Bureaux de la Banque Nationale à Montréal

Bureaux de la Banque Nationale à Montréal
Photo Credit: RYAN REMIORZ

La banque qui veut faire disparaître vos billets de banque

Faire disparaître l’argent liquide des porte-monnaie, c’est ce que recommande la Banque Nationale au gouvernement du Québec.

Ce virage vers la monnaie exclusivement électronique, à l’instar de pays comme la Suède ou le Danemark, est selon cette banque la voie de l’avenir. Même si l’abandon de la monnaie en papier est une décision qui relève du gouvernement canadien, les Québécois sont les consommateurs tout désignés pour montrer l’exemple au reste du pays.

Claude Breton, vice-président aux affaires publiques de la Banque Nationale
Claude Breton, vice-président aux affaires publiques de la Banque Nationale © Twitter

Selon Claude Breton, vice-président aux affaires publiques de la Banque Nationale, « il y a une réceptivité des Québécois aux idées nouvelles. Le Québec est une terre créative où l’idée du libre-échange a germé très tôt et où l’adoption des guichets automatiques s’est faite également très tôt ».

Un sondage en ligne mené par la firme de gestion de transactions Moneris auprès de 1000 personnes montrait récemment que 77 % des personnes interrogées préfèrent payer avec une carte de débit ou de crédit, et que 65 % n’achètent pratiquement plus rien avec de l’argent liquide.

Écoutez

Les consommateurs canadiens votent avec leur portefeuille électronique

Angela Brown, chef de la direction de Moneris Solutions
Angela Brown, chef de la direction de Moneris Solutions © MS

L’argent comptant est en perte de popularité, selon Angela Brown, chef de la direction de Moneris Solutions.

Au deuxième trimestre de 2017, 39,5 % des transactions étaient réglées au Canada avec la méthode « tapez et payez », selon les données fournies par les entreprises de solutions de paiement par cartes de débit ou de crédit. Cela représente une hausse de 30,9 % par rapport à l’année précédente. On s’attend à ce que cette croissance atteigne 50 % d’ici la fin de l’année.

L’an dernier, Moneris a prédit que les paiements en espèces ne représenteraient plus qu’un dixième de toutes les transactions au Canada d’ici 2030, et Mme Brown affirme que sa firme ne modifie pas sa prévision. La croissance de popularité des cartes « tapez et payez » et des portefeuilles numériques « cannibalise absolument les transactions en espèces », affirme-t-elle.

Des détaillants commencent à tourner le dos à l’argent liquide

Un restaurant iQ Food en Ontario.
Un restaurant iQ Food en Ontario. © iQ

Dans les 18 prochains mois, Alan Bekerman a l’intention de procéder à une expansion qui verra le nombre d’établissements de sa chaîne torontoise de restaurants iQ Food passer de 5 à 11, et aucun d’eux n’acceptera les paiements en argent comptant.

« Cela nous faisait une chose de moins à organiser, ce qui est un énorme avantage », explique M. Bekerman, qui a mis cette idée à l’épreuve dans ses deux premiers restaurants lors de leur ouverture en février 2016.

Lorsqu’il a ouvert trois autres établissements plus tôt cette année, il a pris la même décision.

M. Bekerman fait partie d’une nouvelle vague de détaillants qui jugent que l’abandon des paiements en argent sonnant accélère le service et libère le personnel, qui peut alors se concentrer sur des tâches moins ennuyeuses.

Des observateurs de l’industrie estiment que ce choix devrait être de plus en plus courant, avec l’avènement des cartes de type « tapez et payez » et des portefeuilles numériques en remplacement des billets et de la monnaie. Ces nouvelles options permettent aux marchands et aux consommateurs de gagner du temps lors du règlement d’un achat.

Plus de la moitié des Canadiens n'utilisent presque plus d'argent liquide. La proportion de transactions avec argent en papier n'est plus maintenant qu'environ 35 % à l'échelle canadienne, alors qu'elle était de plus de 50 % il y a quelques années.
Plus de la moitié des Canadiens n’utilisent presque plus d’argent liquide. La proportion de transactions avec argent en papier n’est plus maintenant qu’environ 35 % à l’échelle canadienne, alors qu’elle était de plus de 50 % il y a quelques années. © IS/iStock

L’autre côté de la médaille

Dans un monde où l’argent est virtuel, les personnes peu fortunées qui n’ont pas le choix de retirer de l’argent chaque fois qu’ils font une transaction pourraient être pénalisées de manière plus importante par les frais bancaires.

Les adolescents sont plus susceptibles d’être incommodés. Certains d’entre eux n’ont pas encore de comptes bancaires et, lorsque leur seule source d’argent est de l’argent de poche obtenu auprès de leurs parents, cela peut représenter un défi.

Découvrez :
L’histoire derrière les premiers guichets automatiques bancaires au Canada 
C’est en 1969 à Toronto que le premier guichet automatique bancaire fait son apparition au pays dans la province de l’Ontario. Et c’est la CIBC (Banque canadienne impériale de commerce) qui installe ce guichet.

Guichet automatiquePhoto Credit: PC / Gene J. Puskar
Guichet automatiquePhoto Credit: PC / Gene J. Puskar

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Stéphane Garneau et Catherine Perrin de Radio-Canada

En complément

Le paiement mobile : une mine d’or pour le commerçant – Radio-Canada 

À quand la fin des billets et de la monnaie? – Radio-Canada 

L’argent à l’ère du numérique – Banque du Canada 

Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Consommation, Économie

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour “La banque qui veut faire disparaître vos billets de banque
  1. Jean Couture dit :

    Il est certain que les banques profiteraient énormément du cashless society. Les fonctions de caissier dans la banque traditionnelle ainsi que les guichets automatiques n’auront plus distribuer le cash donc élimination du personnel voué au controle des réserves de cash de ces guichets ainsi que du contrôle des dépots faits via ces guichets. Tout cela aura un effet très positifs directs sur la réduction de la masse des dépenses salariales pour les banques dont une hausse marquée de profits annuels. Il est aussi à noter que toutes les autres entreprises n’auront plus à manipuler le cash/chèques, fonction qui représente des sommes d’argents importantes en dépenses salariales.

    Il est certain que toutes ces transactions numériques laisseront des traces comptables pour tous les revenus et dépenses d’un individu ainsi que des commerces qui pourraiet éliminer toutes les transactions au _noir_ qui ne laissent pas de traces. Par conséquent le service des impots du gouvernement pourra percevoir leur juste part des impots. Aussi le cashless society pourrait avoir des effets positifs pour les gouvernements au sujet des transferts de fonds vers les paradis fiscaux. Est-ce-que ceci pourra avoir des effets sur la consommation des drogues. Que feront les barons de la drogue pour écouler leurs stocks sur le marché canadien étant donné que l’argent numérique sera roi et maitre.

    Toutes ces nouvelles pratiques (élimination du cash/chèque) auront surement des effets positifs sur la productivité et il est à espérer que ces gains seront distribués aux employés par des augmentations salariales justes et non pas uniquement aux gestionnaires professionnels et aux détenteurs du capital (dividendes). Ce sera OK pour tous et toutes en autant qu’il y ait une justice dans tout cela!!