Déraillement d’un train du CN à Gogama

Déraillement d’un train du CN à Gogama
Photo Credit: Jonathan Moreau

Limiter les dégâts des déraillements de trains de produits dangereux

En cas de déraillement, les trains transportant des produits dangereux représentent un véritable danger pour la population et l’environnement. Le triste souvenir de la tragédie survenue à Lac-Mégantic en raison du déraillement d’un train contenant des produits pétroliers reste frais dans les esprits. En février 2015, un train-bloc de pétrole brut du Canadien National a déraillé près de Gogama, en Ontario, provoquant des incendies gigantesques qui ont brûlé pendant cinq jours. À la suite de son enquête, le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) exige des compagnies qu’elles préparent de véritables stratégies pour atténuer la gravité des déraillements.

Nécessité de respecter les limites de vitesse

Le déraillement du 14 février 2015 n’était pas attribuable à un excès de vitesse de la part du train-bloc du Canadien National qui roulait à 38 mph, soit sous la vitesse maximale permise de 40 mph.

Et pourtant, 29 wagons de pétrole brut ont déraillé ce jour-là et 19 ont subi des brèches, ce qui a provoqué le rejet de 1,7 million de litres de produit inflammable dans la nature.

En pareille circonstance, il suffit d’une étincelle pour que tout s’embrase, et c’est ce qui est arrivé. Bien qu’il n’y ait pas eu de décès reliés à ces incendies, les dégâts environnementaux ont été très importants.

Malgré le fait que l’accident soit survenu alors que le train roulait à une vitesse en dessous de la vitesse maximale permise par le règlement relatif aux trains et aux itinéraires clés de Transport Canada, le Bureau de la sécurité des transports s’est dit préoccupé du fait que les limites actuelles ne soient pas assez sévères pour certains trains.

Nous recommandons que Transports Canada étudie tous les facteurs, y compris la vitesse, qui exacerbent les déraillements des trains de marchandises dangereuses, élabore des stratégies d’atténuation des risques, puis modifie les règles en conséquence. – Kathy Fox, présidente du BST

Survenu le 6 juillet 2013, le déraillement du train de la Montreal, Maine and Atlantic dans le centre-ville de Lac-Mégantic a causé la mort de 47 personnes.

Survenu le 6 juillet 2013, le déraillement du train de la Montreal, Maine and Atlantic dans le centre-ville de Lac-Mégantic a causé la mort de 47 personnes. © PC/PC/Paul Chiasson

Faible culture de sécurité

Dans le cas de la tragédie de Lac-Mégantic en 2013, 73 wagons d’un train de la compagnie Montreal, Maine & Atlantic Railway transportant chacun près 113 000 litres de pétrole brut du Dakota du Nord vers l’est du Canada, avaient été laissés sans surveillance dans la localité de Nantes, pour effectuer un changement d’équipe.

Par la suite, le conducteur du train avait quitté les lieux pour aller dormir ailleurs. Quelques heures plus tard, le train s’était mis à rouler sans conducteur et, à cause d’un virage mal négocié, il avait déraillé en plein centre-ville de Lac-Mégantic. Plusieurs incendies ont été à l’origine d’un véritable drame humain et environnemental. Quarante-sept personnes avaient perdu la vie à la suite de ce déraillement, le deuxième du genre dans cette petite localité.

L’enquête du Bureau de la sécurité des transports avait permis de relever 18 causes de l’accident, parmi lesquelles le manque de surveillance de la compagnie impliquée, sa faible culture de sécurité et le manque de formation de ses employés.

Incendie à la suite du déraillement survenu à l’ouest de Gogama en février 2015.

Incendie à la suite du déraillement survenu à l’ouest de Gogama en février 2015. © Bureau de la sécurité des transports du Canada

En ce qui concerne l’accident de Gogama, l’enquête du Bureau de la sécurité des transports a démontré que la rupture d’éclisses était à l’origine du déraillement.

Des fissures de fatigue préexistantes avaient atteint une taille critique, ce qui avait échappé à la vigilance des techniciens lors des inspections précédentes. Avec une température à son niveau le plus bas (-31 °C lors du déraillement), les chocs répétés des roues avaient entraîné la défaillance de ces éclisses.

Si le superviseur adjoint de la voie n’avait pas pu détecter les défauts, c’était une fois de plus à cause d’un problème de formation, d’encadrement et de soutien insuffisants.

D’un autre côté, le Bureau de la sécurité des transports a établi un lien entre la vitesse du train et la gravité des dommages causés aux wagons-citernes, car bien que ces wagons aient été construits selon les normes CPC-1232, ses structures de protection thermiques étaient insuffisantes. Cela a eu pour conséquence la naissance de ruptures thermiques sur les wagons qui se trouvaient dans le feu en nappe, augmentant le déversement de produits.

Le BST a relevé que ces wagons ont connu des problèmes de performance semblables à ceux impliqués dans le déraillement à Lac-Mégantic.

« Le transport de liquides inflammables par rail figure sur la liste de surveillance du BST depuis 2014. Bien que des wagons-citernes plus robustes soient maintenant fabriqués, les wagons actuels demeureront en service durant des années. Les risques seront présents tant que les facteurs qui contribuent aux déraillements et à leur gravité ne seront pas atténués. Voilà l’objectif de la recommandation que nous présentons aujourd’hui. » – Kathy Fox.

Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Environnement, Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Limiter les dégâts des déraillements de trains de produits dangereux
  1. Robert Bellefleur dit :

    La Ville de Lac-Mégantic n’est toujours pas à l’abri d’un deuxième déraillement ferroviaire de citernes transportant des produits dangereux. À preuve, nous avons des photos récentes de rails dont la géométrie est déformée en plein coeur de notre centre-ville à l’endroit même où c’est produit le déraillement et la tragédie du 6 juillet 2013.

    Robert Bellefleur
    Porte-parole Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire de Lac-Mégantic

    • Serge Lamarche dit :

      Les dangers de ce genre sont un peu trop répandus. Pour Mégantic, il devrait y avoir des mesures de sécurité préventives en cas d’incompétences et de malfaisances. Je ferais pressions pour éliminer ces voies ferrées.