Les données sont marquantes, frappantes. 53% des Québécois de 16 à 65 ans sont considérés comme des analphabètes fonctionnels.
Photo Credit: Fondation pour l’alphabétisation

L’analphabétisme au Québec : le grand défi de société devant la robotisation et les changements technologiques

« On va d’abord réaliser une étude qui portera sur la réalité entre l’employabilité et les problèmes liés à l’alphabétisation. Par la suite, on ira voir des entreprises pour leur faire prendre conscience de ce problème qu’elles vivent tous les jours. Si leurs travailleurs et travailleuses ont de la difficulté à lire et à écrire, ces embûches affectent directement le taux de productivité dans les entreprises. Notre idée, c’est d’agrandir le cercle des gens qui sont conscients de cette réalité. »

André Huberdeau, président, Fondation pour l’alphabétisation

Les données sont marquantes, frappantes. 53% des Québécois de 16 à 65 ans sont considérés comme des analphabètes fonctionnels.

Être analphabète fonctionnel, c’est avoir réussi à mettre en place une façon de faire qui nous permet de fonctionner en société, de compter nos pièces de monnaie et nos billets, de déchiffrer à peine un menu de restaurant, de connaître un circuit d’autobus ou encore de savoir quel produit mettre dans la lessive.

Mais, de lire un texte, même de base, de comprendre le sens des mots, des phrases et de ce qui y est énoncé, alors là, c’est impossible.

André Huberdeau, président, Fondation pour l’alphabétisation

« Au-delà des éléments de base qui permettent à un analphabète fonctionnel de vivre, avec la société qui s’en vient dans les prochaines années, une société du savoir, une société qui va demander aux gens de comprendre rapidement les concepts, d’en déduire des réalités au niveau du travail et de progresser, cela implique non seulement le ministère de l’Éducation, mais aussi le ministère de la Sécurité sociale, celui de l’Employabilité. Donc, cela va au cœur même de la vie économique du Québec. »

Car, à long terme, l’analphabétisme chronique de la société québécoise – sur dix provinces au Canada, le Québec se classe bon dernier – créera assurément des ralentissements du taux de croissance, fera que de nombreux postes ne seront pas pourvus et, aussi créera des citoyens de moins en moins portés vers la participation citoyenne et l’engagement communautaire

Être analphabète fonctionnel, c’est avoir réussi à mettre en place une façon de faire qui nous permet de fonctionner en société. Mais, de lires un texte, même de base, de comprendre le sens des mots, des phrases et de ce qui y est énoncé, c’est impossible. © Fondation pour l’alphabétisation

Partenariat FTQ – Fondation pour l’alphabétisation

La Fondation pour l’alphabétisation s’associe au Fonds de solidarité de la Fédération des travailleurs et travailleurs du Québec créent un partenariat afin d’une part d’évaluer les impacts économiques des problèmes en lecture et, d’autre part, avec les données en main, mettre ensemble les divers acteurs sociétaux afin de dégager des pistes de solution.

André Huberdeau, président de la Fondation pour l’alphabétisation est l’invité au micro de Raymond Desmarteau.

Écoutez

Sachez qu’une personne analphabète…

  • Avoue rarement éprouver des difficultés de lecture et d’écriture. Elle a honte de cette condition et se croit seule dans cette situation.
  • A généralement une faible estime de soi et se sent facilement vulnérable devant toute personne qu’elle considère plus « éduquée » qu’elle. Elle peut adopter une attitude de soumission ou agressive face à une situation qu’elle ne comprend pas bien.
  • A appris à utiliser quantité d’astuces pour masquer ses difficultés.
  • Éprouve souvent des difficultés de prononciation puisqu’elle n’a pas les connaissances requises pour discerner les syllabes que comporte un mot; elle prononcera donc souvent un mot comme elle l’entend.
  • Manque souvent du vocabulaire requis pour nuancer sa pensée.
  • Éprouve souvent des difficultés quant à la perception du temps et de l’espace.
Mots-clés : , , ,
Publié dans : Économie, Éducation

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «L’analphabétisme au Québec : le grand défi de société devant la robotisation et les changements technologiques»
  1. Manik Longpré dit :

    Bonjour,
    c’est au sujet de l’alphabétisation, allez sur le site de Bell et clavardez avec un employé s’en est ridicule comment ils écrivent comme ils parlent.