Photo Credit: IStock / KeongDaGreat

Le jeu Pokémon GO cause la mort de 2 enfants à Montréal? C pas vrai!

Un article satirique selon lequel deux jumeaux âgés de 10 semaines seulement seraient morts après avoir été abandonnés par leurs parents, partis dans le sud du Michigan à la quête d’une édition spéciale de Pikachu, un personnage du jeu virtuel Pokémon GO, a été partagé près de 3200 fois sur Facebook à ce jour. Vérité ou fiction?

Pas besoin d’enquêter longuement! Cet article satirique provient du blogue personnel de Marc-André Noiseux intitulé La Pie Maskoutaine. L’auteur ajoute la note suivante à la fin de cette nouvelle invraisemblable.

Ceci est évidemment une PARODIE !!! Du calme, respirez par le nez … mais comme d’habitude avec les textes de la zone humour de mon site, des messages subtiles (sic) ou pas (selon votre degré de compréhension) et mises en gardes (sic) s’y cachent. Ne venez pas me péter votre crise d’angoisse, je ris d’un phénomène de société qui s’observe à travers l’engouement pour Pokémon GO, c’est tout. Je ne veux empêcher personne de jouer et je ne propose pas non plus de culpabiliser les enfants de la guerre en IRAK parce qu’ils passent 2 heures par semaine sur un jeu. Que ce soit clair. Marc-André Noiseux

En visitant le site de l’auteur, une fenêtre s’ouvre sur la page avec ce message supplémentaire :

pop-up-site-marc-andre-noiseux

Face à tant de précautions prises par l’auteur, on pourrait donc espérer que ce texte aurait été présenté comme un article satirique ou d’humour noir et accompagné de la mise en garde de l’auteur, mais ce n’a malheureusement pas été le cas. Le site nrjbuzz.com a, par exemple, republié l’article sans faire mention de la mise en garde de l’auteur du texte et leur lien a été partagé plus de 1200 fois jusqu’à maintenant.

Une simple recherche sur Facebook nous permet également de constater que nombreux sont les internautes qui croient en la validité de cette nouvelle.

Comment croire à une nouvelle aussi invraisemblable? C’est que le jeu de Niantic Labs a un succès sans précédent. Moins d’un mois après son lancement initial, d’abord en Australie, en Nouvelle-Zélande et aux États-Unis, puis au Canada et dans d’autres pays, Pokémon GO est le premier jeu mobile en réalité augmentée à rencontrer un tel succès avec 75 millions de téléchargements jusqu’à maintenant. Bien que ce jeu ait de fervents défenseurs et amateurs, nombreux sont ceux qui s’interrogent sur les dangers de ce jeu à la fois interactif et immersif et, selon nombre de ses adeptes, potentiellement addictif. Des incidents troublants

La réalité a rattrapé la fiction. Brent et Brianne Daley, âgés respectivement de 27 et 25 ans, ont été arrêtés à la fin du mois de juillet après avoir abandonné leur enfant de 2 ans dans la cour arrière de leur domicile à San Tan Valley, dans l’Arizona. Ils étaient partis à la recherche de Pokémon… La fausse nouvelle de Marc-André Noiseux ne semble plus si inconcevable après tout!

Ailleurs aux États-Unis, le département de police de la ville d’Ayer dans le Massachusetts a dû rappeler aux automobilistes de la ville une évidence : il est interdit de jouer à Pokémon GO en conduisant. Un avertissement qui aurait été utile à un jeune automobiliste d’Auburn, dans l’État de New York, dont le véhicule a violemment percuté un arbre alors qu’il tentait d’attraper un Pokémon en conduisant.

Il est encore plus troublant de constater que ce sont des adultes qui sont responsables de la majorité des incidents graves liés à Pokémon GO et non des enfants ou adolescents comme on pourrait l’imaginer.

Selon le Washington Post, alors qu’il commentait le cas de Brent et Brianne Daley, le chef du Bureau du shérif du comté de Pinal, en Arizona, a déclaré : « Notre agence et d’autres organismes d’application de la loi ont mis en garde les gens sur le maintien de leur sécurité personnelle en jouant à ce jeu mobile interactif, mais nous n’aurions jamais pu imaginer que des parents pourraient abandonner un enfant pour jouer à Pokémon GO. C’est incroyable. »

Le jeu Pokémon GO semble révéler l’extrême irresponsabilité de certains individus. Espérons qu’aucun autre incident ne nuira à des enfants.

Mots-clés : , , , ,
Publié dans : C pas vrai!

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Le jeu Pokémon GO cause la mort de 2 enfants à Montréal? C pas vrai!
  1. tchat gratuit dit :

    Il semble dangereux de jouer à ce jeu, du moins pour les plus jeunes qui n’ont pas la sagesse en eux..

  2. Isaldy dit :

    Pokémon Go est très dangereux. Je pense que cette application d’ecrais être supprimer