Photo Credit: GI / AJ_Watt

Internet à deux vitesses et discriminatoire

Share

De nombreux internautes et des géants d’Internet, dont Google, Facebook et Amazon, et le créateur du web, Tim Berners-Lee, ont exprimé leur colère face à l’intention de l’administration Trump d’abolir la « neutralité du Net » qui garantit une circulation libre et sans discrimination du contenu.

Ajit Pai, le patron de la FCC (Federal Communication Community, l’autorité de régulation des communications et des médias qui est l’équivalent du CRTC) a annoncé qu’il présentera aux membres de ce comité, le 14 décembre prochain, une directive qui abolira la neutralité du web, ce qui a soulevé un tollé auprès des internautes, des politiciens, des défenseurs des droits de consommateurs et des organismes de défense des libertés individuelles, ainsi qu’à Silicon Valley.

Qu’est-ce que la neutralité du Net?

C’est un droit historique inhérent à la naissance d’Internet qui empêche toute discrimination quant à la source et à la destination du contenu qui y circule. Chaque internaute a ainsi droit au même accès au contenu.

Conséquences de la disparition de la neutralité du Net

Les fournisseurs du service Internet (FSI) pourront ainsi, à titre d’exemple, facturer aux internautes des extras sur du contenu jugé gourmand en bande passante, comme le visionnement des séries en continu sur Netflix et les vidéos sur YouTube.

Les FSI peuvent également filtrer ou orienter le contenu qu’ils veulent promouvoir sur le web pour des raisons idéologiques, commerciales ou partisanes : par exemple, du contenu de la droite politique peut être gratuit, tandis que l’accès à des opinions du spectre politique opposé peut être payant, et vice versa.

Dans ces conditions, les producteurs et éditeurs de contenu doivent négocier avec les fournisseurs de services Internet des « bouquets de contenu » (comparables à certains égards aux bouquets de chaînes de télévision). Les internautes se trouveraient ainsi devant un web cloisonné et pas ouvert, « un Internet à deux vitesses », comme l’a qualifié Tim Lee. Les internautes devraient ainsi continuellement payer pour un bien considéré comme public et libre d’accès. Ces principes seraient graduellement et sérieusement remis en question par des pouvoirs politiques et des intérêts corporatistes.

« C’est un cadeau pour les géants des télécoms, ces compagnies les plus détestées par les consommateurs, qui, avec cette mesure, peuvent discriminer, bloquer, facturer le contenu qu’ils veulent, au grand dam du consommateur », a commenté le porte-parole de l’association de protection des consommateurs américains.

Ajit Pai, qui est un républicain nommé par le président Trump, justifie cette déréglementation par une vision libertaire de l’Internet où l’État ne devrait pas intervenir. Les télécoms pourront ainsi, selon Pai, investir dans la modernisation des réseaux. Un argument réfuté par plusieurs analystes qui croient que les télécoms font assez de profits avec les abonnements Internet qui leur permettent d’absorber le coût de ces investissements.

Rappelons que Pai, qui défend farouchement ce projet, est un ancien employé du service politique du géant des télécoms Verizon. Il est épaulé dans cette initiative par des membres du FCC, nommés dernièrement par Trump et qui étaient membres de l’Americain Entreprises, un groupe de réflexion pro-entreprises qui milite pour la déréglementation de l’Internet. D’où la crainte des internautes américains qui estiment que cette directive annoncée en pleine préparation pour l’Action de grâces aura de fortes chances d’être adoptée le 14 décembre prochain.

Photo: Chip Somodevilla/Getty Images

Neutralité du Net : quel impact sur les Canadiens et sur les autres internautes non américains?

Le gouvernement du Canada continuera à respecter son engagement pour la neutralité du Net, a assuré le ministre canadien de l’Innovation.

En dépit de ces assurances, les internautes canadiens et non américains peuvent être touchés par la disparition de la neutralité du Net et auront les mêmes contraintes énumérées ci-dessus pour le contenu produit ou édité aux États-Unis.

En Europe, la neutralité du Net est protégée, jusqu’à nouvel ordre, par une loi. Cette situation est jugée vulnérable par les défenseurs d’un « Internet ouvert et à accès égal », car elle sera à la merci des choix politiques.

Certains experts en droits des consommateurs croient que pour pérenniser la neutralité du Net, il faut qu’elle soit un droit constitutionnel.

Écoutez

Zoubeir Jazi
column-banner-zoubeir

Share
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans : Internet et technologies, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*