Les touristes se trouvent sur une plage, jonchés de palmiers, un jour après que l’ouragan Irma a passé au dessus de station balnéaire à Varadero à Cuba, le dimanche 10 septembre 2017. (AP Photo / Desmond Boylan)

Les touristes se trouvent sur une plage, jonchés de palmiers, un jour après que l’ouragan Irma a passé au dessus de station balnéaire à Varadero à Cuba, le dimanche 10 septembre 2017. (AP Photo / Desmond Boylan)

Irma donne des maux de tête à nos agences de voyages et à nos futurs vacanciers

Les agences qui vendent les forfaits de voyagistes ne peuvent pas encore dire à leurs clients canadiens ce qui arrivera à ceux dont le départ est prévu au cours des prochaines semaines dans les Antilles.

La Havane, 10 septembre 2017.AP
La Havane, 10 septembre 2017.AP

Accompagné de puissants vents, l’ouragan Irma a ravagé des endroits comme Saint-Martin, Saint-Barthélemy, Barbuda ainsi qu’Anguilla en plus de déferler sur certains endroits prisés par les touristes à Cuba, dont Cayo Coco et Cayo Santa Maria.

« Le volume d’appels est beaucoup plus important, explique Annie Prémont, propriétaire de Club Voyages Prémont, qui exploite quatre points de vente au Québec. Nous recevons l’information au compte-gouttes. Les voyagistes gèrent les cas urgents. »

« Notre problème, c’est que nous sommes tributaires des informations des voyagistes, qui eux, attendent des informations des hôteliers sur place, affirme le vice-président de l’exploitation à Voyages Bergeron, Fabrice Bozon. À Cuba, c’est un peu chaotique. »

Ce dernier affirme que le volume d’appels est multiplié par 10 en raison de cette situation exceptionnelle.

Le son de cloche est similaire du côté de Voyages Collection Monde, situé à Sainte-Marthe-sur-le-Lac au Québec, où sa propriétaire, Judith Bélisle, tente de gérer un véritable « casse-tête » sur le plan de la logistique. Elle dit être sans réponse devant les interrogations de clients ayant réservé, par exemple, à Cayo Santa Maria pendant le temps des Fêtes, et qui craignent que l’hôtel dans lequel ils doivent séjourner ait été endommagé ou détruit.

« Même pour nos clients qui doivent partir en octobre, les voyagistes ne nous répondent pas pour le moment », explique Mme Bélisle.

Il y a-t-il une assurance pour ça?

Lorsqu’un voyagiste détermine qu’un complexe hôtelier est en état d’accueillir des voyageurs, ces derniers ne peuvent pas changer leur itinéraire ni tenter de récupérer leur argent, à moins de détenir une assurance permettant d’annuler un séjour à tout moment.

Du côté de Club Voyages Prémont, environ 30 % de la clientèle opte pour cette protection, qui peut coûter de 200 $ à 300 $ par personne.

« C’est une assurance plus dispendieuse comparativement à un produit qui dépend de clauses médicales ou de décrets gouvernementaux, souligne Mme Prémont. Pendant la saison des ouragans, les prix sont moins élevés, mais ils reflètent ce risque. »

Par sa politique sur les ouragans, Transat A.T. propose entre autres aux voyageurs qui devaient s'envoler vers Fort Lauderdale en Floride ou Varadero, Cayo Coco, Santa Clara et Holguin à Cuba de retarder leur séjour ou d'en modifier la destination.
Par sa politique sur les ouragans, Transat A.T. propose entre autres aux voyageurs qui devaient s’envoler vers Fort Lauderdale en Floride ou Varadero, Cayo Coco, Santa Clara et Holguin à Cuba de retarder leur séjour ou d’en modifier la destination. © Reuters/Swoan Parker

Beaucoup de causes en litiges en perspective?

À l’Office de la protection du consommateur du Québec, on ne s’attend pas, pour le moment, à ce que la situation entourant Irma soit à l’origine d’une multitude de litiges entre consommateurs et voyagistes.

« Il va certainement y avoir des cas pas tout à fait clairs où la possibilité de voyager ou de ne pas voyager ne sera pas perçue de la même façon que l’on soit le client ou le fournisseur », dit son porte-parole, Charles Tanguay.

Advenant que des consommateurs s’estiment lésés au terme de leur séjour, c’est à eux que revient la tâche de prouver que la destination n’était « pas conforme » à ce que l’on faisait miroiter lors de la vente du voyage.

« Il faut documenter que le voyage ne valait pas la somme déboursée », fait valoir M. Tanguay.

Devant l'hôtel Mercure de Marigot, à Saint-Martin, l'ouragan Irma a arraché les palmiers, mercredi 6 septembre 2017. (LIONEL CHAMOISEAU / AFP)

Devant l’hôtel Mercure de Marigot, à Saint-Martin, l’ouragan Irma a arraché les palmiers, le mercredi 6 septembre 2017. (LIONEL CHAMOISEAU / AFP)

RCI avec La Presse canadienne

En complément

Après Irma : Au moins 350 Canadiens et Québécois appellent à l’aide pour être rapatriés – RCI 

Comment se forme un ouragan comme Irma : les explications d’Ève Christian – RCI 

Irma : Les compagnies aériennes évacuent des canadiens de la République dominicaine – RCI 

Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Consommation, International

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*