L'entreprise Sears Canada affiche des pertes nettes depuis 2014

L'entreprise Sears Canada affiche des pertes nettes depuis 2014
Photo Credit: PC / Ryan Remiorz

Sears Canada : la faillite de ce géant de la vente au détail a été sa perte du souci du détail

Sears Canada, dont les catalogues ont été feuilletés par plusieurs générations de Canadiens, avoue qu’il entretient un « doute important » quant à son avenir. Acculée à la faillite, l’entreprise admet envisager sa vente ou une restructuration imminente, car elle ne disposera probablement pas des fonds pour acquitter ses obligations dans les 12 prochains mois.

Sears Canada dévoilait mardi ses plus récents résultats financiers. Le détaillant a affiché une perte nette de 144,4 millions pour son premier trimestre. C’est le double de celle subie pendant la même période l’an dernier. Ses revenus ont glissé d’environ 90 millions pour atteindre 505,5 millions. C’est un déclin de 15,2 %.

Sears Canada, encore un des trois grands rois du commerce au détail au pays dans les années 90, fournie ainsi un nouvel indicateur de la crise que traverse le secteur de la vente au détail depuis la montée en popularité du magasinage en ligne.

Vincent Power, un porte-parole de l’entreprise, a indiqué dans un courriel mardi qu’elle ne savait pas encore si elle allait dans l’immédiat effectuer des mises à pied. Elle comptait environ 16 000 employés dans un peu plus de 90 magasins à la fin avril.

Écoutez

Sears n’a pas su s’adapter et 16 000 employés risquent de payer la facture

Le président du Syndicat des travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et du commerce du Québec (TUAC), Antonio Filato, n’est pas surpris des difficultés éprouvées par Sears Canada. « Lorsque Sears a vendu sa marque d’outils Craftsman à Stanley-Black and Decker, c’était une indication que ça n’allait pas bien. C’est un signe qu’ils avaient besoin d’argent. »

Le marché du détail est extrêmement compétitif, souligne le syndicaliste, et malheureusement, les dirigeants de Sears ont opté pour des compressions au lieu de s’adapter au marché. Antonio Filato estime que Sears aurait dû utiliser la popularité de son catalogue pour se tourner vers le commerce en ligne.

Fondée aux États-Unis vers la fin du xixe siècle, l’empire Sears distribue ses produits au Canada sous le nom Sears Canada et au Mexique sous le nom Sears Mexico.  Depuis ses débuts, l’entreprise a grandi et est devenue le plus gros commerce de détail aux États-Unis vers le milieu du xxe siècle.
Fondée aux États-Unis vers la fin du xixe siècle, l’empire Sears distribue ses produits au Canada sous le nom Sears Canada et au Mexique sous le nom Sears Mexico.  Depuis ses débuts, l’entreprise a grandi et est devenue le plus gros commerce de détail aux États-Unis vers le milieu du xxe siècle.

Le saviez-vous?
87 ¢. C’était la valeur de l’action de Sears Canada à la Bourse de Toronto mardi.
Il y a quelques années à peine, la valeur d’une action de Sears Canada était de 19 $.

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada et les informations de Gérald Fillion, Catherine Lachaussée et Lyne Boily de Radio-Canada

En complément

Sears Canada serait au bord de la faillite – Radio-Canada 

Déclin d’un autre empire devant la montée des gros entrepôts – RCI 

Sears Canada’s future is in doubt – CBC 

Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans :

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour “Sears Canada : la faillite de ce géant de la vente au détail a été sa perte du souci du détail
  1. M.Levesque dit :

    Il est un peu étonnant que quelques experts financier tente de nous expliquer pourquoi Sears se dirige vers la faillite,alors qu’il y a pres de dix ans tous les cadres de Sears savaient que M.Lampert achetait Sears pour le liquider.Ce qu’il a fait avec beaucoup de profit.