangeait à du miel et à de la farine de maïs pour faire du sirop de bleuets et guérir la toux.
Il n’y a pas si longtemps au Canada, c’était les citoyens blancs parmi les plus pauvres qui allaient cueillir les bleuets dans les champs le long des routes pour se faire quelques sous.
Aujourd’hui, le bleuet canadien revêt pour la médecine blanche un habit un peu plus riche en qualités antioxydantes que l’on croit anticancéreuses.
Cela est en train de provoquer une course soudaine dédiée à la diversification et aux exportations internationales.
Le Canada est ainsi devenu le deuxième producteur et exportateur mondial de ces baies délicieuses, après les États-Unis.

Petits et grands participent à la cueillette de bleuets.
Petits et grands participent à une cueillette de bleuets au Québec en septembre 2015. © ICI Radio-Canada/Daniel Fontaine

RCI avec La Presse canadienne

Sur le même thème

Les fruits bonifient le QI des tout-petits – Le Devoir 

L’avenir rose du petit bleuet : un puissant antioxydant au poids économique redoutable – RCI 

Combattre des armées de diabétiques, un carré de sucre à la fois – RCI 

Share
Catégories : Internet et technologies, Santé, Société
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*