L’agent de la Gendarmerie Royale du Canada, Jason Pinder, photographié avec un bébé castor récemment sauvé par le centre de protection de la faune sauvage Salthaven Wildlife Rehabilitation Centre

L’agent de la Gendarmerie Royale du Canada, Jason Pinder, photographié avec un bébé castor récemment sauvé par le centre de protection de la faune sauvage Salthaven Wildlife Rehabilitation Centre dans la province de l'Ontario.
Photo Credit: (Megan Lawrence/Salthaven West)

Juste à temps pour la visite de Justin Trudeau, l’Argentine vise l’extermination de 100 000 castors canadiens

Share

Quelques jours avant d’accueillir jeudi le premier ministre canadien, l’Argentine a annoncé en début de semaine qu’elle lançait une guerre d’extermination impitoyable contre le symbole le plus reconnaissable du Canada.

En partenariat avec le Chili, l’Argentine dépêche en ce moment une équipe de 10 chasseurs dans les régions sauvages autour de Tierra del Fuego, à l’extrême sud de l’Amérique du Sud.

Équipée d’hélicoptères, la mission est de piéger et de détruire 100 000 castors canadiens qui dévastent les forêts du sud en grignotant d’énormes arbres. Selon un rapport de juin 2011, il pourrait en fait y avoir jusqu’à 200 000 castors qui vivent dans cette région.

Les autorités argentines ont signé un accord pour exterminer les castors avec le Chili voisin dans la région de la Patagonie qui s’étend sur la frontière des deux pays.

Un barrage fait par des castors canadiens dans le sud de l'Argentine. Photo Wikipédia

Un barrage fait par des castors canadiens dans le sud de l’Argentine. Photo Wikipédia

Le saviez-vous?
Les origines des castors canadiens en terre sud-américaine
– Les animaux sont tous des descendants d’un groupe de 20 à 50 castors canadiens qui ont été relâchés pour la première fois sur l’île sud de l’Argentine en 1946.
– L’idée, née à l’époque du régime politique de Juan Perón, était de remplir les forêts du sud avec des castors afin de stimuler l’économie argentine de la fourrure.
– Bien qu’une industrie viable n’a pas réussi à se concrétiser, l’introduction des castors dans la région a eu des conséquences de grande envergure.
– Les castors canadiens n’ont aucun prédateur naturel dans la région. Dans leurs habitats indigènes, les ours et les loups s’attaquent aux castors et maintiennent la population sous contrôle.

Des arbres décimés par des castors du Canada en Argentine. Photo Wikipédia

Des arbres décimés par des castors du Canada en Argentine. Photo Wikipédia

Leur destruction s’apparente à celle de bulldozers

Google Maps

Google Maps

Les autorités estiment que les castors ont détruit une superficie deux fois plus grande que Buenos Aires.

« Il y a une ou deux colonies de castors par kilomètre carré le long des rivières dans ces régions », déclare le biologiste argentin Adrian Schiavini, selon le journal espagnol El Pais.

« Ils peuvent couper un petit arbre en quelques heures et un grand en quelques jours. Nous parlons d’arbres qui ont 100 ou 150 ans et ils ne repoussent pas », dit pour sa part le chef de la conservation de la région, Erio Curto. « Ils abattent des arbres sur la rive de sorte que l’eau déborde et inonde tout », précise-t-il.

« Quand je l’ai vue, je me suis souvenu de la Pologne après la Seconde Guerre mondiale, où tous les arbres avaient été emportés », mentionne le célèbre naturaliste Claudio Bertonatti, dans un récent documentaire : Castors: l’invasion à la fin du monde.

Un garde-forestier du parc national de la Terre de feu en Argentine montre les ravages d’un castor.
Un garde-forestier du parc national de la Terre de feu en Argentine montre les ravages d’un castor. © The Washington Post

La chasse est soutenue par les Nations unies et les groupes environnementaux

Les chasseurs capturent les castors dans des pièges puis les frappent sur la tête pour les tuer rapidement, selon les responsables argentins.

En plus d’abattre des arbres, les castors créent des barrages qui inondent certaines zones et ainsi noient d’autres arbres et de la végétation.

Les inondations provenant des barrages de castors endommagent également les routes et les pâturages de bétail. L’écologiste Christopher Anderson, professeur à l’Université de Magallanes, déclare : « Le changement de la partie forestière de ce biome est la plus grande altération de l’holocène, soit depuis environ 10 000 ans ».

Des experts estiment que cela pourrait prendre aussi longtemps que de 10 à 15 ans pour abattre tous les castors canadiens.

Le premier ministre canadien est arrivé ce jeudi matin dans la capitale argentine.

Le premier ministre à son arrivée en Argentine, jeudi matin. Photo : Canadian Press / Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Le premier ministre à son arrivée en Argentine, jeudi matin. Photo : Canadian Press / Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Découvrez :
Les Canadiens fiers de leurs symboles, mais les Québécois un peu moins!
Le Canada a un arbre emblématique (l’érable), un cheval national (le cheval canadien), deux sports nationaux (la crosse et le hockey) et un animal (le castor) qui sont tous des symboles nationaux.
Lisez la suite…

Un castor
Un castor © iStock

 

RCI avec l’AFP, National Post, Radio-Canada et Global

Sur le même thème

Argentina declares pitiless war of extermination on Canadian beaver – National Post 

Provider of fur, food and floods, the beaver is a Canadian symbol – CBC 

Le trappage: loin d’être une activité économiquement rentable – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , , , , , ,
Publié dans : Environnement, Insolite, International

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*