La liberté de culte des Canadiens est protégée par la Charte des droits et libertés et dans ce contexte légal la lutte contre les dérives sectaires est un enjeu délicat.

La liberté de culte des Canadiens est protégée par la Charte des droits et libertés et dans ce contexte légal la lutte contre les dérives sectaires est un enjeu délicat.
Photo Credit: iStock

Sur les traces de ces sectes qui se cachent au Canada

Un auditeur nous demande de lui faire un portrait de la présence des sectes au Canada. À ce chapitre, la meilleure référence au pays demeure Info-Secte, qui débat en français et en anglais du visage contemporain des sectes en sol canadien.

Cet organisme se fixe comme but de venir en aide aux personnes qui ont été victimes d’abus à la suite de leur adhésion. Il affirme que la présence des sectes au pays est beaucoup plus importante qu’au moment de sa fondation en 1980.

La poussée des points de vue extrémistes et terroristes contribue beaucoup à cette impression. De fait, un grand débat a lieu au Canada comme en France autour du phénomène de la radicalisation des jeunes musulmans qui adopte au contact du web bien souvent des comportements qui s’apparentent à ceux exhibés par les victimes de sectes.

Une secte n’est pas seulement un groupe aveuglé par une série de croyances uniques et partielles, mais aussi une communauté réelle d’hommes et de femmes qui entretient une proximité physique et forme un clan exclusif et fermé dans un lieu géographique donné. Selon cette définition, les jeunes terroristes ou brebis égarées ne sont pas des membres d’une secte au sens conventionnel.

Le directeur d’Info-Secte, Mike Kropveld, intervient depuis plus de 20 ans auprès d’anciens adeptes de nouveaux mouvements religieux. (crédit: David Riendeau)
Le directeur d’Info-Secte, Mike Kropveld, intervient depuis plus de 20 ans auprès d’anciens adeptes de nouveaux mouvements religieux. (crédit: David Riendeau)

La France serait bien plus vigilante et moins tolérante dans ses définitions

Selon l’organisme public français responsable de la lutte contre les sectes, Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES), le Québec et le Canada demeurent des terres d’accueil importantes pour les sectes et leurs gourous.

La tolérance des autorités d’ici envers ces groupes leur fournirait une porte de sortie rapide lorsqu’ils sentent la pression sur eux augmenter en Europe.

En 2014, Serge Blisko, président de MIVILUDES, affirmait dans une entrevue accordée au journal La Presse : « On a beaucoup de mauvais sujets qui s’échappent au Québec parce que la législation est plus souple. » De façon générale, les pays européens, surtout la France, se sont donné des lois pour surveiller ces groupes, alors que l’Amérique du Nord considère la liberté religieuse comme sacrée.

« Le seul outil de lutte contre ces dérives est une association indépendante », concluait Serge Blisko en parlant de l’organisme Info-Secte.

Serge Blisko, président de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (BERTRAND GUAY / AFP)
Serge Blisko, président de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (BERTRAND GUAY / AFP)

Puisque le secret imposé ou volontaire entoure généralement les activités des sectes, il n’est pas surprenant que les Canadiens ne prennent connaissance de la présence d’une secte sur leur territoire qu’après une tragédie. Depuis 40 ans, le Canada a ainsi été témoin de la présence de sectes dont les actions incroyables ont fini par exploser à la une de tous les journaux.

La secte de Roch Moïse Thériault qui prédisait la fin du monde

Moïse Thériault
Moïse Thériault © Radio-Canada

La terrible histoire de Roch Thériault, dit Moïse, reste gravée dans notre mémoire collective. Pendant plus d’une douzaine d’années, il a dominé les disciples de sa secte en leur faisant croire que la souffrance et la douleur infligées leur ouvraient les portes du ciel.

De 1977 à 1989, il a dirigé d’une main cruelle la secte dont il était le fondateur, qui comptait 12 adultes (10 femmes et 2 hommes) et quelques enfants, tout d’abord au Québec, dans une forêt de la Gaspésie, puis en Ontario à la suite d’une première arrestation en 1984.

Il a causé des blessures mortelles à un enfant de 3 ans en lui pratiquant une circoncision. Il a puni un disciple en l’émasculant, forçant l’un de ses fils à assister à l’opération. Il a pratiqué une amputation à froid au-dessus du coude à une de ses disciples. Ivre, il a tenté d’opérer à froid une autre membre avec un couteau pour lui retirer une partie de l’intestin. Elle en est morte après deux jours d’agonie.

Ce polygame qui était le père d’une trentaine d’enfants a fini par être condamné à la prison à vie le 18 janvier 1993 par un tribunal de l’Ontario.

Regardez :
La fin du monde selon Moïse Thériault – Radio-Canada

L’Ordre du temple solaire qui a fait des dizaines de victimes des deux côtés de l’Atlantique

Tragédie de l’OTS
Tragédie de l’OTS © Radio-Canada / capture d’écran

L’Ordre du temple solaire (OTS) est connu pour ses suicides collectifs en France, en Suisse et au Canada. Ils ont fait 74 victimes en 1994, 1995 et 1997. L’affaire a été un facteur majeur du durcissement de la lutte contre les sectes en France et au Canada.

