A still image from a video posted by the Taliban on social media on December 19, 2016 shows American Caitlan Coleman (L) speaking next to her Canadian husband Joshua Boyle and their two sons.

Le Canadien Joshua Boyle, sa femme américaine Caitlan Coleman et leurs enfants ont été libérés mercredi par les forces pakistanaises.
Photo Credit: Image YouTube

L’ex-otage canadien et sa famille s’installeront au Canada et non aux États-Unis

Share

Le Canadien Joshua Boyle, sa femme américaine Caitlan Coleman et leurs trois enfants qui ont passé cinq années entre les mains d’un groupe lié aux talibans ont quitté le Pakistan vendredi. Ils s’installeront au Canada, selon la famille de M. Boyle.

Joshua Boyle, Caitlan Coleman et leurs enfants ont quitté Islamabad, en direction de Londres. Le couple avait été kidnappé il y a cinq ans, lors d’un voyage en Afghanistan, et a eu trois enfants pendant sa captivité. Mme Coleman était déjà enceinte au moment de leur enlèvement.

Joshua Boyle et sa famille étaient détenus par le réseau Haqqani, un groupe islamiste armé indépendant. Il opère en Afghanistan essentiellement contre les forces internationales et les autorités afghanes. Le groupe est aussi présent dans les régions tribales du Pakistan.

Une opération des forces pakistanaises

C’est d’ailleurs au Pakistan que M. Boyle et sa famille ont été libérés lors d’une opération menée par l’armée nationale. Une opération aussitôt saluée par le président américain Donald Trump comme une nouvelle marque de « respect » adressée aux États-Unis par le Pakistan.

Selon le plus haut représentant du Pakistan au Canada, Tariq Azim Khan, l’armée pakistanaise a pris connaissance de l’endroit où se trouvait la famille grâce à des informations des services secrets américains, et elle a agi rapidement par la suite.

Le haut-commissaire a décrit une scène dramatique avec des échanges de coups de feu, alors que la famille était transportée dans le coffre d’une fourgonnette par ses ravisseurs. La confrontation entre le commando militaire et les ravisseurs aurait eu lieu sur une route près de Nawa Kili, dans la région de Kohat, au nord-ouest du Pakistan.

Les parents de Joshua Boyle, Patrick et Linda de Smiths Falls en Ontario s’attendent à voir leur fils et sa famille bientôt au Canada. © Adrian Wyld/Canadian Press

Soulagement des parents

Les parents de M. Boyle, qui habitent la ville ontarienne de Smiths Falls, ont indiqué jeudi soir que leur fils et sa famille ont l’intention de venir au Canada. Patrick Boyle a dit que la famille est en sécurité, « mais épuisée ». « [Joshua] nous a dit qu’ils sont debout depuis mardi, donc il est très content, mais il n’a plus d’énergie », a indiqué M. Boyle.

Les parents de Mme Coleman ont quant à eux affiché une déclaration sur la porte de leur maison en Pennsylvanie, écrivant qu’ils appréciaient « l’intérêt et les préoccupations exprimées après l’heureuse nouvelle voulant que Caity, Josh et nos petits-enfants aient été libérés après cinq longues années de captivité ».

Le père de Mme Coleman a toutefois admis être furieux envers le mari de sa fille. « D’amener une femme enceinte dans un endroit très dangereux, pour moi, et le genre de personne que je suis, c’est inacceptable », a-t-il déclaré au réseau ABC.

Joshua Boyle a refusé d’aller aux États-Unis

M. Boyle aurait été blessé par des éclats de métal. Il a décrit à ses parents une fusillade qui a coûté la vie à plusieurs de leurs ravisseurs, et les derniers mots prononcés par un d’entre eux: « Tuez l’otage. »

La base aérienne de Bagram en Afghanistan.
Initialement, c’est de la base aérienne américaine de Bagram en Afghanistan que la famille canado-américaine devait s’envoler pour les États-Unis. © Omar Sobhani / Reuters

Les États-Unis avaient prévu rapatrier la famille depuis le Pakistan dans un avion américain, mais à la dernière minute Joshua Boyle a refusé de monter à bord puisque l’avion se rendait à la base aérienne de Bagram, a indiqué à l’Associated Press un responsable de la sécurité nationale américaine sous le couvert de l’anonymat.

Un autre responsable américain a déclaré que M. Boyle était nerveux à l’idée d’être mis en détention compte tenu de ses antécédents.

L’homme était auparavant marié à la soeur d’Omar Khadr, ce citoyen canadien qui a été emprisonné pendant 10 ans au camp militaire américain de Guantanamo après avoir été capturé en 2002 lors d’un échange de tirs à proximité d’un camp d’Al-Qaïda en Afghanistan.

Les responsables ont écarté tout lien entre ce passé et la capture de M. Boyle. Un responsable a décrit cela comme une  « horrible coïncidence ».

(Sources : AP et AFP)

Lire aussi

Un couple canado-américain retrouve la liberté après 5 ans de captivité en Afghanistan

La famille d’un couple canado-américain disparu en Afghanistan appelle Obama à l’aide

Share
Catégories : International, Politique, Société
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*