Des bélugas nageant dans le fleuve Saint-Laurent

Des bélugas nageant dans le fleuve Saint-Laurent
Photo Credit: Radio-Canada

Plus que 880, nos bélugas sont officiellement désignés « en voie de disparition »

Share

Les bélugas dans l’estuaire du fleuve Saint-Laurent seront dorénavant classés « en voie de disparition » en vertu de la Loi sur les espèces en péril du gouvernement canadien.

Robert Michaud
Robert Michaud, président du GREMM © GREMM

2016 s’avère une autre année de reproduction désastreuse pour les bélugas, selon Robert Michaud, président du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM).

Cet été encore, comme au cours des dernières années, les chercheurs ont constaté des mortalités élevées chez ces animaux, notamment chez les femelles et les jeunes.

Le moment est critique pour ces magnifiques mammifères marins qui pourraient être exposés à de nouveaux projets notamment pétroliers dans l’estuaire ce qui risque d’augmenter le péril dans lequel ils se trouvent.

Après avoir été stable durant plusieurs années, la population de bélugas a commencé à décliner de façon marquée durant les années 2000 et il ne resterait environ que près de 880 bélugas dans le Saint-Laurent, alors que vers 1870, on estimait que leur nombre pouvait atteindre jusqu’à 10 000 dans le fleuve.

Le saviez-vous?
Béluga signifie en russe « celui qui est blanc »
– Avec sa peau d’un blanc très pur et son front proéminent et bombé, le béluga est facilement reconnaissable.
– Seuls les adultes bélugas sont blancs. Les nouveau-nés sont bruns ou gris foncé et pâlissent pour devenir totalement blancs entre six et huit ans.

Le bruit nuirait à leur capacité de communiquer

Les scientifiques du GREEM suivent en ce moment la progression d’un groupe de Bélugas dans la rivière Saguenay grâce à un microphone sous-marin et à un drone. Ils veulent comprendre si les cris utilisés par les nouveau-nés et leur mère peuvent être masqués par le bruit des bateaux.

Selon une membre de cette équipe et chercheuse de l’aquarium de Vancouver, Valeria Vergara, les veaux émettent des cris à des fréquences basses, qui pourraient être difficilement entendus par leurs mères en raison du trafic maritime.

Environ 4000 navires empruntent la Voie maritime du Saint-Laurent chaque année.

Le GREMM demande au gouvernement canadien et à la province du Québec de créer des aires où l’activité humaine et industrielle serait strictement limitée, afin de protéger le béluga.

cacouna_carte

Découvrez :
« Béguin » pour les bélugas du Canada
On estime en gros qu’entre 72.000 et 144 000 bélugas vivent dans les eaux canadiennes. Si près d’un millier de bélugas dans l’estuaire du fleuve Saint-Laurent font périodiquement la manchette, car en autre très prisé des touristes, la plus importante partie de l’espèce (près de 57 000) trouve refuge dans la Baie d’Hudson.
Lisez la suite… 

Des bélugas dans la baie d’Hudson
Des bélugas dans la baie d’Hudson © Explore.org

RCI avec Le Devoir

Sur le même thème

Baie d’Hudson : observer en direct des bélugas – RCI 

Pétrole albertain et bélugas du Saint-Laurent: le rationnel n’est pas du débat – RCI 

3 000 kilomètres avec des narvals et des bélugas – RCI 

Share
Mots-clés : , , ,
Publié dans : Environnement

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*