Une retraite financièrement bien en mains semble déjà glisser des doigts de la jeune génération des travailleurs notamment canadiens selon une enquête internationale de l’OCDE. Crédit photo : Radio-Canada/Christian Noël

Chaque année, le Québec accueille environ 100 000 immigrants.
Photo Credit: Crédit photo : Radio-Canada/Christian Noël

Les barrières culturelles pour immigrants dans nos entreprises

Share

Un auditeur nous demande d’enquêter sur l’existence réelle ou imaginaire d’un choc des cultures qui existerait entre les immigrants au Canada et leurs nouveaux milieux de travail.

Cette intégration, il est vrai, est régulièrement peinte dans journaux dans des tons négatifs lorsqu’il est question des hauts taux de chômage des immigrants et des difficultés d’intégration de ces nouveaux travailleurs au marché du travail, en français notamment, dans une grande ville comme Montréal.

Les immigrants forment 27 % de la population du Grand Montréal, mais ne représentent que 18 % de la main-d’oeuvre active et ils n’occupent que 14 % des postes de cadres.

Récemment, on apprenait toutefois dans un sondage réalisé par le Conseil du patronat du Québec (CPQ ) que selon les dirigeants d’entreprises l’intégration de travailleurs immigrants a été facile pour eux, voire très facile à plus de 90 % en ce qui a trait à leurs relations avec leurs supérieurs ou leurs collègues.

Un quart des employeurs rapportent cependant avoir rencontré des difficultés en matière de langue et de différences culturelles. Ces barrières culturelles relèveraient surtout selon les spécialistes du style de gestion en entreprise comme les relations à l’autorité et les façons de communiquer en milieu de travail.

Écoutez


L’ABC des choses à savoir

Les milieux de travail canadiens sont généralement très décontractés et on s’adresse à l’autre par son prénom, même quand on aborde un gestionnaire.

Dans certaines cultures, il n’est pas poli par exemple de regarder un supérieur droit dans les yeux, mais au Canada ce serait perçu comme un signe suspect ou malaisé de ne pas le faire.

Il faut aussi apprendre par exemple à ne pas trop se rapprocher d’un collègue en lui parlant et à minimiser les attouchements. La règle sociale non écrite au Canada est de maintenir une longueur de deux bras d’espace entre les gens.

Cours de francisation au Collège de Bois-de-Boulogne
Cours de francisation au Collège de Bois-de-Boulogne de Montréal © Neven Issak

Le problème de ne pas parler la langue de la majorité

Selon une étude de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, dont les résultats ont été publiés le printemps dernier, le principal facteur qui freine l’intégration des travailleurs immigrants demeure celui de leur faible maîtrise de la langue française.

Ce handicap de la langue française est beaucoup plus déterminant que les problèmes de maîtrise de l’anglais ou le phénomène des barrières dites culturelles.

Selon le CPQ, il va falloir trouver le moyen de mieux informer les immigrants sur la langue et les valeurs de la culture québécoise. La société civile doit cependant cesser de compter sur les seuls efforts des gouvernements.

Au Québec par exemple il existe une initiative privée relativement récente qui faisait lacune il y a cinq ans, le Salon de l’immigration et de l’intégration au Québec (SIIQ) qui est organisée par ImmigrantQuebec,

Selon son fondateur, Jonathan Chodjaï, lui-même un immigrant, « le Québec a tout à gagner à bien intégrer les immigrants sur le marché du travail ».


RCI avec les informations de Radio-Canada

Sur le même thème…

Devenir champion de la diversité culturelle : Embauche Immigrants Ottawa – RCI 

Les différences culturelles au sein d’une entreprise – LePetitJournal.com

Le choc culturel en quatre temps – Destination Québec 

La faible maîtrise du français freine l’ascension sociale des immigrants – Radio-Canada 

Share
Mots-clés : , , , , , , , , ,
Publié dans : Économie, Immigration et Réfugiés

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*