Migrations d’avant et migrations d’aujourd’hui – différences et similitudes

Share

Spécialiste des identités et des mouvements migratoires francophones, le professeur Yves Frenette de l’Université de Saint-Boniface à Winnipeg croit que les migrations de nos jours sont similaires à toutes celles du passé. Il y a certes des différences notables comme la religion et la culture. Mais de façon générale, les migrations, peu importe quand et peu importe où, répondent à des déclencheurs communs : la recherche d’un meilleur avenir et de la tranquillité. 

Dans le but d’offrir un peu de perspective sur les migrations, une fois par semaine depuis le mois de septembre dernier, Yves Frenette donne une série de conférences sur les migrations francophones dans les Amériques dès le 17e siècle à aujourd’hui dans le Musée canadien pour les droits de la personne au Manitoba.

Nous avons eu l’occasion de parler à M. Frenette ce mercredi et on lui a demandé quel était son objectif lorsqu’il a pensé à ces conférences. Il explique dans cet extrait que l’histoire nous rappelle que tout Canadien qui se considère « de souche » a un ancêtre qui, lui aussi, était un immigrant. Yves Frenette pense que ses conférences mettent les choses en perspective :

Comme entendu dans l’extrait précédent, on peut reconnaître des similarités parmi les diverses vagues d’immigration francophones dans le continent américain. Mais quelles seraient donc les différences les plus évidentes entre les mouvements de migrants qui arrivent aujourd’hui et celles des Franco-Canadiens partis aux États-Unis ou ailleurs? Yves Frenette :

La série des conférences prononcée par M. Frenette a abordé les migrations francophones depuis la Nouvelle-France, en passant par la migration des francophones aux États-Unis et au Brésil, pour finalement arriver à celles qui viennent aujourd’hui d’Afrique, d’Asie ou des Antilles.

En ayant fait un aussi vaste tour sur la question, qu’est-ce qu’on peut retenir de la série? Selon Yves Frenette, ce qui ressort particulièrement en observant les mouvements migratoires francophones touchant le Canada, il devient évident que lorsqu’on est francophone nord-américain on a trois options d’identité : soit que l’on est immigrant soi-même, que l’on est fils ou fille d’immigrant ou encore, que nos ancêtres étaient des immigrants :

Yves Frenette
 Yves Frenette est professeur et titulaire de la Chaire de recherche du Canada de niveau 1 sur les migrations, les transferts et les communautés francophones à l’Université de Saint-Boniface. Originaire de la région de Québec, il a fait des études en histoire à l’Université Carleton et à l’Université Laval. Ancien directeur du Centre de recherche en civilisation canadienne-française et de l’Institut d’études canadiennes, à l’Université d’Ottawa, Frenette est également professeur associé aux départements d’histoire de l’Université York et de l’Université Laval. Au cours de sa carrière, il a également enseigné à la University of Maine at Orono, Bates College, le Collège universitaire Glendon, l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’École nationale des chartes. À l’automne 2013, il a été titulaire de la Chaire d’études sur le Canada PRES Limousin-Poitou-Charentes. Spécialiste des francophonies nord-américaines et de l’histoire de l’immigration et des groupes ethniques, il a fait paraître deux livres (Histoire de la Gaspésie, 1981, 2e édition 1999; Brève histoire des Canadiens français, 1998) et plus de 100 chapitres et articles scientifiques. En outre, il a dirigé ou codirigé 15 ouvrages collectifs. M. Frenette a aussi réalisé le site web Francophonies canadiennes: identités culturelles (http://sites.ustboniface.ca/francoidentitaire/), qui a reçu plusieurs prix. Pour entendre l’entièreté de l’entrevue du professeur Frenette avec Paloma Martinez c’est ci-dessous : Écoutez
Share
Publié dans : Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*