Jeff Fillion ne travaille plus pour Bell Média, annonce l’entreprise sur son compte Facebook.

Certains animateurs de radios privées de Québec sont accusés de souffler sur les braises de l'intolérance
Photo Credit: ICI Radio-Canada

Tuerie islamophobe à Québec : les « radios-poubelles » en cause?

Share

Accusées d’attiser les tensions sociales et la haine des musulmans, certaines radios privées de Québec, affectueusement appelées « radios-poubelles » pour leur goût pour le langage ordurier et les propos incendiaires, sont appelées à faire leur examen de conscience, après la tuerie qui a fait six morts dimanche dernier dans la Vieille Capitale.

C’est connu, la ville de Québec est un peu plus à droite que le reste de la province ou de la moyenne des grandes villes canadiennes. Son paysage médiatique se démarque par la virulence et le caractère lapidaire des propos de quelques animateurs et chroniqueurs qui sévissent sur les ondes de FM93 et de Radio X.

Dans les dernières mesures d’audience, ces stations sont dans cet ordre juste derrière le groupe public Radio-Canada. « Ce sont des radios de droite […] avec très peu de moyens, mais beaucoup d’opinions. Car pour que ce soit plus populaire, on n’y va pas avec le dos de la cuillère », explique Stéphane Léman-Langlois, criminologue à l’Université Laval.

 rci-Boufeldja-Benabdallah
Boufeldja Benabdallah (au centre) est le co-fondateur du Centre culturel islamique de Québec, où six hommes ont été tués dimanche. Il espère que ce drame va provoquer un examen de conscience chez ceux qui promeuvent la haine de l’Autre. © Maxime Corneau/Radio-Canada

Ces radios « contribuent à légitimer un discours de plus en plus accusatoire face aux minorités en général, aux musulmans en particulier »,  dit cet universitaire qui intervient de temps à autre sur leurs ondes. Leurs propos se résument à « du suprémacisme blanc, de la victimologie blanche, et répètent combien la société québécoise est en danger ».

Rien n’indique que l’auteur présumé de l’attaque qui a fait six morts dimanche dans la mosquée de Sainte-Foy était un auditeur de ces radios. Tout juste sait-on qu’il était proche des idéologies nationalistes portées par Donald Trump et Marine Le Pen.

« Quelques médias ont pour mission d’augmenter le niveau de haine envers les musulmans » 

Refusant de montrer du doigt les organisations ou les personnes qui seraient plus responsables que d’autres de ce drame épouvantable, le premier ministre québécois Philippe Couillard a rappelé mardi que « les mots ont de l’importance, les mots que l’on écrit et les mots que l’on prononce ».

Des tracts islamophobes distribués à Québec.
Le président du Centre culturel islamique de Québec, Mohammed Yangui, estime que certains médias de Québec encouragent l’islamophobie. © Radio-Canada

Pour les quelque 6000 membres de la communauté musulmane de Québec, l’islamophobie distillée depuis quelques mois est en partie alimentée par ces radios. « Quelques médias ont pour mission d’augmenter le niveau de haine envers les musulmans », a ainsi dénoncé Mohamed Yangi, président du Centre culturel islamique de Québec qui abrite la mosquée où s’est joué le drame.

« Le climat général reste négatif, reste au laisser-aller » et certains animateurs de ces radios « sont devenus de véritables porte-parole du racisme », a dit lundi Mohamed Ali Saïdane, qui a perdu un ami dans la fusillade.

« Leurs discours débordent souvent, parfois dérapent carrément », reconnaît M. Léman-Langlois. Il se rappelle avoir entendu cet automne un chroniqueur martelant « pendant une heure » que «Justin Trudeau était un agent des frères musulmans qui veut islamiser le Canada ». Le sociologue estime qu’« il y a vraiment un examen de conscience à faire de la part de ces radios ».

Ce sentiment est partagé par l’observatoire indépendant des médias, Projet J, qui a lancé un appel en ce sens. « Le moment est particulièrement bien choisi pour les médias de repenser leur façon de traiter des communautés en général et des musulmans en particulier », a écrit lundi Projet J.

L’observatoire pointe notamment la sous-représentation des minorités visibles dans les médias québécois par rapport, par exemple, aux médias anglophones du Canada.

Représentativité des minorités dans les médias en cause

Ces radios reçoivent leur licence du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC). Si certains animateurs ont été poursuivis pour diffamation, les radios, elles, n’ont jamais été suspendues. Après la fusillade, ces médias ont condamné le recours à la violence et déploré la mort des six fidèles. Mais dès mardi, sur les ondes de Radio X, le ton avait changé et le débat portait sur la récupération politique supposée de la fusillade par les partis de gauche.

rci-bouchard
L’animateur Sylvain Bouchard du FM93 a exprimé des regrets sur la façon dont les médias ont traité les sujets relatifs aux musulmans et à l’islam. © FM93

Un célèbre chroniqueur accusait ainsi « les gauchistes de se réjouir » de cette attaque qui, selon lui, leur permet d’étriller l’idéologie conservatrice. Interrogées, les radios n’avaient pas commenté mercredi.  Mais sur FM93, l’animateur Sylvain Bouchard a fait son mea culpa : « Il faut combattre la désinformation et cela, on ne l’a pas assez fait. »

(Avec l’AFP)

Lire aussi

Attaque terroriste à Québec: couverture de RCI

Share
Mots-clés : , ,
Publié dans : International, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Tuerie islamophobe à Québec : les « radios-poubelles » en cause?»
  1. Gilles Talbot dit :

    Je ne suis pas anti Islamique quant je dit que nos Politiciens ont profité et provoquée un Show énorme comme jamais pour des fins purement politique Du jamais vu au Canada et pourtant ont a vécu du similaire. Meme genre de Malade Tué pour tué meme sans gloire ou profits personnelle Je sympathise avec toute ce monde qui ne mérite de perdre un proche quelque soit la façon qu’ils perdent la vie. Cette démonstration ‘ j’espère ne devrais pas etre une porte ouverte pour du semblable a VENIR. Mais j’en doute .