Le 30 septembre 1994, au Québec, cinq personnes sont retrouvées mortes dans un chalet dans un incendie criminel. Le 5 octobre 1994, en Suisse, 25 autres personnes et membres de la secte sont retrouvées mortes dans une ferme. Les victimes étaient, dans la plupart des cas, revêtues d’une cape rituelle blanche, noire ou dorée, selon le degré d’initiation atteint. Puis, le 16 décembre 1995, 13 adultes et 3 enfants ont été tués par balles dans une clairière isolée. Enfin, le 22 mars 1997, cinq autres membres sont retrouvés morts à Saint-Casimir-de-Portneuf, au Québec, dont trois Français.

Le coroner Yvon Naud qui avait enquêté sur ce dernier suicide collectif de l’OTS n’a fait qu’une recommandation dans son rapport : la mise sur pied d’un organe public d’information sur les mouvements sectaires, afin que les Québécois qui voudraient intégrer un groupe du genre puissent recevoir une information neutre sur le sujet. Cette proposition est restée lettre morte à ce jour.

Regardez :
L’Ordre du temple solaire 20 ans plus tard – Radio-Canada
Stéphane Berthomet, expert en affaires policières, revisite cette histoire.

La secte Lev Tahor qui s’est enfuie du Québec, puis du Canada

Quelque 200 membres de la secte Lev Tahor ont quitté le Québec en novembre dernier pour se réfugier à Chatham, dans le sud-ouest de l’Ontario.
Quelque 200 membres de la secte Lev Tahor ont quitté le Québec en novembre dernier pour se réfugier à Chatham, dans le sud-ouest de l’Ontario. © PC/Dave Chidley

Réfugiés au Canada, 200 membres de la communauté ultraorthodoxe Lev Tahor s’étaient établis à Sainte-Agathe-des-Monts dans les Laurentides au début des années 2000. Ils ont fini par fuir dans le sud de l’Ontario en novembre 2013 puis, quelques mois plus tard, au Guatemala.

Alertée par des citoyens, la Direction de la protection de la jeunesse au Québec (DPJ) avait multiplié sans succès les interventions pour retirer 134 enfants de la communauté parce qu’elle craignait, notamment, que certaines jeunes filles de moins de 14 ans ne soient mariées de force. La secte vivait repliée sur elle-même et les enfants qui recevaient des punitions physiques étaient élevés dans la peur d’autrui et en vertu de règles d’hygiène douteuses.

La Sûreté du Québec soupçonnait aussi les dirigeants de la communauté de s’adonner à la traite de personnes. La DPJ avait accepté une demande de délai de la Sûreté du Québec, qui voulait approfondir une enquête criminelle.

Toute cette sombre affaire a terni la réputation des policiers. Elle a fait dire à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec que la liberté de religion ne peut en aucun cas constituer un prétexte à la maltraitance et à la négligence et qu’il était essentiel que tous les organismes qui ont à intervenir dans ce type de milieu comprennent mieux à l’avenir les intérêts publics en cause et privilégient, dans tous les cas, la protection des droits de l’enfant.

Regardez :
Le fondateur de la secte juive ultraorthodoxe se défend – Radio-Canada 

RCI avec Wikipédia et la contribution de Guy Gendron et Émilie Dubreuil de Radio-Canada

Découvrez :
Y a-t-il encore des sociétés « secrètes » au Canada et au Québec?
Parmi toutes ces sociétés qu’on dit secrètes ou « discrètes », la plus célèbre au Canada est sans doute la franc-maçonnerie.
Cette organisation dont les origines modernes remontent à 1717 est toujours très active et regroupe 200 000 membres au Canada, dont 4 500, au Québec.
Lisez la suite…

L’Ordre des Templiers est l’une des plus vieilles sectes religieuses secrètes toujours actives
L’Ordre des Templiers est l’une des plus vieilles sectes religieuses secrètes toujours actives

Sur le même thème

La situation des sectes au Québec. – Université Laval

Elles dénoncent une secte – Journal de Montréal 

Radicalisation et dérive sectaire: des parallèles? – Huffington Post 

Peut-on établir une différence objective entre sectes et religions ? – Science & pseudoscience 

Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Insolite

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

4 comments on “Sur les traces de ces sectes qui se cachent au Canada
  1. Cadieux dit :

    Bonjour
    Je me pose des questions sur l’église Pentecost sur la rue Poirier a Ville Daint-Laurent. Ma fille de 20 ans à été invité par une collègue de travail et dès la semaine suivante a été baptisée. Je sens qu’ils ont déjà mains mises sur sa liberté. Je sais qu’elle remets de l’argent mais je ne sais pas combien. Avez-vous de l’information sur ce lieu en particulier?
    Merci

    • tony dit :

      J y suis deja alle. Et je n y vais plus. Je peux peut etre vous aider.

    • Jean-Sebastien dit :

      Étant moi-même chrétien évangélique, je peux vous dire qu’il y a, malheureusement, des sectes dans la communauté dite chrétienne. L’argent remise à l’église locale doit être (je cite la Bible) une offrande VOLONTAIRE. Si son église locale lui impose, il y a une alarme à sonner. Dans le cas contraire, c’est son choix à elle. Le problème au Québec, c’est qu’avec 2000$, n’importe qui peut s’ouvrir un organisme à but non lucratif et s’auto-proclamer pasteur. Le mieux, si vous pensez qu’une personne est dans une secte, c’est d’y aller avec elle et de constater.

  2. Mohamed dit :

    Bon article….
    Les sectes sont des organismes qui détruisent des vies……..en bref , lorsque l’esprit, le cœur et l’âme sont vides, même les impostures,les mensonges et les futilités peuvent être crues, prises pour véridiques et aveugler les yeux pour asservir l’individu , la société.