Le magasin Sears du Centre Eaton de Toronto fermera ses portes d'ici le 28 février 2014.

Le magasin Sears du Centre Eaton de Toronto fermera ses portes d'ici le 28 février 2014.
Photo Credit: PC / AP Photo/Elise Amendola

Déclin d’un autre empire devant la montée des gros entrepôts

Share

Après les géants Eaton et Zellers, est-ce au tour de Sears d’être démoli par la compétition?

Écoutez

Les consommateurs canadiens sont à la recherche du meilleur prix et considèrent la qualité des produits secondaire. Voilà en quelques mots la philosophie du consommateur canadien moyen qui a commencé à prendre forme il y a une vingtaine d’années lors d’un précédent ralentissement de l’économie.

Mais aujourd’hui, même les consommateurs les plus fortunés ne trouvent pas de valeur ajoutée dans le fait d’acheter plus cher leur produit dans un grand magasin. Les magasins grands entrepôts de type Wallmart et Costo font très bien l’affaire.

Sears Canada est victime de cette désaffectation des consommateurs vers le pas trop chic et le pas trop cher. Voilà le modèle, la nouvelle norme de consommation au Canada qui favorise ses concurrents qui logent dans de grands édifices-entrepôt.

Aide-mémoire
Fondée aux États-Unis vers la fin du xixe siècle, l’empire Sears distribue ses produits au Canada sous le nom Sears Canada et au Mexique sous le nom Sears Mexico. Depuis ses débuts, l’entreprise a grandi et est devenue le plus gros commerce de détail aux États-Unis vers le milieu du xxe siècle.

Il y a dix ans le chiffre d'affaires de Sears était de 6, 5 milliards de dollars. Il a maintenant rétréci à 4,3 milliards. L'ancien magasin Sears dans le centre-ville de Vancouver
Il y a dix ans le chiffre d’affaires de Sears était de 6, 5 milliards de dollars. Il a maintenant rétréci à 4,3 milliards. L’ancien magasin Sears dans le centre-ville de Vancouver © Philippe Moulier

Le déclin de Sears Canada s’accélère

Les revenus de Sears au Canada ont chuté du tiers en 10 ans!

Sears Canada a donc annoncé cette semaine la liquidation des baux pour cinq de ses magasins y compris son grand magasin, le plus grand de toute l’Amérique du Nord, situé au Centre Eaton de Toronto. Cette transaction d’une valeur de plus de 400 millions de dollars est la plus grande liquidation de baux depuis que le détaillant a commencé à réduire ses opérations l’an dernier. Sears se débarrasse ainsi de presque une autre tranche de 1 000 employés

L’an dernier, l’entreprise a mis en œuvre une importante transformation de son plan d’affaires qui a notamment mené à près de 1000 pertes d’emplois au pays.

Beaucoup de Canadiens commencent maintenant à se poser la question : après les géants Eaton et Zellers, est-ce au tour de Sears Canada d’être démoli par la compétition?

L'ancien édifice Eaton à Montréal racheté en 1999 par SEARS.
L’ancien édifice Eaton à Montréal racheté en 1999 par SEARS. © Radio-Canada

Quelle drôle d’histoire…
Eaton et Sears au passé commun, partageront-ils le même sort?

  • Eaton était jadis la plus grande chaîne de grands magasins du Canada. On disait que seul le nom du premier ministre était mieux connu que celui de Eaton. Le premier magasin fut fondé en 1869 à Toronto par Timothy Eaton (1834-1907), un immigrant irlandais.
  • En 1869, il réussit à ouvrir un magasin de confection sur la rue Yonge, à Toronto, ville populeuse en pleine expansion. Son slogan « satisfaction garantie ou argent remis » transforma le commerce de détail en profession respectable.
  • En 1925, il acheta le magasin Goodwin installé depuis les années 1890 rue Sainte-Catherine, à Montréal. Ce magasin fut augmenté à six étages en 1927 et à neuf en 1930. L’entreprise acquit ensuite un magasin à Régina en 1926, ceux de Hamilton et de Moncton en 1927, de Halifax et de Saskatoon en 1928, de Calgary et d’Edmonton en 1929 et celui de la rue College à Toronto en 1930.
  • La chaîne qui contrôlait presque 60 % du commerce de grand magasin au Canada en 1930, n’en était plus qu’à un maigre 10,6 % en 1997.
  • En 1999, Sears Canada annonça l’acquisition pour 50 millions de dollars de toutes les actions de Eaton, incluant huit de ses magasins Sears essaya vainement de ressusciter l’intérêt des consommateurs pour ce nom jadis prestigieux. Mais ce fut un échec et Sears abandonna la partie le 18 février 2002.
Share
Catégories : Économie, International, Société
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*