Une vue aérienne d’un quartier divisé en superblocs de la ville de Barcelone, en Espagne   Photo : iStock

Une vue aérienne d’un quartier divisé en superblocs de la ville de Barcelone, en Espagne Photo : iStock

L’urbanisme canadien : des ruelles vertes aux super-blocs sans rue

À quoi pourrait donc ressembler, dans 50 ans, Montréal, Toronto ou Vancouver, si les citoyens de ces trois plus grandes villes canadiennes pouvaient décider librement et collectivement de leur urbanisme et si certains urbanistes pouvaient les guider?

Une ruelle verte de Montréal
Une ruelle verte de Montréal © Radio-Canada/Dominic Brassard

La première conséquence serait assurément la disparition des ruelles grises et des places de stationnement, car la collectivité voudrait remplacer la couleur grise par le vert. La révolution verte effectue déjà des bonds remarquables depuis cinq ans.

Si Vancouver semble en avance de mille lieux, Montréal multiplie les projets de ruelles vertes. Les ruelles grises seraient même une espèce en voie de disparition. Cinquante ont mordu la poussière uniquement cette année.

À Montréal, depuis 1997, 346 ruelles vertes ont été aménagées. En fait, ce mouvement de réappropriation des ruelles et des trottoirs pour le mieux-être des piétons envahit maintenant les espaces publics abandonnés, que l’on verdit aussi.

Mais les citoyens qui ont le pouce vert n’en seraient qu’aux premières années de leur élan révolutionnaire. Les super-blocs sans rue nous attendraient peut-être, en définitive.

Écoutez

Les super-blocs pour redonner la priorité aux piétons et faire obstruction aux autos

Un nouveau modèle d’urbanisme mis à l’essai à Barcelone ces dernières années pourrait constituer l’espace urbain canadien de demain.

Ce plan de mobilité urbaine proposé par les autorités de la capitale catalane en 2014 est doté à sa base de super-blocs érigés en série et composés chacun de neuf pâtés de maisons traditionnels.

Ce plan de mobilité urbaine proposé par les autorités de la capitale catalane en 2014 est doté à sa base de super-blocs érigés en série et composés chacun de neuf pâtés de maisons traditionnels.

Que diriez-vous si l’on divisait votre quartier, comme dans un jeu de Sim City, en grandes sections repliées sur elles-mêmes, où seuls les véhicules des résidents de ces mini-quartiers ou super-blocs auraient le droit de circuler.

En fait les résidents de ces super-blocs pourraient très bien se passer d’autos, car ils ne seraient jamais qu’à plus de 300 mètres d’un arrêt d’autobus où l’on pourrait les cueillir toutes les 5 minutes.

À l’intérieur d’un super-bloc résidentiel, tous les véhicules n’appartenant pas à un résident, y compris les autobus et les camions, seraient détournés vers des voies périphériques plus larges entourant le super-bloc. C’est le concept du cul-de-sac « sur stéroïdes ».

Même les commerces locaux prisonniers de ces super-blocs devraient apprendre à se plier à la nouvelle puissance citoyenne. La vitesse des véhicules de livraison serait ainsi réduite à 10 km/h, et l’heure et le passage des camions seraient limités à l’heure du midi, par exemple.

Ici aussi, fini les places de stationnement à l’infini. Les super-blocs les avalent, comme dans un jeu de vidéo Pac Mac, laissant à l’arrière des terrains de jeux, des pistes cyclables, des parcs ou des aménagements paysagers.

Les super-blocs de Barcelone - AP

Les super-blocs de Barcelone – AP

RCI avec la contribution de Jean-René Dufort, Dominic Brassard, Isabelle Craig, Louis-Philippe Ouimet, Catherine Perrin et Patrick Masbourian de Radio-Canada

En complément

La ville moderne, où tout doit être accessible à tous – Radio-Canada

Urbanisme tactique : quand les citoyens dynamisent la ville – Radio-Canada

Montréal doit redevenir la ville des grands projets, croit Nicolas Duvernois – Radio-Canada

Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Environnement, International, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*