Le Canadien Joshua Boyle avait été relâché en octobre dernier après avoir été retenu en otage pendant plusieurs années en Afghanistan avec sa femme et leurs enfants nés en captivité.

Le Canadien Joshua Boyle avait été relâché en octobre dernier après avoir été retenu en otage pendant plusieurs années en Afghanistan avec sa femme et leurs enfants nés en captivité.
Photo Credit: PHOTO MARK BLINCH, ARCHIVES REUTERS

Multiples accusations notamment d’agressions sexuelles contre l’ex-otage canadien en Afghanistan Joshua Boyle

Share

La nouvelle de sa libération avait fait le tour du monde : Joshua Boyle qui avait été relâché en octobre dernier après avoir été retenu en otage pendant plusieurs années en Afghanistan avec sa famille a été arrêté et fait face à une dizaine de chefs d’accusation.

La nouvelle, confirmée par son avocat à Ottawa, a l’effet d’une bombe, car un grand nombre de Canadiens avaient été émus par les épreuves traversées par Joshua Boyle, sa femme et ses trois enfants tous détenus pendant cinq années par le réseau Haqqani, un groupe islamiste armé indépendant. Ce réseau opère en Afghanistan essentiellement contre les forces internationales et les autorités afghanes. Le groupe est aussi présent dans les régions tribales du Pakistan.

Boyle avait expliqué en octobre dernier à son retour au Canada que. durant cette captivité, les membres du réseau Haqqani avaient tué leur petite fille et violé sa femme. Au cours de ses cinq années de captivité, la famille avait été relocalisée en 23 endroits différents, tous à moins de 50 kilomètres de la frontière entre l’Afghanistan et le Pakistan.

Joshua Boyle fait face à 15 accusations criminelles. Il reste en détention et devrait comparaître devant le tribunal par liaison vidéo mercredi matin. (CBC)
Joshua Boyle fait face à 15 accusations criminelles. Il reste en détention et devrait comparaître devant le tribunal par liaison vidéo mercredi matin. (CBC)

L’accusé doit se présenter en cour à Ottawa mercredi

Joshua Boyle et sa famille ont rencontré le premier ministre Justin Trudeau le 19 décembre. (@ Boylesvsworld / Twitter)
Joshua Boyle et sa famille ont rencontré le premier ministre Justin Trudeau le 19 décembre. (@ Boylesvsworld / Twitter)

Les dossiers de la cour montrent que Boyle, âgé de 34 ans, fait face à 15 chefs d’accusation et qu’il a comparu devant le palais de justice d’Ottawa le jour du Nouvel An. Il reste en détention et devrait comparaître devant le tribunal par liaison vidéo mercredi matin.

«Il n’a jamais eu de problèmes dans le passé, commentait son avocat Me Granger en entrevue avec La Presse canadienne.

«Aucune preuve n’a été fournie pour le moment, ce qui est normal à cette étape des procédures. On attend de recevoir la preuve pour le défendre contre ces accusations.»

Une ordonnance de non-publication empêche de diffuser toute information permettant d’identifier les victimes ou les témoins impliqués dans le dossier. Il est aussi interdit de publier les détails des procédures de remise en liberté sous caution.

Il est allégué que les infractions se sont produites à Ottawa entre le 14 octobre et le 30 décembre. Les dossiers de la cour montrent qu’il y a deux victimes présumées, mais leur identité fait l’objet d’une interdiction de publication et ne peut être signalée.

Réactions du Bureau du premier ministre

Le Bureau du premier ministre a aussi indiqué qu’il n’y aurait pas de commentaire pendant la durée de l’enquête.

Des photographies d’un compte Twitter sous le nom de «The Boyle Family» montrent le couple rencontrant le premier ministre Justin Trudeau en décembre.

Joshua Boyle et sa famille ont rencontré le premier ministre Justin Trudeau le 19 décembre. (@ Boylesvsworld / Twitter)
Joshua Boyle et sa famille ont rencontré le premier ministre Justin Trudeau le 19 décembre. (@ Boylesvsworld / Twitter)

RCI avec La Presse canadienne, Radio-Canada et des fichiers de Matthew Kupfer et Katie Simpson de CBC

En complément

L’ex-otage canadien et sa famille s’installeront au Canada et non aux États-Unis – RCI 

L’ex-otage Joshua Boyle arrêté et accusé d’agression sexuelle et de séquestration – Radio-Canada 

Joshua Boyle, former Canadian hostage, faces 15 criminal charges CBC

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*