drapeau-gai

Drapeau gai
Photo Credit: iStock photo

Dépister au Québec les « guérisseurs » de la « maladie » de l’homosexualité

Share

Un organisme de défense des droits des homosexuels lance une offensive afin de débusquer ceux qui prétendent « guérir » l’homosexualité.

L’Alliance Arc-en-ciel à Québec vient d’annoncer le lancement d’une enquête sur ce qu’on nomme les « thérapies réparatrices » ou « de conversion » qui visent les personnes homosexuelles.

« L’objectif est d’explorer ce qui se fait et de savoir ce que les gens ont vécu parce que c’est souvent un traumatisme d’avoir vécu une thérapie de conversion », explique le directeur général de l’Alliance, Louis-Filip Tremblay.

L’organisme note en outre que les pratiques des milieux conservateurs religieux et des sectes ouvertement homophobes face à leurs membres sont très peu documentées.

Se « libérer » de l’homosexualité?

Selon l’Alliance Arc-en-ciel, certains organismes proposent aux personnes LGBT+ de les « libérer », selon leur expression, de leur identité sexuelle.

« Ce sont des gens qui amènent les personnes à remettre en question ce qu’elles sont vraiment plutôt que de les aider à vivre ce qu’elles sont vraiment », explique M. Tremblay.

« Les personnes qui les consultent sont habituellement en détresse; elles ne sont pas à l’aise avec ce qu’elles sont et plutôt que de les aider à s’accepter, [ces gens] vont essayer de leur faire changer leur façon d’être », ajoute-t-il.

Le saviez-vous?
La province de l’Ontario s’est dotée d’une loi en 2015 pour interdire la pratique des thérapies pseudo-scientifiques qui prétendent « guérir » l’homosexualité auprès de personnes mineures.
Le Manitoba et l’Alberta s’apprêtent à en faire autant.
L’objectif à terme serait d’obtenir une législation similaire au Québec et de sensibiliser les professionnels de la santé mentale au passage.

lgation de la loi contre la thérapie dite de conversion ou de réparation
lgation de la loi contre la thérapie dite de conversion ou de réparation © Jeff Chiu

On veut débusquer les faux guérisseurs aussi en Alberta

Récemment, au début de l’été, un autre mouvement de contestation par rapport à l’existence de ces thérapies et thérapeutes est né en Alberta, dans l’ouest du pays.

Le Lethbridge Public Interest Research Group, un groupe de l’Université de Lethbridge, dans le sud de l’Alberta, a lancé une campagne il y a quelques jours pour demander au gouvernement provincial d’interdire ces thérapies qui sont très répandues dans cette région, où la pratique religieuse est étendue.

Selon le groupe d’universitaires, certaines personnes qui pratiquent ces thérapies, remboursées par la province, le font sur des enfants d’à peine 5 ans. Les séquelles peuvent être graves et vont de la dépression au suicide.

Écoutez

Aide-mémoire...
Dans un document présenté l’an dernier lors des consultations du gouvernement du Québec relativement à son plan de lutte contre l’homophobie et la transphobie, l’Alliance Arc-en-ciel soulignait que la pratique existe au Québec, tout en déplorant le manque de connaissances concrètes sur le sujet.
Ainsi, on y rapportait qu’un psychologue œuvrant dans une école secondaire avait été associé à une clinique « qui allègue offrir un traitement de l’homosexualité basé sur des valeurs chrétiennes ».
Dans son mémoire, l’organisme Alliance Arc-en-ciel s’inquiétait également de la découverte, par le chercheur britannique John Daniel, en 2009, qu’un thérapeute britannique sur six avait tenté, par manque de connaissance, d’altérer les sentiments de ses patients vis-à-vis de leurs désirs envers une personne du même sexe.

Alliance Arc-en-ciel Québec

Alliance Arc-en-ciel Québec

RCI avec La Presse canadienne, Wikipédia et la contribution de Camille Martel, Sandra Gagnon et Catherine Perrin de Radio-Canada

En complément

Des Albertains veulent interdire les thérapies de conversion – Radio-Canada 

Le Canada veut mettre fin à la violence fondée sur le sexe – RCI 

États-Unis : des excuses pour des thérapies dédiées aux homosexuels – Radio-Canada 

Share
Mots-clés :
Publié dans : Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Dépister au Québec les « guérisseurs » de la « maladie » de l’homosexualité»
  1. Serge St-Pierre dit :

    Ces pseudo-thérapeutes sont d’une ignorance crasse. On croirait faire un voyage dans le temps de plusieurs décennies. Il faut les dénoncer. Il est nécessaire que le législateur déclare illégal une telle pratique. Il faut aider les personnes au prise avec un déchirement sur leur orientation sexuelle et non la réprimer et la refouler car tôt ou tard elle refera surface occasionnant dans l’intervalle des préjudices pouvant être très graves.