Un éléphant d’Afrique

Un éléphant d’Afrique
Photo Credit: iStock

Quel est le poids réel des Canadiens dans la croissance de l’Afrique?

Share

Un de nos internautes voudrait mieux comprendre l’influence qu’a le Canada sur le continent africain grâce à ses efforts publics et privés.

Établissons d’emblée que dans les années 1960 et 1970, le Canada s’était montré très sensible aux problèmes des jeunes États africains nouvellement indépendants.

Rappelons qu’en 1960 par exemple, la République démocratique du Congo venait d’accéder à l’indépendance et sombrait dans le chaos. Or, le Canada, fort de son expérience dans les opérations de maintien de la paix ailleurs dans le monde n’avait pas alors hésité à jouer un rôle déterminant au sein de la mission des Nations Unies au Congo (ONUC) pour y rétablir la paix.

Le Canada a bénéficié depuis de beaucoup de considération en Afrique, comme un pays qui contribuait au maintien de la paix et la sécurité internationale. Mais le Canada brille un peu moins fort aujourd’hui dans l’humanitaire en Afrique.

En fait, ce sont maintenant les entreprises canadiennes, surtout minières et non plus les initiatives humanitaires mises de l’avant par le gouvernement canadien qui ont le plus d’impact sur ce continent.

Ces impacts ne sont malheureusement pas toujours positifs et certaines de nos compagnies minières ont été mises à l’amende pour corruption ou pour dommages à l’environnement ces dernières années.

Écoutez
Exploitée depuis 2010 par la minière canadienne Kinross la mine Tasiast est l’une des principales mines d’or en Afrique de l’Ouest, avec des réserves prouvées et probables de quelque 260 tonnes

Exploitée depuis 2010 par la minière canadienne Kinross la mine Tasiast est l’une des principales mines d’or en Afrique de l’Ouest, avec des réserves prouvées et probables de quelque 260 tonnes

Virage mercantile de l’aide canadienne en Afrique

Stephen Harper alors qu'il dirigeait le Canada.
Stephen Harper alors qu’il dirigeait le Canada. © Adrian Wyld, PC
Justin Trudeau le 11 avril dernier
Justin Trudeau le 11 avril dernier © PC/Justin Tang

Le virage commercial de l’aide canadienne en Afrique qui a commencé vers l’an 2000, avec la signature d’une série de nouveaux contrats d’exploitation minière par des entreprises canadiennes, a été accentué en 2012 par le gouvernement canadien conservateur de Stephen Harper.

Celui-ci avait alors tracé une nouvelle ligne dans le sable en affirmant qu’il allait dorénavant investir 80 % de ses ressources bilatérales dans seulement 20 pays ciblés. Le gouvernement limitait notamment à 7 le nombre de pays africains qui bénéficieraient dorénavant du soutien financier et de l’assistance technique du Canada.

Puis, en 2013, dans un geste critiqué comme un abandon des principes de l’Agence canadienne de développement international au profit d’intérêts commerciaux, ce gouvernement annonçait que ses diplomates et ambassades allaient dorénavant travailler aux services de l’industrie canadienne.

En 2015, l’élection du nouveau gouvernement libéral de Justin Trudeau avait initialement été accueillie avec beaucoup d’enthousiasme, tant au Canada qu’ailleurs dans le monde. Le nouveau premier ministre canadien disait vouloir revenir à des valeurs plus humanitaires au niveau de programmes d’aide internationaux. En 2016, le Canada est en train de dessiner les détails d’un plan de soutien militaire et humanitaire dont les détails devraient être dévoilés sous peu.

Pour le moment cependant, c’est le secteur minier canadien qui continue d’incarner le premier rôle sur la scène africaine.

Déjà en 2012 seulement, la Bourse de Toronto et la Bourse de croissance TSX ont représenté 1,7 milliard de dollars en capitaux amassés pour des projets miniers dans 28 pays du continent africain.

L’Afrique du Sud : un des plus importants partenaires commerciaux du Canada

Sur le continent africain, aux yeux des entreprises canadiennes, l’Afrique du Sud est le meilleur ami du Canada. Les échanges bilatéraux entre les deux pays ont dépassé 1,1 G$ en 2013, avec plus de 468 M$ d’exportations canadiennes et plus de 686 M$ d’importation sud-africaine.

En 2015, le canada et l’Afrique du Sud ont signé un nouvel accord concernant les compagnies minières avec pour objectif d’encourager encore plus d’entreprises canadiennes et sud-africaines à travailler le long de toute la chaîne minière.

Leader mondial de la production minière de platine, un métal précieux stratégique, avec 75 % de la production mondiale, l’Afrique du Sud se classe au deuxième rang pour ce qui est de la production de l’or et posséderait encore plus de 25 % des réserves mondiales. On y retrouve également de l’uranium, du cuivre, du nickel et de la houille.

Une mine de charbon dans la province de Mpumalanga en Afrique du Sud.
Une mine de charbon dans la province de Mpumalanga en Afrique du Sud. © Siphiwe Sibeko / Reuters

Découvrez :
Dix ans de déclin à l’étranger de l’empire humanitaire canadien
Après presque dix ans sous un gouvernement conservateur, le Canada n’investit plus maintenant que le tiers des montants d’aides internationales recommandés par l’ONU aux grands pays développés.
Lisez la suite… 

 Selon une récente enquête de Statistique Canada dévoilée au début d'octobre dernier, Seulement 46 % des Canadiens se disent fiers de l’image de leur pays à l’étranger. La fierté des Canadiens par rapport à l’image de leur pays à l’étranger semble en net déclin et la diminution de l’investissement humanitaire canadien à l’étranger y est pour beaucoup.


Selon une récente enquête de Statistique Canada dévoilée au début d’octobre dernier, Seulement 46 % des Canadiens se disent fiers de l’image de leur pays à l’étranger. La fierté des Canadiens par rapport à l’image de leur pays à l’étranger semble en net déclin et la diminution de l’investissement humanitaire canadien à l’étranger y est pour beaucoup.

Avec la contribution de Didier Oti de RCI

Sur le même thème

Galvanisé par les réfugiés syriens le Canada aurait oublié les immigrants africains – RCI 

Les Québécois savent-ils que l’Afrique n’est pas un pays? – RCI 

Trudeau va-t-il offrir une nouvelle perspective à l’Afrique? – Huffington Post 

L’expansion canadienne en Afrique – À Babord 

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Économie, International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*