Test pour évaluer la concentration de radon dans l’air

Test pour évaluer la concentration de radon dans l’air (archives)

Quel est votre risque d’être empoisonné par le radon dans votre propre maison?

Share

Le mois de novembre est consacré à la sensibilisation au radon au Canada. C’est l’occasion pour divers acteurs gouvernementaux, médicaux, des ONG et autres travailleurs de la construction de sensibiliser la population sur les dangers de ce gaz qui peut avoir des effets nocifs sur la santé.

Des risques de cancer du poumon à des niveaux plus faibles qu’on ne l’imaginait

Santé Canada a récemment revu ses directives en ce qui concerne le niveau de concentration de radon dans l’air susceptible de nuire à la santé.

Le gaz radioactif qui n’a ni saveur, ni couleur, ni odeur peut présenter des risques énormes lorsqu’il se retrouve même en faible concentration dans une maison.

La ligne directrice du gouvernement du Canada sur le radon dans l’air intérieur est récemment passée de 800 à 200 becquerels par mètre cube (Bq/m3) pour les habitations. Un becquerel est égal à une désintégration par seconde.

Le radon à l’assaut de nos maisons à travers différentes fissures

Comprendre comment les maisons se retrouvent contaminées et présentent un danger pour la santé

Les fissures dans les fondations, les joints de construction et différentes ouvertures autour de certaines canalisations peuvent représenter des points d’entrée du radon mélangé à de l’air frais dans une maison. À ce stade, le gaz n’est pas susceptible de provoquer quelque inquiétude que ce soit.

Une fois qu’il s’infiltre dans l’espace clos d’une maison, il peut devenir très dangereux pour l’humain dans la mesure où il peut s’accumuler à des niveaux de concentration très élevés, ce qui présente un réel danger pour la santé.

La pression atmosphérique dans une maison est généralement inférieure à celle entourant les fondations.

Les spécialistes soutiennent que cette situation est favorable à une différence de pression qui a pour effet d’aspirer l’air et d’autres gaz souterrains, dont le radon, dans la maison.

Cet air de mauvaise qualité peut se loger jusque dans nos poumons et nous rendre malades. Il affecte sérieusement les bronches, les cellules des muqueuses et les tissus pulmonaires, ce qui nous expose au risque de développer un cancer du poumon.

Le risque d’une personne de développer un cancer du poumon provoqué par le radon dépend essentiellement de trois facteurs : la concentration de radon, la durée de l’exposition et ses habitudes de consommation de tabac. Le tabagisme ou l’exposition au radon

Risque de cancer du poumon. Fumeurs + concentration élevée de radon = 1 sur 3; Concentration élevée de radon seulement = 1 sur 20 Fumeurspeut accroître le risque de cancer du poumon. Toutefois, une exposition aux deux augmente considérablement ce risque.(C) Santé Canada

Réaliser des tests dans les maisons

Il est important pour chaque propriétaire de logement d’effectuer régulièrement des tests dans sa maison pour s’assurer que le niveau de concentration en radon ne présente pas de danger pour la santé.

Chaque maison peut être envahie par ce gaz qui résulte de la désintégration de l’uranium présent dans le sol et les roches.

C’est pourquoi, à l’occasion de la semaine de sensibilisation, le Réseau Occupe-toi du radon, en partenariat avec l’Association pulmonaire de l’Ontario, encourage les Canadiens à déterminer du niveau de concentration de la substance dans leur habitation.

Mois de la sensibilitation au radon

L’exposition à long terme au radon est associée à environ 16 % des décès causés par le cancer du poumon au Canada, et il est facile de mesurer le radon et d’en réduire la concentration au besoin. 

Le Réseau annonce le lancement d’un concours de réduction du radon, et invite le public à venir mardi au Complexe CNRC du Centre d’information du Centre canadien des technologies résidentielles écouter le témoignage d’un homme dont la femme est décédée à la suite d’une exposition prolongée au radon dans leur maison.

Source : Association pulmonaire de l’Ontario, Réseau Occupe-toi du radon (OTDR) et Santé Canada

Lire en complément
Une maison sur huit dans la région de Calgary a un problème de radon selon une nouvelle étude de l’Université de Calgary. Ce gaz radioactif peut-être très dangereux pour la santé. Les chercheurs ont testé 2385 maisons en ville et dans un rayon de 100 km autour de la métropole. Ils ont découvert que 12,4 % d’entre elles ont un taux de radon supérieur à la limite recommandée par Santé Canada. Le professeur Aaron Goodarzi de la faculté de médecine de l’Université de Calgary affirme que des maisons qui dépassaient non seulement les 200 becquerels par mètre cube, mais qui étaient au-dessus de 1000, ont été recensées dans cette région. Les données colligées par l’équipe de recherche démontrent également que les nouvelles maisons sont 31 % plus susceptibles d’avoir ce gaz, car elles ont une superficie au sol plus grande et qu’elles sont plus hautes que par le passé. Le professeur Goodarzi souligne que quand on chauffe l’air, ces maisons plus grandes deviennent simplement des appareils d’aspiration plus puissants des gaz.  Il relève également que les nouvelles constructions sont plus hermétiques qu’auparavant, ce qui peut augmenter la concentration de radon.
Share
Mots-clés : , , , , , , , , ,
Publié dans : Environnement, Santé

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*