L’Oléoduc Énergie Est est un projet de pipeline de 4 600 kilomètres qui transportera, environ 1,1 million de barils de pétrole par jour de l’Alberta et la Saskatchewan vers les raffineries de l’Est du Canada.

L’Oléoduc Énergie Est est un projet de pipeline de 4 600 kilomètres qui transportera, environ 1,1 million de barils de pétrole par jour de l’Alberta et la Saskatchewan vers les raffineries de l’Est du Canada.
Photo Credit: ICI Radio-Canada

Énergie Est : les Canadiens doivent-ils faire confiance au nouveau comité d’audience?

Le projet d’oléoduc pétrolier Énergie Est de l’entreprise TransCanada a été au centre de plusieurs controverses ces derniers mois. Cette situation a incité à l’annulation de plusieurs audiences prévues dans le pays, le public dénonçant à chaque fois l’opacité, l’absence de transparence et le manque de crédibilité du processus de consultation. L’Office national de l’énergie vient d’annoncer la création d’un nouveau comité d’audience de trois membres pour examiner ce projet et le réseau principal.

Des promesses d’une audience opportune et accessible

En nommant Don Fergusson, Carole Malo et Marc Paquin, respectivement président d’audience et membres du nouveau comité d’audience, l’Office national de l’énergie souhaite rassurer les Canadiens sur le fait que l’audience relative au projet Énergie Est sera totalement transparente et juste, bien que certains détails restent encore à clarifier.

Les nouveaux responsables ont chacun une riche expérience en ce qui concerne l’élaboration de politiques, la réalisation de projets d’énergie et d’infrastructures en lien avec l’environnement et le développement durable.

Leur entrée en fonction permettra-t-elle de mettre un terme à la vague de protestation du public qui s’oppose à l’ensemble du projet, dénonçant la mascarade qui l’entoure?

La tâche s’annonce ardue pour ces nouveaux responsables qui devront passer en revue les différents problèmes posés à la suite du non-respect par TransCananda de près de 78 % des conditions qui avaient été établies par l’Office national de l’énergie.

Audiences Énergie-Est, manifestation et arrestations.
© Charles Contant

 Problème d’acceptabilité sociale

Plusieurs facteurs ont poussé les Canadiens à perdre confiance au processus d’audience du projet Énergie Est. En plus de remettre en question ce processus qu’ils ont jugé fallacieux, ils étaient outrés de certaines interventions de personnalités dans des activités de lobbying dites « douteuses ».

La question de la destruction du couvert forestier et de la sécurité des oléoducs pétroliers est au cœur des dénonciations d’organismes environnementaux.

Considéré comme l’un des plus longs au monde avec une longueur totale de 4600 km, le pipeline d’Énergie Est est conçu pour traverser six provinces du Canada, dont le Québec, et acheminer 1,1 million de barils de pétrole brut par jour depuis les sables bitumineux de l’Albertavers l’Atlantique et les ports d’exportation.

Le projet du réseau principal prévoit la construction de quatre sections d’un nouveau gazoduc d’environ 279 km et des installations connexes, allant de Markham à Brousseville en Ontario.

Dans l’ensemble, le projet Énergie Est permettra certes de créer des emplois et de générer des revenus fiscaux, bien que maigres, mais les risques de déversement et de pollution des eaux et des municipalités préoccupent au plus haut point les dirigeants et la population.

Résultats d’une étude déposée au BAPE, dans le cadre de l’étude du projet de pipeline Énergie Est
Résultats d’une étude déposée au BAPE, dans le cadre de l’étude du projet de pipeline Énergie Est © Radio-Canada

Du pain sur la planche pour le nouveau comité d’audience

Les travaux de ce comité devront permettre de répondre aux préoccupations des Canadiens en ce qui concerne les dommages environnementaux du projet.

Greenpeace Canada estime que ce projet augmentera la production des Sables bitumineux de près de 40 %, ce qui équivaudrait à ajouter sept millions de véhicules de plus au Canada.

Ce serait la catastrophe programmée pour ce pays qui s’est engagé, auprès d’autres nations à Paris, à combattre les changements climatiques en les limitant à 2 %, par rapport au niveau préindustriel.

Toujours selon Greenpeace, le Canada qui, s’est aussi engagé à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 30 % par rapport au niveau de 2005 d’ici 2030, risquerait de ne pas tenir ses engagements.

L’échappatoire consisterait à refuser purement et simplement le projet Énergie Est, ce qui n’est pas à l’ordre du jour du côté de l’Office national de l’énergie qui compte sur l’efficacité du nouveau comité d’audience pour rétablir la confiance avec les Canadiens.

Le comité qui démarre ses travaux dans les prochaines semaines devra avant tout, déterminer la manière dont se déroulera le processus d’examen pour un projet jugé peu rentable pour l’économie nationale, le pétrole étant essentiellement destiné à l’exportation.

Énergie Est : une menace pour les eaux selon les environnementalistes
Énergie Est : une menace pour les eaux selon les environnementalistes © Heather MacIntyre/Maya’s Legacy Whale Watching

À lire aussi

L’ONE suspend ses audiences sur Énergie Est pour une durée indéterminée

Énergie Est : trop de risques pour trop peu de retombées économiques, dit Coderre

Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Environnement, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Énergie Est : les Canadiens doivent-ils faire confiance au nouveau comité d’audience?
  1. Tremblay dit :

    C’est déjà tout vérifié avons JuST besoins que LE FED dise NON, NOUS SAVONS TOUS QUE C’EST D’ALLER VERS D’AUTRES ENERGIES PLUS PROPRE ET MOINS DÉVASTATRICE DE NOTTE TERRE ET LES PERSONNES QUI VIVENT DESSUS.

  2. Pierre Asselin dit :

    Pour avoir participer aux audiences du BAPE où l »ONE et TransCanada étaient présents , je crois que les nouveaux membres n’ont pas plus de crédibilité ,du moins au Québec, que les autres ; et le problème est que c’est envers les gouvernements que le peuple n,a pas confiance .Je crois que le but de l »ONE et du BAPE est de diviser le plus possible l’opinion publique par différentes stratégies qui permettrait de faire ensuite quelques sondages sur l’acceptabilité sociale , qui n’est à mon avis qu’un leurre , pour ensuite donner son aval au projet sans qu’il y ait trop de manifestations . Je ne suis pas contre le pétrole , ou entièrement contre l »exploitation du pétrole , mais je suis contre cet oléoduc qui n’apportera rien de bon à long terme au Québec , bien au contraire .
    De ce que j’ai pu comprendre , au Québec, les pro-oléoduc sont prés à accepter n’importe quoi , audiences ou pas et de qui que ce soit . Des Grutiers et tuyauteurs , à bord d’autobus nolisées ,d’une bonne partie du Québec ( Montréal entre autres ), ont rempli les salles d’audience de Lévis et Trois-Rivières pour appuyer TransCanada . Certaines chambres de commerce ont appuyés le projet et serait mal vus de se prononcer contre . Des premiers ministres et certains ministres des autres provinces partent en cabale et font presque des menaces au Québec s’il n »accepte pas .