Rohingyas au Myanmar : le chef des droits de l’homme de l’ONU dénonce un « nettoyage ethnique »
Photo Credit: http://www.un.org/f

Drame des Rohingyas : du nettoyage ethnique selon l’ONU et une action humanitaire d’une résidente permanente au Canada

La violence et les injustices dont est victime la minorité rohingya au Myanmar sont un « scénario classique de nettoyage ethnique », a dénoncé lundi le chef onusien des droits de la personne.

Prenant la parole lors de l’ouverture d’une session du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, le prince jordanien Zeid Ra’ad al-Hussein a prévenu qu’une « autre opération brutale de sécurité se déroule dans l’État de Rakhine, mais cette fois, elle semble de beaucoup plus grande envergure ».

Le prince jordanien Zeid Ra’ad al-Hussein http://www.un.org/

Il a rappelé que 313 000 personnes ont fui le Myanmar vers le Bangladesh voisin au cours des trois dernières semaines, selon l’agence onusienne des réfugiés.

Il a demandé au gouvernement birman de cesser de prétendre que les Rohingyas sont responsables de l’incendie et de la destruction de leur propre village. Il a qualifié ces propos de « déni complet de la réalité » qui nuit à la réputation du Myanmar, un pays qui jouissait d’une « immense bonne volonté » après avoir cédé le pouvoir politique aux civils.

Au-delà de la frontière, au Bangladesh, l’État a offert un secteur de huit kilomètres carrés près du camp de réfugiés de Kutupalong pour installer des abris temporaires à l’intention des nouveaux venus rohingyas. Les camps existants sont complètement submergés et les réfugiés sont hébergés dans des écoles, quand ils ne dorment pas à la belle étoile. On rapporte des pénuries de tous les biens de base, y compris l’eau potable, la nourriture et les médicaments.

Après avoir fui les violences au Myanmar en octobre 2016, des réfugiés rohingyas ont trouvé refuge dans des sites improvisés surpeuplés à Cox’s Bazar, au Bangladesh. Photo: HCR / Saiful Huq Omi

Pendant ce temps au Canada

Farzana Islam et une photo d’enfants rohingyas dans un camp de réfugiés. (Aya Al-Hakim/CBC)

Une étudiante de 26 ans de Halifax en Nouvelle-Écosse tente d’amasser de l’argent pour ces réfugiés rohingyas au Bangladesh.

Farzana Islam est résidente permanente au Canada. Elle est venue de son Bangladesh natal il y a deux ans afin de poursuivre des études en technologies de l’information et développement web au Nova Scotia Community College.

Elle a déjà mené une campagne d’aide pour les gens de son pays aux prises avec les inondations causées par la mousson. Aujourd’hui, c’est le sort des réfugiés rohingyas qui l’interpelle.

Elle avoue puiser son inspiration auprès de sa sœur et de son beau-frère au Bangladesh qui ont été parmi les premiers répondants à leur venir en aide.

$400 amassés

Devant l’ampleur et l’urgence des besoins, ce bien faible montant semble insignifiant, elle le reconnaît. Qu’à cela ne tienne, elle espère que le bouche-à-oreille fasse son travail et dirige les dons vers sa page Facebook.

« I’m hoping to collect as much as I can. Every dollar counts. »

(Trad. : J’espère en amasser autant que possible. Chaque dollar compte.)

Farzana Islam

Pour en savoir plus :

La persécution des Rohingyas, minorité apatride d’Asie

Aung San Suu Kyi qualifie de « désinformation » la couverture médiatique du sort de Rohingyas

Rohingyas : des nobélistes avaient déjà confronté Aung San Suu Kyi

Plus de 123 00 Rohingyas réfugiés au Bangladesh

S’intégrer à Québec: le cas de Rohingyas

RCI, CBC, CP, Centre d’actualités de l’ONU

Publié dans :

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*