Liberté, prospérité et liens sociaux solides sont des facteurs importants dans le bonheur d’une nation, selon une étude récente de l’ONU et les Québécois forment la deuxième nation la plus heureuse au monde.

Liberté, prospérité et liens sociaux solides sont des facteurs importants dans le bonheur d’une nation, selon une étude récente de l’ONU et les Québécois forment la deuxième nation la plus heureuse au monde.
Photo Credit: iStock

La qualité de vie des Canadiens liée au bonheur, particulièrement des Québécois

Share

Un de nos internautes nous demande de lui expliquer à quoi tient la légendaire qualité de vie des Canadiens, une qualité de vie qui nous place, et particulièrement au Québec, parmi les citoyens les plus heureux au monde, si on se fie aux données récentes 2016 d’une enquête de l’ONU.

Si l’indice véritable de la qualité de vie est en vérité l’indice du bonheur, alors là, les Québécois sont les champions du monde, tout juste derrière les Danois. Les Britanno-Colombiens se classent pour leur part au troisième rang.

En fait, c’est grâce à l’excellent indice de bonheur des Québécois et des citoyens de la Colombie-Britannique que le Canada dans son ensemble arrive au sixième rang des pays les plus heureux de la planète, selon le rapport sur le bonheur mondial établi par les Nations unies.

L’ONU arrive à cette conclusion en analysant six critères : la générosité, avoir quelqu’un sur qui compter, la liberté perçue dans les choix de vie, l’espérance de vie en santé, la protection contre la corruption et le PIB réel par habitant.

Les cinq pays répertoriés par l’ONU où le bonheur est « supérieur » au Canada ont tous un filet social important. Ces pays sont le Danemark, la Norvège, la Suisse, les Pays-Bas et la Suède.

Écoutez
Les Canadiens sont naturellement heureux et le demeurent d’année en année, selon des données recueillies, pour une quatrième fois, par le programme Réseau de solutions pour le développement durable de l’ONU (Sustainable Development Solutions Network).  Cet organisme a quantifié le bonheur dans 157 pays en analysant les conditions de vie, pour tenter d’influencer les politiques des gouvernements.
Les Canadiens sont naturellement heureux et le demeurent d’année en année, selon des données recueillies, pour une quatrième fois, par le programme Réseau de solutions pour le développement durable de l’ONU (Sustainable Development Solutions Network).  Cet organisme a quantifié le bonheur dans 157 pays en analysant les conditions de vie, pour tenter d’influencer les politiques des gouvernements. © iStock

Nous avons aussi l’une des meilleures qualités de vie

Le Canada serait l’un des meilleurs pays où vivre, selon notamment l’Indice de progrès social 2016. Notre pays se classe juste derrière la Finlande en ce qui a trait aux soins de santé, à l’éducation, au logement, à la sécurité, au respect des droits et à la tolérance, notamment.

Vancouver notamment est la ville la plus agréable où vivre en Amérique du Nord, selon le rapport Mercer 2015, qui aide les multinationales à déterminer les salaires équitables de leurs employés dépêchés à l’étranger.

Tout récemment, à la fin de juillet 2016, dans un rapport, le Centre d’études des niveaux de vie qui se trouve à Ottawa établissait que les Canadiens ont une qualité de vie exceptionnelle, mais qu’il existait dans le détail des disparités importantes entre les provinces.

Ainsi, malgré un profond ralentissement économique dans une de nos provinces de l’Ouest, l’Alberta, celle-ci se classerait au 4e rang si elle était comparée aux autres pays, l’Ontario serait 8e, tandis que le Nunavut dans le Grand Nord se retrouverait en 46e position. Le Québec pour sa part glisserait en 12e position s’il formait un pays à part entière, tout comme la Saskatchewan.

Quelle est la recette du succès canadien?

Quand les experts se penchent sur ce qui fait que le Canada se hisse régulièrement, peu importe les enquêtes, dans les dix premières nations au monde pour sa qualité de vie, c’est l’accès à l’éducation notamment supérieure qui vient faire grimper le score du Canada. Dans ce domaine, nous surpassons les performances de toutes les autres nations qui ont un niveau de richesse similaire.

Nous sommes champions en ce qui a trait au nombre d’universités reconnues internationalement, au nombre d’années que les femmes passent à l’école et au pourcentage d’étudiants qui fréquentent nos grandes universités.

Notre pays obtient aussi de très bonnes notes sur le plan des droits de la personne, de la liberté d’expression et d’association et au niveau démocratique, ainsi qu’au chapitre de la tolérance à l’endroit des religions et de la diversité sexuelle, ainsi que l’intégration des immigrants.

Or, c’est justement en ce qui concerne les droits de la personne, la tolérance et l’accès à l’éducation supérieure qu’il y a le plus de progrès à réaliser dans le monde. Voilà pourquoi le Canada apparaît peut-être un peu plus qu’il ne le mérite vraiment comme un phare de justice et d’égalité dans le monde.

Par contre, l’environnement est notre point souvent le plus faible… Selon les données de l’Indice canadien du mieux-être (ICMÊ) publiées il y a quatre ans, les émissions de gaz à effet de serre ont « grimpé en flèche » depuis 1994, ce qui accroît notamment le risque de maladies respiratoires et les pressions sur le système de santé.

Le plus grand drapeau vivant de la fête du Canada était à Winnipeg en 2015.Crédit photo : Downtown Winnipeg BIZ
Le plus grand drapeau vivant de la fête du Canada était à Winnipeg en 2015. Le rapport annuel 2015 du Reputation Institute affirme que ce qui fait la force du Canada d’abord et avant tout ce sont ses citoyens que l’on perçoit comme étant des gens « sympathiques et accueillants ». © Downtown Winnipeg BIZ

Découvrez :
En vie de couple, les Québécois sont distincts des autres Canadiens
Comment vit-on en couple au Canada? En réponse à cette question de l’un de nos internautes, on peut établir d’emblée que lorsqu’il est question du modèle de couple le plus à la mode au Canada, il y a une très nette division entre le modèle préféré par les Québécois et celui adopté à l’extérieur du Québec.
Lisez la suite…

Crédit photo : ICI Radio-Canada
Crédit photo : ICI Radio-Canada

RCI avec les informations de Camille Martel et la contribution de Geneviève Murchison, Marie Villeneuve et Isabelle Craig de Radio-Canada.

Sur le même thème

Qualité de vie : des disparités importantes entre les provinces – Radio-Canada 

Le Canada, un des meilleurs pays du monde? – Radio-Canada 

Où est-on le plus heureux? La carte du bonheur – Radio-Canada 

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Économie, Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*