Les Ontariens sont de plus en plus nombreux à donner leur consentement pour des dons d'organes destinés à la transplantation.

Les Ontariens sont de plus en plus nombreux à donner leur consentement pour des dons d'organes destinés à la transplantation.
Photo Credit: iStock

Donner ses yeux pour améliorer la vie d’autrui!

Pour la troisième année de suite, l’Ontario se positionne comme une province où les dons d’organes et de tissus sont de plus en plus importants. Pas moins de 85 % des Ontariens sont favorables au don d’organes et 25 % d’entre eux se sont inscrits pour faire un don. 

Sauver des vies

De plus en plus de donneurs d’organes décédés ou vivants ont fait la différence dans la vie de plusieurs personnes avec ce petit geste salvateur.

En 2016, ce sont près de 351 donneurs décédés et 256 donneurs vivants qui ont fait le don de vie à un nombre record de 1302 receveurs de greffe.

Les familles qui ont consenti à faire ce don ont été 40 % plus nombreuses qu’en 2015.

Le Réseau Trillium, qui a présenté ces données, relève aussi le fait que les dons en provenance de donneurs décédés ont augmenté de 30 %, ce qui a contribué à sauver des vies.

On constate au Canada une dynamique favorable au don d’organes. En Ontario, les dons de personnes décédées ont progressé de 30 % en 2016
On constate au Canada une dynamique favorable au don d’organes. En Ontario, les dons de personnes décédées ont progressé de 30 % en 2016 © iStock

Des dons de tissus ont amélioré plusieurs conditions

Près de 2400 donateurs de tissus ont amélioré la qualité de vie des milliers de personnes à travers la province.

Certains ont donné leurs yeux, d’autres leurs peaux, des valvules cardiaques et même des os.

De 2007 à 2016, les dons de tissus dans cette province se sont accrus de 161 %.

Le Réseau Trillium pour le don de vie , un organisme sans but lucratif du gouvernement de l'Ontario qui est chargé de planifier, de promouvoir, de coordonner et d'appuyer les activités relatives au don d'organes et de tissus a pris une série de mesures pour encourager les personnes à donner
Le Réseau Trillium pour le don de vie , un organisme sans but lucratif du gouvernement de l’Ontario qui est chargé de planifier, de promouvoir, de coordonner et d’appuyer les activités relatives au don d’organes et de tissus a pris une série de mesures pour encourager les personnes à donner © iStock

Des mesures incitatives pour plus de dons

Le Réseau Trillium rapporte que c’est grâce à des pratiques spécifiques que les dons se sont accrus de manière aussi importante.

Parmi ces pratiques, les plus importantes sont :

  • la mise en œuvre du signalement courant dans 70 hôpitaux désignés, qui sont tenus de lui soumettre tous les cas de dons potentiels;
  • la désignation de 68 médecins spécialistes de dons qui travaillent en milieu hospitalier pour former le personnel concernant les dons et pour faciliter la mise en œuvre des politiques relatives aux dons;
  • la formation continue des coordonnateurs des dons d’organes et de tissus qui s’occupent des familles tout au long du processus de don;
  • l’accroissement des taux d’inscription aux dons d’organes et de tissus dans les collectivités ontariennes.
Véhicule de transport d’organes
Véhicule de transport d’organes © Radio-Canada/Christian Côté

À lire aussi :

Les dons d’organes au Canada sont-ils plus généreux qu’ailleurs?

Un grand défi sur 12 montagnes du Québec pour rappeler l’importance de parler du don d’organes en famille

Dons d’organes au Canada : le cœur n’y est pas encore

Ontario : Deux jumelles de Kingston sauvées par deux greffes du foie

Enregistrer le consentement : un geste simple, mais lourd de signification 

Le Réseau Trillium souligne, pour le célébrer, le fait qu’en 2016, près de 285 000 personnes se sont jointes à la liste des 3,7 millions d’Ontariens et d’Ontariennes qui donnent sans relâche leurs organes et leurs tissus, apportant ainsi de l’espoir aux patients en attente d’une transplantation d’organe.

Ces personnes s’allient ainsi aux 30 % des habitants admissibles de la province qui ont enregistré leur consentement au don pour voler au secours des 1600 personnes inscrites sur une liste d’attente pour une greffe d’organe.

Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*