Les enjeux de la distribution de la marijuana récréative au cœur d'une rencontre à Montréal

Les enjeux de la distribution de la marijuana récréative au cœur d'une rencontre à Montréal
Photo Credit: PC / Darryl Dyck/The Canadian Press/April 20, 2011

Encadrement du cannabis au Canada : les experts internationaux se concertent sur la question à Montréal

L’échéance du 1er juillet 2018 pour la légalisation du cannabis à des fins récréatives se rapproche au Canada. Les experts se penchent sur les enjeux de cette légalisation dans un contexte où les mises en garde fusent de toute part pour sensibiliser les gens aux dangers que pourraient représenter cette substance pour les jeunes et la société en général.

Quelles décisions à prendre pour accompagner la légalisation?

Alors que l’expérience de la légalisation de la marijuana au Colorado, le tout premier État américain à s’être lancé dans cette aventure en 2012, tourne presque au fiasco, les experts, réunis à Montréal, s’interrogent sur les meilleures décisions à prendre avant cette légalisation au Canada.

En effet, les conséquences de la légalisation de la marijuana dans l’État du Colorado, près de cinq ans plus tard, sont désastreuses. Il y a deux mois, US Data tirait la sonnette d’alarme sur la recrudescence des accidents de la circulation reliés à cette drogue.

Le nombre d’accidents de la circulation en lien avec la consommation de la marijuana a connu une explosion (48 %) depuis la légalisation de cette drogue dans l’État du Colorado. Il a ainsi dépassé pour la première fois le nombre d’accidents dus à l’alcool au volant.

Il y a de plus en plus de conducteurs qui reçoivent des résultats de tests positifs à la marijuana dans cet État.

La même année où cette substance a été légalisée, les statistiques ont démontré que le nombre de conducteurs ayant pris le volant après avoir consommé uniquement de la marijuana a connu une ascension vertigineuse. Entre 2005 et 2014, leur taux est passé de 3, 4 % à 12,1 %.

Le marché légal de la marijuana du Colorado a augmenté ses ventes de plus de 42% en 2015 par rapport à 2014, ce qui représente près d’un milliard de dollars de profit pour le gouvernement de cet état américain.
Le marché légal de la marijuana du Colorado a augmenté ses ventes de plus de 42% en 2015 par rapport à 2014, ce qui représente près d’un milliard de dollars de profit pour le gouvernement de cet état américain. © Herb

Sur le même sujet : 

De la marijuana séchée.
De la marijuana séchée. © Radio-Canada

À environ un an de la légalisation au Canada, les experts auront surtout à s’entendre sur la façon d’encadrer la distribution pour contrer le chaos du marché noir et protéger la jeunesse.

Ils pourront peut-être s’inspirer des conseils de Mark Kleiman, expert américain, qui a conseillé l’État de Washington sur son processus de légalisation :

Observez le modèle américain, faites exactement le contraire […] Faites preuve de plus de sobriété en face du modèle industriel du Colorado et des autres États américains qui ont procédé à la légalisation. Cela a donné lieu à l’ouverture de centaines de « cannaboutiques » qui offrent des milliers de produits différents. Incitez les personnes à acquérir les connaissances scientifiques dont nous aurons besoin pour que la légalisation se fasse correctement, car on connaît encore peu de choses sur le cannabis. On peut définir très clairement ce qu’est une dose d’alcool, et quelle quantité on peut consommer de façon sécuritaire. Avec le cannabis, il n’y a aucun équivalent. Une bouffée n’est pas une unité de mesure.

RCi avec Radio-Canada et le gouvernement du Québec

À Noter 

Selon Santé Canada :

Environ 22 % des jeunes de 15 à 19 ans ont consommé de la marijuana en 2012, avec une plus grande proportion des 20-24 ans (26 %);

Un jeune sur cinq de 15 à 24 ans a déclaré en avoir consommé chaque jour ou presque et la moitié de ces jeunes présente un risque de modéré à élevé de subir les méfaits reliés à cette drogue;

De plus en plus de jeunes de 18 à 24 ans et de 24 à 34 ans ont pris le volant dans les deux heures seulement suivant l’usage de cannabis au moins une fois en 12 mois;

Environ 16,4 % des conducteurs de véhicules à moteur mortellement blessés dans des collisions de la route entre 2000 et 2010 au Canada ont été déclarés positifs au cannabis 

Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Économie, Politique, Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Encadrement du cannabis au Canada : les experts internationaux se concertent sur la question à Montréal»
  1. Gilles Talbot dit :

    Je suis content de voir que je fait partie des Gens qui ne consomment pas le Pot que Trudeau semble absolument convaincu qui ne peut pas nuire et l’argent des Tax vont suffire a faire un gain de revenu .
    Il a été pris a consommer quelque fois avant d’etre élue et c’est la seule raison qui le pousse a faire changer la reglementation sur le POT Fault t’il croire que ses supporteurs sont touts de fumeurs? Que aucun de ses ministres sont en désaccord? Ca lui a permis de ce faire élire au Québec entre autre La consommation du POT alors défendu qui n’a jamais pu etre contrôlé avec tout les lois du moment vont devenir un produit encore plus recherché pour ca qualité et sont prix par un plus grand nombre de consommateur qui n’auront pas a avoir affaire aux trafiquants Les problemes de consommation déjà connu du monde entier comme DOPE et qui cause habitudes aux autre stupéfiant et drogues chimique.
    Allons nous pouvoir poursuivre ,devant justice ,les Responsables des conséquence de ce changement de loi par nos Dirigents du moment qui peuvent refuser ces changements de décriminalisé cette Dope qui cause habitudes a ses consommateur .
    Nous somment déjà a courts d’argent et d’espace dans nos hôpitaux.
    Nos dirigents Provinciaux vont t’il etre asser responsable pour casser ce projet promu par notre non qualifié 1er ministre. Nos Député Élues ont t’il peur de prendre leurs responsabilisée ?