Les quartiers comme le Marché Kensington de Toronto ont aidé à former notre pays en offrant aux nouveaux immigrants un premier endroit où arriver au Canada. Dans la première Minute du patrimoine animée, de nouveaux arrivants transforment un magasin alors que celui-ci traverse le temps, de génération en génération, de culture en culture.

Les quartiers comme le Marché Kensington de Toronto ont aidé à former notre pays en offrant aux nouveaux immigrants un premier endroit où arriver au Canada. Dans la première Minute du patrimoine animée, de nouveaux arrivants transforment un magasin alors que celui-ci traverse le temps, de génération en génération, de culture en culture.
Photo Credit: Groupe CNW/Historica Canada

Hommage en animation à Kensington Market, lieu d’accueil des immigrants par excellence

La toute première Minute du patrimoine animée de Historica Canada est un hommage à un magasin emblématique du Marché Kensington de Toronto, le commerce de volaille cacher du marché.

Il est à noter que le marché n’est qu’une petite partie du quartier, qui porte le même nom, et qu’au fil du temps il a été transformé par de nouvelles générations d’autres cultures. De plus, en novembre 2006, Kensington Market a été nommé lieu historique national du Canada. Cette nouvelle Minute du patrimoine souligne le rôle du Marché Kensington et des communautés similaires à travers le pays, qui fournissent aux nouveaux arrivants une première entreprise, et une première maison, au Canada. Cette histoire d’immigration est la 88e vignette de la collection des Minutes du patrimoine.

« Chaque vague de nouveaux arrivants a formé le Marché Kensington de la même façon que les immigrants continuent aujourd’hui à transformer le Canada. Cette minute rend hommage à ces contributions dans l’un de nos formats les plus uniques à présent. » Anthony Wilson-Smith, président et chef de la direction de Historica Canada. «
Marché Kensington dans l’Histoire 

Ce sont les premières vagues d’immigration juive venant d’Europe qui ont mis en place d’importantes transformations de ce quartier originalement résidentiel au cours du XXe siècle. Les Juifs ont en effet changé l’affectation des maisons victoriennes en magasins. Parmi ces immigrants se trouvait Chaskel Goldlist, qui a ouvert un magasin de volaille cacher dans le marché. Son petit-fils, Michael Goldlist, a écrit le scénario de cette Minute qui dépeint l’évolution du magasin au cours de cinq décennies.

L’entreprise de poulets vivants de Morris Zamonsky sur l'avenue Kensington, à Toronto, en 1922. Dans les années 1920, les étals devant les maisons prennent la relève des charrettes. Des poulets vivants sont vendus dans le marché Kensington jusqu’en 1982. Photo : ©  John Boyd, avec la permission de Bibliothèques et Archives Canada

Au début des années 1900, le marché juif était un microvillage qui offrait tous les services de base de la communauté juive qui y vivait. En yiddish, pareil marché est dénommé shtetl. Les vendeurs y proposaient des poulets, des canards et des poissons vivants, des cornichons et des harengs saumurés, ainsi que du fromage cacher fait maison. Il s’agissait alors d’un lieu de rassemblement communautaire sécuritaire, bien que des bandes antisémites pénétraient parfois les frontières de ce quartier dynamique.

À l’époque, un emploi dans un lieu de travail non juif implique de travailler le samedi. Occuper un tel emploi est donc impossible pour les juifs orthodoxes pratiquants de Toronto, le samedi étant le sabbat, ou jour de repos. En établissant le marché Kensington, ils tentent de gagner leur vie et de maintenir leur autonomie, et ce, sans compromettre leur foi. Le quartier sert non seulement les immigrants juifs, mais également les communautés italienne, ukrainienne, noire et hongroise. La discrimination envers ces groupes est alors répandue hors du milieu accueillant et tolérant de Kensington.

King of Kensington

En 1974, la Canadian Broadcasting Corporation (CBC), le pendant anglais de Radio-Canada, présentait une nouvelle émission de télévision directement dans le marché Kensington intitulée King of Kensington. C’était alors la première fois que le diffuseur public donnait une place d’importance au caractère pluriculturel et multiethnique du Canada. L’émission était très populaire et attirait de 1,5 à 1,8 million de téléspectateurs chaque semaine jusqu’à sa quatrième saison. Elle a été diffusée jusqu’en 1980.

Informations sur la Minute du patrimoine  

Elle a été produite par Historica Canada et Global Mechanic Inc., une entreprise établie à Vancouver. Les Minutes du patrimoine ont le soutien financier du ministère du Patrimoine Canada.

Les Minutes du patrimoine sont une collection de plus de 85 courts métrages bilingues, dépeignant chacun une personne, un événement ou un récit important de l’histoire canadienne. Les Minutes ont été créées par la Fondation CRB en 1991 et relancées par Historica Canada en 2012.

Historica Canada offre des programmes que vous pouvez utiliser afin d’explorer, d’apprendre et de réfléchir à notre histoire et à ce que signifie le fait d’« être Canadien ».

Radio Canada International avec Historica Canada
Mots-clés : , , ,
Publié dans : Immigration et Réfugiés

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*